Aller au contenu principal
Font Size

L’agriculture est-elle coupable du pic de pollution aux particules du 28 mars ?

La moitié nord de la France a connu un épisode modéré de pollution aux particules, malgré une activité économique suspendue. Alors, la faute à l'agriculture ?

Le pic de pollution enregistré le 28 mars 2020 sur une moitié nord de la France n'est que partiellement imputable à l'agriculture. © Ineris.
Le pic de pollution enregistré le 28 mars 2020 sur une moitié nord de la France n'est que partiellement imputable à l'agriculture.
© Ineris.

Le 28 mars, un pic de pollution aux particules a été mesuré dans une grande moitié nord de la France. Le phénomène a surpris, compte tenu de la mise à l’arrêt de nombreuses activités industrielles et de la baisse de trafic routier. L’agriculture a été pointée du doigt par des associations accusant les épandages agricoles (y compris de pesticides !) d’être responsables de cette dégradation de l’air. Faux procès ? En partie. « Au printemps, les épisodes de pollution sont principalement liés au nitrate d’ammonium, explique Laurence Rouïl, responsable du pôle modélisation environnementale à l’Institut national de l’environnement industriel et des risques (Ineris). L’ammoniac, émis avant tout par les épandages d’engrais azotés, en est l’un des précurseurs, en réagissant avec des oxydes d’azote issus des activités de combustion, à commencer par le trafic routier. »

D’après les premières données qu’il reste à affiner, le nitrate d’ammonium représentait environ la moitié des particules fines présentes lors du pic dans certaines régions. L’agriculture a donc contribué à la pollution. « Il est toutefois extrêmement complexe de quantifier la responsabilité d’un secteur car il ne s’agit pas de phénomènes linéaires, nuance la spécialiste. Et s’il y avait eu uniquement de l’ammoniac sans oxydes d’azote, il n’y aurait pas eu formation de nitrate d’ammonium. »

Poussières naturelles du Sahara et de l'Europe de l'Est

En outre, il s’agit de phénomènes transfrontaliers, les courants atmosphériques pouvant entraîner les particules et leurs précurseurs loin du lieu d’émission. Or, tous les pays en Europe réalisent des épandages en même temps, avec une activité importante aux Pays-Bas et en Allemagne, par exemple. La pollution a aussi été alimentée par des émissions liées au chauffage. « Ce jour-là tout le monde a joué un rôle, y compris la nature, avec une présence très importante de poussières naturelles sahariennes et venant du sud-est de l’Europe », souligne Laurence Rouïl. Toutes ces particules ont stagné un jour durant au-dessus de l'Europe de l'Ouest du fait d'une situation anticyclonique, avant que le vent ne vienne les en chasser.

Reste que les épandages d’engrais sont une cause réelle de pollution atmosphérique, et des programmes de recherche se penchent sur la question. Des pratiques ont fait leurs preuves pour réduire les émissions d’ammoniac, telles que l’enfouissement et l’utilisation de pendillards.

 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte dans le nord de l'Eure-et-Loir. Le rendement national moyen de blé tendre est estimé à 6,83 t/ha par le cabinet Agritel, en baisse de près de 8 % par rapport à la moyenne olympique. © G. Omnès
Moisson 2020 : une récolte de blé française sous les 30 millions de tonnes
Les spécialistes du marché des céréales continuent de réviser leurs chiffres de récolte de blé tendre à la baisse. La production…
La collecte chute de 20 % en blé tendre et en orge d'hiver par rapport à la moyenne décennale à la coopérative Ile-de-France Sud. © Gutner archives
Moisson 2020 : le grand écart du rendement en Ile-de-France comme ailleurs
La récolte des orges d’hiver, colza et blé tendre a rendu son verdict en Ile-de-France : des résultats très hétérogènes avec…
Pour la CGB, la propagation du virus de la jaunisse ampute la production française de sucre de 600 000 à 800 000 tonnes. © CGB
Crise de la betterave: les élus régionaux montent au créneau
L’impact de l’épidémie de jaunisse sur betterave s’amplifie devant l’absence de solution technique autorisée. Les Régions…
Nouveau silo de Biocer dans l'Eure. Avec une collecte qui double tous les cinq ans, les organismes économiques doivent adapter leur infrastructure de stockage et de tri. © Biocer
Agriculture biologique : les céréales bio face au défi de la massification
La dynamique de croissance forte et régulière enclenchée depuis trois ans pour les céréales bio confronte la filière à de…
Moisson de blé en Eure-et-Loir
Moisson 2020 : des rendements dans le rouge pour une année noire en grandes cultures
Très mauvaise donne cette année pour les grandes cultures en France, avec une baisse généralisée des productions. Les céréales d’…
Aymeric et Margot Ferté, Gilles Lancelin, Romaric Paucellier : trois expériences du bio en grandes cultures. © DR/C. Baudart
Bio en grandes cultures : la nouvelle génération de convertis bouge les lignes
Une exploitation de grandes cultures qui passe en bio ? C’est désormais banal. Partout, des conversions s’engagent, souvent par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures