Aller au contenu principal

ALIMENTATION ANIMALE
La luzerne en quête d’attractivite

L’avenir est incertain pour l’industrie de la déshydratation, qui cherche à valoriser les bénéfices sociétaux de la luzerne pour enrayer le désintérêt des producteurs.

Luzerne cherche futur. Malgré les efforts de restructuration, d’écono- mies d’énergie et d’explora- tion de nouvelles sources de valeur ajoutée, la filière déshydratation ne dispose d’aucune visibilité sur son avenir. L’alerte a de nouveau été lancée par les représentants de Coop de France déshydratation à quel- ques jours de leur congrès, en novembre. La hausse des cours du blé a bien tiré le prix des produits de base de 125 euros la tonne en mai à 175 euros en novembre, mais sans renforcer l’attractivité de la culture pour les producteurs. Pourtant, comme pour le pois, le débouche existe.


Mais la réforme à mi- parcours de la PAC en 2006 a fortement ébranlé le secteur en réduisant le montant de l’aide versée aux transformateurs, passée de 68 à 33 euros par tonne de produit fini. Ce début de découplage a fait plonger la production de 30 % en quatre ans. En France, les 26 usines encore en service produiront en 2010-2011 environ 725 000 tonnes de luzerne déshydratée cultivée sur 75 000 hectares.


COUPERET EN 2012


Le prochain couperet menaçant la filière doit tomber en 2012, date prévue pour le démantèlement de l’organisation commune de marché. Cela signifierait la fin des aides pour la dernière récolte de 2011. Les profes- sionnels espèrent éviter ce scénario en repoussant la fin de l’OCM à 2014. En cas d’échec, ils comptent sur un plan B : l’intégration de la luzerne déshydratée dans le plan de soutien aux pro- téagineux. L’aide versée aux transformateurs pourrait ain- si être conservée sous une nouvelle forme. « Le temps presse, prévient Éric Guille- mot, directeur de Coop de France déshydratation. Ça ne sert à rien de promettre aux producteurs le paradis pour 2014 si on ne peut pas leur dire comment ils seront rémunérés en 2012 et en 2013. »

DÉBOUCHÉS


Recherche tous azimuts de valeur ajoutée


Valorisation sur le marché du crédit carbone de la réduction de ses émissions de CO2, rémunération des impacts positifs de la culture sur la biodiver- sité... La filière luzerne veut tirer profit des services rendus à la société. Elle n’oublie toutefois pas son cœur de métier : la vente de produits à base de luzerne.


L’industrie a ainsi complexifié sa gamme pour l’alimentation animale, en développant les balles à fibres longues. Elle vise aussi l’alimentation humaine. L’expédition dans les semaines à venir des premiers chargements vers Haïti et le Burkina Fasso de concentrés protéiques pour pallier certaines carences alimentaires en est la concré- tisation. Des pistes sont également ouvertes sur le créneau des aliments santé, à plus forte valeur ajoutée

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures