Aller au contenu principal

ALIMENTATION ANIMALE
La luzerne en quête d’attractivite

L’avenir est incertain pour l’industrie de la déshydratation, qui cherche à valoriser les bénéfices sociétaux de la luzerne pour enrayer le désintérêt des producteurs.

Luzerne cherche futur. Malgré les efforts de restructuration, d’écono- mies d’énergie et d’explora- tion de nouvelles sources de valeur ajoutée, la filière déshydratation ne dispose d’aucune visibilité sur son avenir. L’alerte a de nouveau été lancée par les représentants de Coop de France déshydratation à quel- ques jours de leur congrès, en novembre. La hausse des cours du blé a bien tiré le prix des produits de base de 125 euros la tonne en mai à 175 euros en novembre, mais sans renforcer l’attractivité de la culture pour les producteurs. Pourtant, comme pour le pois, le débouche existe.


Mais la réforme à mi- parcours de la PAC en 2006 a fortement ébranlé le secteur en réduisant le montant de l’aide versée aux transformateurs, passée de 68 à 33 euros par tonne de produit fini. Ce début de découplage a fait plonger la production de 30 % en quatre ans. En France, les 26 usines encore en service produiront en 2010-2011 environ 725 000 tonnes de luzerne déshydratée cultivée sur 75 000 hectares.


COUPERET EN 2012


Le prochain couperet menaçant la filière doit tomber en 2012, date prévue pour le démantèlement de l’organisation commune de marché. Cela signifierait la fin des aides pour la dernière récolte de 2011. Les profes- sionnels espèrent éviter ce scénario en repoussant la fin de l’OCM à 2014. En cas d’échec, ils comptent sur un plan B : l’intégration de la luzerne déshydratée dans le plan de soutien aux pro- téagineux. L’aide versée aux transformateurs pourrait ain- si être conservée sous une nouvelle forme. « Le temps presse, prévient Éric Guille- mot, directeur de Coop de France déshydratation. Ça ne sert à rien de promettre aux producteurs le paradis pour 2014 si on ne peut pas leur dire comment ils seront rémunérés en 2012 et en 2013. »

DÉBOUCHÉS


Recherche tous azimuts de valeur ajoutée


Valorisation sur le marché du crédit carbone de la réduction de ses émissions de CO2, rémunération des impacts positifs de la culture sur la biodiver- sité... La filière luzerne veut tirer profit des services rendus à la société. Elle n’oublie toutefois pas son cœur de métier : la vente de produits à base de luzerne.


L’industrie a ainsi complexifié sa gamme pour l’alimentation animale, en développant les balles à fibres longues. Elle vise aussi l’alimentation humaine. L’expédition dans les semaines à venir des premiers chargements vers Haïti et le Burkina Fasso de concentrés protéiques pour pallier certaines carences alimentaires en est la concré- tisation. Des pistes sont également ouvertes sur le créneau des aliments santé, à plus forte valeur ajoutée

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Chaulage : « j'ai économisé 4000 euros grâce à la mesure de résistivité de mes parcelles »
 Associé du Gaec de la voie lactée, Patrice Lièvre cultive 220 hectares à Vernoux-en-Gatine, dans les Deux-Sèvres. Tous les ans,…
Apport de solution azotée sur colza. Pour limiter le stress des cultures, mieux vaut suspendre les interventions. © Gutner archives
Retour des gelées : 5 points à connaître pour préserver les cultures et le matériel
Il est urgent de stopper vos interventions en plaine : un épisode de froid s’amorce dans une grande moitié nord de la France, qui…
Contre la jaunisse transmise par des pucerons, les néonicotinoïdes sur semences de betterave constituent la solution de lutte la plus efficace. © G. Omnès
Néonicotinoïdes/betteraves : jusqu’à 15 jours de retard dans la distribution de semences
Avec une parution de l’arrêté sur les néonicotinoïdes le 5 février, le pelliculage des semences avec ces insecticides a démarré…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Le mariage de titans entre InVivo et Soufflet pousserait à l'extrême la logique de restructuration à l’œuvre chez les OS. © N. Ouvrard / J. Nanteuil
[Edito] Fusion InVivo-Soufflet, un rapprochement symbolique à plus d'un titre

Pour les initiés, ce n’était pas un mystère : le groupe Soufflet cherchait un repreneur, à défaut de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures