Aller au contenu principal

L’artificialisation des terres agricoles repart à la hausse

L’artificialisation des terres agricoles progresse à un rythme soutenu, poussée par une forte hausse des prix et malgré les objectifs fixés par la Loi climat et résilience.

Après avoir chuté pendant le premier confinement, les surfaces destinées à l'artificialisation faisant l'objet de transactions ont progressé de 19 % au premier semestre 2021 par rapport à la moyenne 2017-2019.
Après avoir chuté pendant le premier confinement, les surfaces destinées à l'artificialisation faisant l'objet de transactions ont progressé de 19 % au premier semestre 2021 par rapport à la moyenne 2017-2019.
© FNSafer / Réussir
 

Le trou d’air lié au Covid comblé

Sous l’effet du confinement, les échanges à des fins d’artificialisation ont chuté de 12 % en volume en 2020 par rapport à 2019, pour atteindre 27 200 hectares. Le marché s’est grippé, après des mois de janvier et février très dynamiques. En 2021, les ventes ont repris de plus belle : selon la FNSafer, les surfaces ont progressé de 19 % au premier semestre 2021 par rapport à la moyenne 2017-2019.

Une loi pour l’instant sans effet

La Loi climat et résilience, votée en juillet 2021, fixe l’objectif de zéro artificialisation nette d’ici à 2035. Un premier objectif intermédiaire a été défini pour la période 2021-2031 : réduire de moitié le rythme de cette artificialisation par rapport à la consommation des dix années précédentes. Mais ce n’est qu’un objectif et non une règle contraignante. La nuance a d’ailleurs permis un accord parlementaire et le vote de la loi.

Une tendance qui s’inscrit dans la durée

En France, entre 20 000 et 30 000 hectares sont artificialisés chaque année. Selon l’Observatoire de l’artificialisation, créé par l’État en 2019, plus de 254 000 hectares de terres ont été consommées ces dix dernières années (2010-2020). L’équivalent d’un département comme les Yvelines (228 400 ha). Depuis les années 50, la surface agricole de la France est passée de 60 % à 52 % de sa surface totale.

Un grignotage qui n’est pas corrélé à l’emploi

Les sols artificialisés comprennent les sols imperméabilisés mais aussi les sols des espaces verts et les talus le long des routes. Néanmoins, le phénomène accentue les phénomènes de ruissellement et d’îlots de chaleur et diminue le potentiel de production agricole du pays. Pourtant, « le nombre d’emplois créés ou le dynamisme économique ne sont pas corrélés au nombre d’hectares consommés », souligne la FNSafer.

Les prix des terrains flambent

La valeur des terres agricoles vendues pour être artificialisées ne cesse de grimper : + 22 % pour le premier semestre 2021. L’écart de prix entre le foncier agricole et le foncier bâti est tel qu’il est difficile pour un propriétaire de résister à des promoteurs privés ou à des collectivités. Paradoxe : ces dernières sont parfois présidées par des élus locaux – membres du gouvernement – pourfendant l’artificialisation.

 

Les plus lus

Pucerons sur une betterave
Néonicotinoïdes : pas de dérogations possibles selon la CJUE, les betteraviers s’insurgent
Un arrêté de la Cour de justice de l’Union européenne estime que les Etats membres ne peuvent pas réautoriser les néonicotinoïdes…
Christophe Noisette (Inf'OGM) et Hugo Clément devant une parcelle de colza.
Du colza génétiquement modifié retrouvé près de Rouen : pourquoi l’Anses préconise de mieux surveiller les OGM dans l’environnement ?
Suite à la détection de colza génétiquement modifié au bord d’une route normande par Inf’OGM et Hugo Clément, l’Anses recommande…
L'orge semé durant la première quinzaine d'octobre est particulièrement en avance cette année.
Météo agricole : quelles menaces pour les cultures en avance ?
« Vague de chaleur hivernale », « faux printemps », malgré le retour de températures de saison, quel est l'impact de la douceur…
Manifestation d'agriculteurs à Paris
Néonicotinoïdes : des agriculteurs vont manifester le 8 février à Paris
La confédération générale des planteurs de betteraves, la FNSEA Grand Bassin Parisien et des fédérations de JA, appellent les…
Alexandre Pelé, président de la CGB Centre-Val de Loire, rappelle que 2 000 producteurs cultivent la betterave dans sa région et dans le Bassin parisien.
Néonicotinoïdes : « Beaucoup de producteurs nous disent qu’ils ne vont pas semer de betteraves »
Après l’interdiction brutale des néonicotinoïdes pour l’enrobage des semences de betteraves, la filière accuse le coup. Réaction…
Les producteurs ne pourront pas utiliser des semences enrobées aux néonicotinoïdes pour les semis 2023.
Néonicotinoïdes : clap de fin pour les semences de betteraves
Le ministère de l’Agriculture confirme l’interdiction de l’usage des néonicotinoïdes en France pour enrober les semences de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures