Aller au contenu principal

INTERVIEW
« La filière biodiesel est gravement menacée »

Alain Brinon, directeur général de Saipol et de Diester-Industrie.

Bruxelles travaille sur un projet législatif qui risque d'être pénalisant pour les biocarburants dits de première génération. Quelles seraient les conséquences pour la filière ?

Les Commissaires ont élaboré un texte qui va être proposé au vote du Conseil et du Parlement euroen. Ce projetmenace gravement les biocarburants de première génération. Deux aspects posent problème. Il y a le projet de plafonner à 5 % la part des biocarburants de première génération, soit moitié moins que l'objectif actuel de 10 % de carburants renouvelables dans les transports en 2020. Le taux d'incorporation actuel est de 4,5 % en Europe et de 7 % en France pour le biodiesel. Avec un tel plafonnement, la filière pourrait continuer à exister, même si en France, les industriels devraient réduire de 30% leur production. Mais le plus préjudiciable, c'est l'évolution de la Directive sur la qualité des carburants (FQD). En l'état actuel des projets de Bruxelles, la prise en compte de l'impact d'un changement indirect d'affectation des sols (dit Casi ou Iluc) attribuerait une pénalité telle au biodiesel qu'il serait considéré comme émettant plus de gaz à effets de serre que le gasoil, ce qui conduirait les pétroliers à s'en désintéresser. C'est une menace grave sur la filière biocarburant actuelle, mais aussi de celle de deuxième génération. Qui prendrait le risque de continuer à investir en Europe après de tels revirements politiques ?


Il vous faudrait trouver un nouveau débouché pour l'huile de colza européenne ?

Les biocarburants nous ont permis d'affranchir les oléagineux français des débouchés du marché mondial. Si un scénario catastrophe se produisait pour le biodiesel, la seule solution serait alors de vendre notre huile dans les pays tiers, donc d'entrer en concurrence avec l'huile de palme. Actuellement, l'écart de prix entre les huiles de colza et de palme est de 300 euros la tonne. La graine de colza permettant de fabriquer 43 % d'huile et 56 % de tourteau, un alignement sur le prix de l'huile de palme conduirait à une baisse du prix de la graine de colza d'environ 150 euros la tonne. Cela enlèverait tout intérêt de cultiver du colza par rapport à une céréale.


Le marché très porteur des tourteaux peut-il permettre de soutenir le complexe oléagineux ?

Il est vrai qu'on a la chance en trituration d'avoir deux produits, l'huile et les tourteaux. Aujourd'hui, le triturateur de colza, mais aussi de tournesol, devient un producteur de protéines, dans la même approche que les opérateurs du soja. C'est la plus belle réussite de ces dix dernières années que d'avoir développé la consommation de tourteau de colza en France, et assuré une moindre dépendance de notre pays en matière protéique. L'auto-approvisionnement est passé en France de 30 % en 1980-1981 à presque 60 % en 2010-2011. Pour autant, ce marché n'est pas suffisant pour porter la filière à lui seul.

Propos recueillis par Nicole Ouvrard

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

[vidéo] Julien Denormandie : « La transition agroécologique impose de créer de la valeur. »
Interrogé par les parlementaires, le ministre de l’agriculture a estimé que peu de secteurs peuvent se prévaloir des efforts…
L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures