Aller au contenu principal

Marché du foncier
La ville fait le prix des terres agricoles

Alors qu´il porte sur deux tiers des surfaces échangées, le marché des terres agricoles représente 3,7 milliards d´euros soit moins du quart de la valeur du marché de l´espace rural.


D´années en années, la tendance se confirme. Le prix des terres agricoles en France subit la domination du marché résidentiel et urbain. « La part des acquéreurs non agriculteurs de terres agricoles a atteint 43 % en 2005 », souligne André Thévenot, président de la Fédération nationale des Safer. Dans sa livraison statistique 2006, celle-ci publie une valeur moyenne de l´hectare agricole en hausse de 5,3 %. A 4 750 ?/ha en 2005, cette valeur a progressé de 61 % en monnaie courante depuis dix ans. A cette époque, il n´existait pas de distinction de prix entre les hectares achetés par des agriculteurs et ceux acquis par des non-agriculteurs. « Ils ont fortement divergé depuis. Les agriculteurs achètent en moyenne 4170 ?/ha alors que les autres intervenants négocient à 6170 ?/ha soit 48 % plus cher », détaille Antoine de Boismenu, directeur de la FNSafer.
Du fait de l´augmentation croissante des prix consentis par les non-agriculteurs, les agriculteurs doivent souvent proposer des prix plus élevés qu´auparavant. ©S. Leitenberger

Explosion des terrains constructibles
Alors qu´il porte sur deux tiers des surfaces échangées, le marché des terres agricoles représente 3,7 milliards d´euros, « soit moins du quart de la valeur du marché de l´espace rural ». Autre signe de l´ascendant des logiques urbaines sur le marché foncier : l´évolution du prix des terrains constructibles non viabilisés acquis par des particuliers est significative. Alors qu´ils se négociaient en moyenne 24 fois le prix d´un hectare agricole en 1996, leur valeur d´échange atteint, en 2005, 39 fois la valeur agricole, soit 18,50 ?/m2. Quant aux parcelles de moins de cinquante ares acquises pour des usages résidentiels ou de loisir, leur prix a été multiplié par trois. « Il dépasse aujourd´hui neuf fois le prix agricole », poursuit le directeur. Parallèlement à cette pression urbaine, le marché des terres à destination agricole se contracte. « Les fermiers en place achètent les terres qu´ils exploitent au fil de leur carrière professionnelle mais à une vitesse de plus en plus lente après l´effet de la préretraite agricole des années 1995. »
L´incertitude ayant entouré le transfert des DPU a aussi conduit certains agriculteurs « à différer des achats de foncier ». L´offre se raréfie. En 2005, les ventes de foncier non bâti ont porté sur 268 000 ha, soit un retrait en surface de 3,8 %. Les fermiers en place ont acquis 121 000 ha, les agriculteurs non-fermiers en place 145 000 et les non-agriculteurs 108 000. Analysé sur une longue période, le marché des terres s´est fermé surtout dans le Sud mais aussi dans le Nord-Bassin parisien. En moyenne nationale, 1,4 % de la SAU s´est échangée en 2005. Dans le Sud-Ouest, ce ratio a chuté de 1,9 %, en 1999, à 1,6 %, en 2005. Il n´est que d´1,2 % dans le Sud-Est contre 1,7 % six ans plus tôt et d´1 % dans le Nord-Bassin parisien contre 1,4 % en 1995. Logiquement, la répartition géographique du prix des terres, va de pair avec ces données. Dans l´ensemble du Bassin parisien, l´hectare vaut plus de 5000 ?, avec des plus hauts en moyenne triennale dans le Nord-Pas-de-Calais (6860), en Picardie (5860), en Ile-de-France (6290). Des prix que l´on retrouve aussi en Normandie, sur une partie de la Bretagne et en Alsace.
Les prix les plus faibles se pratiquent dans « un croissant qui s´étend de la Franche-Comté au Poitou-Charente ». Ils sont en moyenne inférieurs à 3000 ?/ha, en Bourgogne, dans le nord du Massif central, les Pays de la Loire, le Poitou-Charentes. Entre les deux, le Sud de la France, « sous une ligne allant du lac Léman à l´estuaire de la Gironde », se caractérise par des prix en moyenne supérieurs à 4000 ?/ha. Mais avec des exceptions notables où ils peuvent dépasser très largement 6 000 ?/ha. C´est le cas du Gard (7 630), des Bouches-du-Rhône (16 730 ?), du Vaucluse (9 430 ?) ou encore du Var (25 350), des Alpes-de-Haute-Provence (13 020), de la Haute-Savoie (14 240). Pour André Thévenot, « les chiffres 2 005 confirment la grande désorganisation des marchés fonciers : chaque acheteur a sa logique : collectivité, agriculteur, urbain. Mais force est de constater que ce sont les urbains qui finissent par l´emporter et leur logique du tout résidentiel est fort peu compatible avec le maintien d´une agriculture dynamique capable d´assurer demain notre indépendance alimentaire et énergétique(.). »
www.safer.fr
rubrique prix des terres.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures