Aller au contenu principal

Le binage assure quand la météo le veut bien

En betteraves, il est possible de biner plus tôt qu’à l’habitude grâce à des outils plus rapides et avec le recours de moulinets. En jeu : la réduction de l’utilisation de produits phytosanitaires.

C’est traditionnel. Le binage est utilisé en fin de période de désherbage des betteraves pour compléter l’action des désherbants chimiques, remarque Cédric Royer, responsable machinisme de l’ITB. Mais aujourd’hui, nous expérimentons des binages beaucoup plus tôt pour limiter les traitements chimiques. » Jusqu’à la moitié des betteraviers utilisent leurs bineuses selon les conditions météorologiques.

Les planteurs de betteraves réalisent en moyenne quatre à cinq traitements herbicides pour couvrir la période allant jusqu’au recouvrement du sol. Pour l’ITB, il est nécessaire de répondre à la demande sociétale de baisse des produits phytosanitaires, mentionnée dans le Grenelle de l’environnement. Mais uniquement lorsque cela est possible. Et sans compromis sur la propreté ! La betterave, culture exigeante, ne tolère aucune concurrence avec les adventices. Un chénopode par mètre carré réduit le rendement de 3,7 tonnes/hectare. De même une ravenelle au mètre carré le diminue de 2,2 tonnes/hectare.

"Nous cherchons à remplacer deux traitements chimiques par deux passages mécaniques en travaillant sur le rang des betteraves, présente Cédric Royer. Le remplacement d’un traitement chimique par un passage mécanique comme la bineuse peut être une première étape et cela permet une baisse de l’IFT (indicateur de fréquence de traitement) de 15 à 20 %. Pour diminuer de deux traitements, soit une diminution de l’IFT de 40 à 50 %, il faudra ajouter des moulinets à la bineuse ou utiliser d’autres équipements tels que la houe rotative, la herse Treffler ou avoir recours au désherbage localisé sur le rang."

Des équipements pour améliorer la bineuse, des moulinets, une caméra...

Dans les essais ITB, menés depuis sept ans, le passage d’une bineuse équipée de moulinets donne les meilleurs résultats techniques. Il s’effectue souvent après deux passages chimiques, avec des betteraves à partir du stade « 4 feuilles » vraies.

Autre évolution sur les bineuses, l’installation de caméra. Cette technique permet de réaliser le passage avec une seule personne et non deux comme avant. Et surtout, de pouvoir réaliser un binage à 12 kilomètres/heure, soit deux fois plus vite que les anciennes bineuses. « Attention prévient Cédric Royer, la caméra détecte le vert de la ligne de betteraves. Il ne faut pas qu’il y ait trop d’adventices développées hors du rang. » Les bineuses équipées de traces permettent également un bon travail avec une vitesse élevée (12 km/h).

Pour débuter le désherbage mécanique sur le rang, l’ITB conseille de démarrer au stade « 4 feuilles » vraies des betteraves, sur une parcelle propre. Soit après les deuxième et troisième passages herbicides afin que la sélectivité pour la betterave soit bonne. Il faut par ailleurs travailler sur des adventices au stade cotylédon. "Il n’y a pas de rattrapage en betterave" avertit Cédric Royer, ou alors très limité. Si les conditions le permettent, il est alors possible de passer deux ou trois fois avec une bineuse à moulinets, jusqu’au stade « 12-14 feuilles » des betteraves. En fait, le remplacement d’un traitement chimique par un mécanique se fera d’autant plus facilement que la parcelle est propre. Par contre, si les conditions météorologiques ne le permettent pas, il faut repasser immédiatement au chimique. Par exemple, en Picardie il faut deux jours de temps séchant (soleil et/ou vent sec) ou au moins quatre jours sans pluie. Sinon, les risques de repiquage de certaines plantules s’avèrent trop importants. En sol séchant ou sol de craie, comme en Champagne, le binage se montre beaucoup plus simple qu’en sol argileux.

Des coûts de matériels supplémentaires à ne pas négliger

Reste que le coût du matériel pèse. Une bineuse 12 rangs coûte autour de 25 000 euros, dont 6000 euros de moulinets. L’équipement d’une caméra nécessite 5000 euros de plus. Par ailleurs, la technique est très dépendante des conditions météo. Les années 2013 ou 2014, où le chimique fonctionnait très bien, le mécanique a eu peu d’efficacité. Au contraire des années au printemps sec, comme 2011, où le mécanique fonctionnait mieux que le chimique. Autre point à intégrer : les journées longues et ensoleillées de juin permettent d’intervenir plus facilement qu’en mai où le sol se ressuie plus lentement. Au stade « 4-6 feuilles », les fenêtres d’intervention sont beaucoup plus courtes.

Au final, l’ITB estime que remplacer deux désherbages chimiques par deux mécaniques est légèrement moins coûteux que quatre passages chimiques. L’institut technique s’intéresse à élargir le désherbage mécanique à d’autres outils que les bineuses. Ces nouveaux matériels seront à l’honneur à Desherb’Avenir IV à Tourny dans l’Eure en mai 2015.

Le guidage RTK efficace sur le plat

Pour le guidage d’une bineuse, le signal RTK est une solution qui fonctionne bien mais pas adapté dans les dévers car la console de guidage s’adapte au passage du tracteur et non à celui de la bineuse. Adapter une console de guidage sur la bineuse coûterait trop cher. La vitesse du binage avec guidage RTK oscille de 6 à 10 kilomètres/heure. Autre impératif de cette technique, il faut semer et biner avec la même console RTK.

Les plus lus

Le groupe Soufflet collecte 5,6 millions de tonnes de grains par an. © gutner  archive
InVivo en négociation exclusive pour le rachat du groupe Soufflet
L’union des coopératives In Vivo est entrée en négociation exclusive avec le négoce Soufflet pour reprendre 100 % du capital du…
Tereos
Tereos : les opposants prennent le pouvoir au sein du géant sucrier
C’est l’épilogue d’un conflit commencé en 2017 : les opposants, qui reprochaient à la direction de Tereos une gouvernance…
Lettre Gérard Clay - Tereos
Gérard Clay, président de Tereos : « une nouvelle page se tourne »
Restaurer la confiance et ramener de la rentabilité avec les cœurs de métier de la coopérative : telles sont les premières…
La réalisation d'un plan de trésorerie mensuel est un bon outil pour y voir clair et gérer son stress ! © C. Baudart
Trésorerie à sec : éviter le mur
Le complément des aides PAC vient de rentrer, la coopérative annonce des ristournes, une partie des impôts fonciers est restituée…
Betteraves touchées par la jaunisse en 2020 - La dérogation pour l'utilisation des néonicotinoïdes va s'accompagner de restrictions fortes concernant la rotation. Reste à savoir si cela dissuadera les planteurs de maintenir leurs surfaces en betteraves. © G. Omnès
Betteraves/néonicotinoïdes : un projet d’arrêté contraignant pour les rotations
Le projet d’arrêté encadrant l’usage des néonicotinoïdes en traitement de semences sur betteraves vient d’être publié pour…
 © C. Baudart
Comment réussir son départ en retraite quand on est agriculteur ?
Dans combien de temps partirez-vous à la retraite ? Quels seront vos revenus ? Que devient votre exploitation ? Des questions à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures