Aller au contenu principal

« Je cultive des variétés de maïs plus précoces pour gagner en frais de séchage »

Dans le Centre Est, les irrigants limitent les pertes de rendement au prix d’apports d’eau majorés. "Si on n’arrose pas, on n’a plus rien", témoigne Fabrice Monnery, dans l’Ain. Le choix de variétés plus précoces et les conditions sèches de fin de cycle lui permettent de récolter à des niveaux d’humidité faibles.

Fabrice Monnery. "Le pilotage de la fertilisation et de l'irrigation me permet de gagner énormément en rendement." © C. Baudart
Fabrice Monnery. "Le pilotage de la fertilisation et de l'irrigation me permet de gagner énormément en rendement."
© C. Baudart

« L’irrigation s’est développée ici en 1993. Elle a sauvé le monde agricole. En 2012, le réseau collectif a été refait, nous avons plus de pression et le débit est plus important. Cela me permet de faire face à de gros besoins en eau, comme en 2020. Vu les besoins, j’ai d’ailleurs dépassé comme beaucoup mon quota d’irrigation.

Pour pouvoir préparer le lit de semences, j’ai arrosé avant le semis mes parcelles argileuses situées en bord de Rhône, à hauteur de 25 mm. Sur les autres parcelles, soit 80 % de ma sole de maïs, j’ai apporté 15 mm après le semis pour assurer une levée parfaite. Ensuite, j’ai apporté 25 à 30 mm tous les cinq jours en m’appuyant sur l’outil Irré-LIS et des sondes tensiométriques Challenge. En tout, j’ai réalisé cette année 14 tours d’eau, représentant 420 mm au total. Je sème des variétés demi-précoces en essayant de choisir des variétés qui ont à la fois un potentiel élevé, une tenue de tige correcte et un taux de mycotoxines très bas.

Je n’ai pas un grand choix et je cultive cinq variétés plutôt vieilles. Je choisis des variétés plus précoces qu’auparavant : cela me permet de récolter très sec et de gagner en frais de séchage. J’ajuste la fertilisation et cela me permet de monter énormément en rendement. Cette année, grâce aux essais de fertilisation effectués avec les Ets Bernard, j’ai atteint 159 quintaux à l’hectare sur la meilleure parcelle.

Avec des déficits hydriques comme l’été dernier, l’irrigation et la consommation d’énergie me coûtent de plus en plus cher. Mais si on n’arrose pas, on n’a rien. À quelques kilomètres, mes collègues qui cultivent en sec font 40 quintaux à l’hectare en parcelles non irriguées. »

 

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Les pigeons s'attaquent au tournesol avec un impactsur le rendementquand ils enconsommentles tiges ou apex. © C. Watier
Maïs et tournesol : semer un couvert pour leurrer les oiseaux
Entre produits répulsifs et système d’effarouchements, il n’existe pas de solution miracle empêchant les pigeons et corvidés de s…
Baisse de la sole de colza, bouleversement du programme de désherbage maïs, recours aux trichogrammes : Stéphane, Marine et Alain (de gauche à droite) ont modifié en profondeur leurs pratiques pour décrocher la HVE. © G. Omnès
HVE : « Nous avons dû changer nos pratiques en grandes cultures »
Sur la ferme de Pré Levey, le passage à la HVE s’est imposé comme une suite logique à la démarche de baisse des intrants. La…
Contre la jaunisse transmise par des pucerons, les néonicotinoïdes sur semences de betterave constituent la solution de lutte la plus efficace. © G. Omnès
Néonicotinoïdes/betteraves : jusqu’à 15 jours de retard dans la distribution de semences
Avec une parution de l’arrêté sur les néonicotinoïdes le 5 février, le pelliculage des semences avec ces insecticides a démarré…
Chaulage : « j'ai économisé 4000 euros grâce à la mesure de résistivité de mes parcelles »
 Associé du Gaec de la voie lactée, Patrice Lièvre cultive 220 hectares à Vernoux-en-Gatine, dans les Deux-Sèvres. Tous les ans,…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures