Aller au contenu principal

Avoir deux métiers
La pluriactivité gagne du terrain

Malgré l´augmentation de la taille des exploitations, le nombre d´agriculteurs doubles actifs ne diminue pas. Et les activités extérieures sont de plus en plus diverses.


Difficile de dresser un portrait-type de l´agriculteur double actif. Le double actif d´aujourd´hui n´est plus le salarié d´usine dans l´Est de la France ayant conservé quelques hectares ou l´éleveur savoyard moniteur de ski l´hiver. La double activité ne concerne plus seulement des « petites fermes » mais aussi des exploitations professionnelles (1) et, les activités exercées se diversifient.
Le nombre de double actif parmi les chefs d´exploitation et coexploitants ne diminue pas. En 2003, ils étaient 39 000 à exercer, à côté de l´exploitation, une activité secondaire non-agricole. Ceux qui exercent une activité agricole à titre secondaire sont moins nombreux : 13 000 seulement soit 3 % de l´ensemble des chefs d´exploitation, une proportion identique à celles des recensements agricoles de 1988 et 2000.

En revanche, 50 000 agriculteurs à titre principal exerçaient une activité secondaire en 1988. Ils n´étaient plus que 33 000 en 2000. Leur nombre a augmenté pour atteindre 39 000 en 2003 sur 472 700 chefs d´exploitations et coexploitants professionnels. A l´exception des zones très spécialisées en élevage, la double activité est présente partout notamment dans les zones de grandes cultures et en Languedoc-Roussillon.
Autre phénomène récent, la diversité des activités non agricoles des doubles actifs.

Un phénomène qui va s´accentuer dans l´avenir
Ces chiffres ne concernent que les doubles actifs au sens strict, c´est-à-dire ceux qui ont un double statut. Ils ne tiennent pas compte de ceux qui ont diversifié leurs activités sur l´exploitation.
Un récent débat(2) cherchait à définir le profil de l´agriculteur de demain. Bertrand Hervieu, sociologue, ancien directeur général de l´Inra, voit une bipolarisation du secteur agricole avec d´une part, « des entreprises qui vont être sur les grands marchés et produire des matières premières. Au nombre de 130 000 à 150 000 exploitations elles fourniront 80 % de la production mise en marché ». D´autre part, « 300 000 ou 400 000 entreprises autant rurales, commerciales, tertiaires qu´agricoles dont le revenu du couple ou du groupe familial va se construire à partir d´une palette de métiers variables dans le temps ».

Frédéric Armand-Delille, agriculteur qui participait à ce débat, remarque « qu´un agriculteur doit être pluriactif sauf s´il croit encore à la pérennité des soutiens et des subventions ».
« Le découplage devrait provoquer une augmentation rapide du nombre d´exploitants qui décideront de confier du travail à façon plutôt que de réinvestir. Cette demande sera une opportunité de valorisation de la capacité en matériel et en main-d´oeuvre pour d´autres agriculteurs qui sauront y voir un élément de flexibilité dans l´activité de leur entreprise », estime Philippe Boullet de CER France.
Les investissements collectifs, les assolements en commun libèrent du temps et donneront de plus en plus la possibilité d´avoir une autre activité.

Deux activités par passion pour l´agriculture
Mais pourquoi avoir deux activités ? Toujours par passion pour l´agriculture. Soit, on veut conserver l´activité agricole alors que l´exploitation n´a pas la taille suffisante pour assurer un revenu suffisant. Soit, après avoir quitté l´agriculture pour exercer un autre métier, on y revient, souvent pour reprendre l´exploitation familiale au moment de la retraite des parents.
Les reportages de ce dossier en sont l´illustration. Mais ils montrent aussi combien il est difficile de mener de front deux activités. Cela demande dans tous les cas une grande rigueur d´organisation. Avec parfois la nécessité de sous-traiter certains travaux agricoles au détriment de la rentabilité de l´exploitation. Mais ce qui compte c´est de garder l´activité agricole.

(1) La dimension économique minimale d´une exploitation professionnelle est de 12 hectares d´équivalent blé, avec une main-d´oeuvre totale d´au moins 0,75 unité de travail annuel (UTA), c´est-à-dire une personne employée à trois quarts temps sur l´année.
(2) Débat organisé par Réussir et Agra Presse.

Pour en savoir plus
Voir dossier de Réussir Céréales Grandes Cultures d´Avril 2006. (RCGC nº191, 10 pages)
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures