Aller au contenu principal

Sécheresse : la production de maïs semences sous tension

La production de maïs semences s’annonce à un niveau historiquement bas, et les producteurs font face à une forte hausse de leurs coûts de production.

Malgré une sole française stable à 84 500 hectares, la production devrait se situer entre 70 et 75 % des objectifs initiaux.
Malgré une sole française stable à 84 500 hectares, la production devrait se situer entre 70 et 75 % des objectifs initiaux.
© G. Omnès

La production de maïs semences est annoncée en forte baisse par la Fédération nationale de la production des semences de maïs et de sorgho (FNPSMS). Malgré une sole française stable à 84 500 hectares, la production devrait se situer entre 70 et 75 % des objectifs initiaux. Ils sont établis sur la base des contrats de production de semences qui correspondent aux besoins du marché.

Les conditions sèches du printemps ont rapidement obligé les producteurs à utiliser l’irrigation, avant que les restrictions d’eau dans certains secteurs ne pénalisent la culture, notamment dans le Sud-Ouest. Les pics de chaleur successifs de fin juin à fin août ont fortement abaissé le potentiel de rendements. Certaines surfaces ont également été touchées par des épisodes de grêle.

Proposer des alternatives variétales

La filière devra donc utiliser le stock de maïs semences pour pallier le déficit et approvisionner les producteurs pour la prochaine campagne. « On peut craindre des ruptures d’approvisionnement sur certaines variétés », précise Pierre Pagès, président de la FNPSMS. Il assure que « les semenciers se mobilisent pour proposer des alternatives ». « Ils vont pouvoir proposer des variétés aux caractéristiques semblables qui ont connu une bonne production en 2021 », précise Pierre Guillaumin, chargé de mission économie à la FNPS. À cette mauvaise récolte s’ajoute une forte hausse des coûts de production pour les producteurs.

Juste rémunération pour les producteurs

En dépit de ce panorama alarmant, l’interprofession se veut rassurante pour les surfaces de production de l’an prochain. « Les producteurs sont habitués aux aléas, la plupart de ces surfaces ont des destinations avec un usage défini, les changements ne sont pas si brutaux », estime Pierre Pagès. Même s’il reconnaît qu’il y aura besoin de suffisamment de surfaces pour reconstituer les stocks. C’est pourquoi il réclame une « juste valorisation des semences de maïs dans un contexte de concurrence entre les cultures ».

Les plus lus

10,8 millions de tonnes d'engrais ont été livrées au cours de la campagne 2021-2022, soit une baisse de 5 % par rapport à la campagne précédente.
Engrais azotés : toujours du retard dans les achats des agriculteurs
La situation sur le marché des engrais reste tendue avec des prix très élevés, des agriculteurs attentistes et un risque d’…
Denis Bollengier a bénéficié d’une prise en charge financière totale pour implanter sa haie grâce au dispositif de paiement pour services environnementaux.
« J’ai financé ma haie grâce aux paiements pour services environnementaux »
Denis Bollengier, agriculteur dans le Nord, a financé l’implantation d’une haie en bénéficiant d’un paiement pour service…
Laurent Gasnier, agriculteur à Épieds-en-Beauce dans le Loiret.
Biodiversité : « Je reçois des aides pour des couverts et des jachères bénéfiques à la faune »
Agriculteur à Épieds-en-Beauce dans le Loiret, Laurent Gasnier a multiplié les aménagements parcellaires pour favoriser la…
Les besoins de trésorerie par hectare vont potentiellement doubler par rapport à 2020 pour la nouvelle campagne, atteignant 700 à 800 euros/hectare pour certaines cultures.
Hausse des besoins de trésorerie : planifier les dépenses pour sécuriser son exploitation
Dans cette période de grande incertitude, les bons résultats de la récolte 2022 imposent de planifier ses besoins de trésorerie…
Au départ de la Route du Rhum, un catamaran en fibres de lin
Roland Jourdain, double vainqueur de la Route du Rhum, naviguera cette année sur un bateau écoresponsable et innovant. Celui-ci…
La rémunération des PSE peut prendre plusieurs formes : financement d’infrastructures, rétribution en nature (matériel), intégration dans le prix d’achat à l’agriculteur...
Les PSE, des outils de financement encore en construction
Les paiements pour services environnementaux (PSE) se développent pour accompagner financièrement les changements de pratiques…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures