Aller au contenu principal

L’agriculture est-elle coupable du pic de pollution aux particules du 28 mars ?

La moitié nord de la France a connu un épisode modéré de pollution aux particules, malgré une activité économique suspendue. Alors, la faute à l'agriculture ?

Le pic de pollution enregistré le 28 mars 2020 sur une moitié nord de la France n'est que partiellement imputable à l'agriculture. © Ineris.
Le pic de pollution enregistré le 28 mars 2020 sur une moitié nord de la France n'est que partiellement imputable à l'agriculture.
© Ineris.

Le 28 mars, un pic de pollution aux particules a été mesuré dans une grande moitié nord de la France. Le phénomène a surpris, compte tenu de la mise à l’arrêt de nombreuses activités industrielles et de la baisse de trafic routier. L’agriculture a été pointée du doigt par des associations accusant les épandages agricoles (y compris de pesticides !) d’être responsables de cette dégradation de l’air. Faux procès ? En partie. « Au printemps, les épisodes de pollution sont principalement liés au nitrate d’ammonium, explique Laurence Rouïl, responsable du pôle modélisation environnementale à l’Institut national de l’environnement industriel et des risques (Ineris). L’ammoniac, émis avant tout par les épandages d’engrais azotés, en est l’un des précurseurs, en réagissant avec des oxydes d’azote issus des activités de combustion, à commencer par le trafic routier. »

D’après les premières données qu’il reste à affiner, le nitrate d’ammonium représentait environ la moitié des particules fines présentes lors du pic dans certaines régions. L’agriculture a donc contribué à la pollution. « Il est toutefois extrêmement complexe de quantifier la responsabilité d’un secteur car il ne s’agit pas de phénomènes linéaires, nuance la spécialiste. Et s’il y avait eu uniquement de l’ammoniac sans oxydes d’azote, il n’y aurait pas eu formation de nitrate d’ammonium. »

Poussières naturelles du Sahara et de l'Europe de l'Est

En outre, il s’agit de phénomènes transfrontaliers, les courants atmosphériques pouvant entraîner les particules et leurs précurseurs loin du lieu d’émission. Or, tous les pays en Europe réalisent des épandages en même temps, avec une activité importante aux Pays-Bas et en Allemagne, par exemple. La pollution a aussi été alimentée par des émissions liées au chauffage. « Ce jour-là tout le monde a joué un rôle, y compris la nature, avec une présence très importante de poussières naturelles sahariennes et venant du sud-est de l’Europe », souligne Laurence Rouïl. Toutes ces particules ont stagné un jour durant au-dessus de l'Europe de l'Ouest du fait d'une situation anticyclonique, avant que le vent ne vienne les en chasser.

Reste que les épandages d’engrais sont une cause réelle de pollution atmosphérique, et des programmes de recherche se penchent sur la question. Des pratiques ont fait leurs preuves pour réduire les émissions d’ammoniac, telles que l’enfouissement et l’utilisation de pendillards.

 

Les plus lus

Pucerons sur une betterave
Néonicotinoïdes : pas de dérogations possibles selon la CJUE, les betteraviers s’insurgent
Un arrêté de la Cour de justice de l’Union européenne estime que les Etats membres ne peuvent pas réautoriser les néonicotinoïdes…
Christophe Noisette (Inf'OGM) et Hugo Clément devant une parcelle de colza.
Du colza génétiquement modifié retrouvé près de Rouen : pourquoi l’Anses préconise de mieux surveiller les OGM dans l’environnement ?
Suite à la détection de colza génétiquement modifié au bord d’une route normande par Inf’OGM et Hugo Clément, l’Anses recommande…
L'orge semé durant la première quinzaine d'octobre est particulièrement en avance cette année.
Météo agricole : quelles menaces pour les cultures en avance ?
« Vague de chaleur hivernale », « faux printemps », malgré le retour de températures de saison, quel est l'impact de la douceur…
Chaque culture peut être assurée avec une franchise qui lui est propre, et le déclenchement se fait à la culture en cas de sinistre.
Assurance récolte: comprendre la réforme qui s'applique en 2023
Le nouveau dispositif qui articule solidarité nationale et assurance récolte privée entre en vigueur. Objectif : convaincre un…
Les producteurs ne pourront pas utiliser des semences enrobées aux néonicotinoïdes pour les semis 2023.
Néonicotinoïdes : clap de fin pour les semences de betteraves
Le ministère de l’Agriculture confirme l’interdiction de l’usage des néonicotinoïdes en France pour enrober les semences de…
Dans le nouveau référentiel HVE, le durcissement du barème de points de l'item "bilan azoté" et la vulnérabilité aux impacts de la météo renforcent le risque de ne pas obtenir les points nécessaires pour le volet fertilisation.
HVE : qu’est-ce que change le nouveau référentiel ?
Le nouveau référentiel HVE est plus exigeant mais diversifie les possibilités d’obtenir les points nécessaires à la certification…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures