Aller au contenu principal

Panorama 2004 OCDE
La réforme de la Pac va dans le bon sens mais.

Selon l´OCDE, la nouvelle Pac n´améliore que très légèrement l´accès au marché et le soutien total à l´agriculture ne baisse pas.


Dans une analyse publiée en juin, l´Organisation de coopération et de développement économique des pays riches (OCDE) fait crédit à la nouvelle Pac, « d´augmenter le rôle des forces du marché ou encore de limiter les coûts budgétaires ». Mais ce n´est pas suffisant pour le saint des saints du dogme ultra-libéral.

Peu importe que l´Union européenne soit déjà le premier importateur mondial de produits agricoles en provenance des pays du Sud, la nouvelle Pac n´améliore que très légèrement l´accès au marché et le soutien total à l´agriculture ne baisse pas. Il a simplement été découplé et reste en majeure partie lié à la taille des exploitations, regrette l´OCDE.
©J.-J. BITEAU/ARCHIVES

L´OCDE souligne que le soutien aux États-Unis a augmenté par rapport à celui des années 90 et qu´il contribue à déprimer les prix mondiaux.

Selon le panorama 2004 des politiques agricoles de l´OCDE, le soutien aux agriculteurs des pays riches s´élève à 229 milliards d´euros en 2003 soit 32 % des recettes agricoles, « ce qui correspond à une légère augmentation par rapport à 2002 mais à une réduction par rapport aux 37 % de 1986-1988 ». Les aides agricoles pèsent 18 % des recettes aux USA 19 % au Canada et 37 % dans l´Union européenne.
Riz, sucre et lait sont les plus soutenus
Les pays qui soutiennent le plus leurs agricultures restent le Japon (58 %), la Norvège (70 %), la Suisse (73 %), l´Islande (67 %) ou encore la Corée (64 %). Les meilleurs élèves sont l´Australie et la Nouvelle-Zélande (moins de 5 %). Les niveaux de soutiens restent les plus élevés pour le riz, le sucre et le lait.

La politique agricole américaine est également critiquée. Les auteurs soulignent que les paiements contracycliques ont baissé en 2003 uniquement grâce à « l´augmentation des prix mondiaux pour les produits végétaux, que le soutien aux États-Unis est supérieur à celui des années 90, et que lié à la production et aux intrants, il reste élevé et contribue à déprimer les prix mondiaux ».
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures