Aller au contenu principal

Interculture : la méthode Merci élargit la panoplie de ses mesures de l’impact nutritif des couverts

Pour bien mesurer l’impact (nutriments, matière organique…) d’un couvert d’interculture sur la culture suivante et au-delà, la méthode Merci intègre de nouvelles fonctionnalités tout en gardant sa fiabilité.

Il est nécessaire de prélever des échantillons de couvert pour les calculs de Merci mais cela constitue un frein à son développement. © Chambre d'agriculture de ...
Il est nécessaire de prélever des échantillons de couvert pour les calculs de Merci mais cela constitue un frein à son développement.
© Chambre d'agriculture de Nouvelle-Aquitaine

La V2 de Merci est sur le pas de tir. Datant de 2010, la première version de la Méthode d’estimation des restitutions par les cultures intermédiaires (Merci) permet de mesurer les quantités captées d’azote, de phosphore et de potassium des couverts d’interculture et d’estimer leur restitution à la culture suivante. Une nouvelle version (la V2) de Merci va voir le jour en novembre.

« La méthode s’élargit au soufre et au magnésium, pour les éléments nutritifs dont les quantités restituées au sol sont calculées, présente Jean-Luc Fort, chef du service innovation recherche développement à la chambre régionale d’agriculture de Nouvelle-Aquitaine. Elle apportera en outre des informations sur la quantité de stockage de carbone au sol avec l’impact sur l’évolution du taux de matière organique. Enfin, pour les agriculteurs méthaniseurs, la méthode mesurera le rendement méthanogène du couvert (1). »

De nombreux modes de conduite des cultures intermédiaires pris en compte

Cette deuxième version intègre davantage d’espèces de cultures intermédiaires. Elle prend en compte une large gamme de contextes pédoclimatiques pour les calculs de même que des modes de conduite de l’interculture plus larges, par exemple sur la diversité des dates de destruction et sur la gestion des résidus de culture (enfouissement, non-enfouissement, exportations).

Les formules de calcul de la méthode Merci font leur entrée dans l’ère numérique : elles sont désormais accessibles via un site web, à condition de s’enregistrer. « Cela permettra d’engranger davantage de références au niveau national pour rendre les calculs plus précis », explique Jean-Luc Fort. Précédemment, les calculs étaient réalisés grâce à un fichier Excel qu’il fallait télécharger. Le site internet doit favoriser la création d’une communauté d’utilisateurs de la méthode. Près de 600 ont été comptabilisés en juillet 2019 par une enquête (2), mais il faut y ajouter de nombreux utilisateurs non répertoriés.

Une durée de prélèvement de 40 minutes en moyenne

Rappel : pour connaître toutes ces informations se rapportant à son couvert d’interculture, la méthode Merci se base sur des prélèvements au champ avec la pesée d’échantillons de chaque espèce du couvert sur une surface donnée, juste avant la date de destruction. Le poids de biomasse verte mesuré est converti en quantité d’azote, de phosphore, de potasse… qui est captée et qui sera disponible pour la culture suivante.

« La durée de prélèvement est en moyenne de 40 minutes pour une parcelle, rapporte Sébastien Minette, chargé de projet agronomie à la chambre d’agriculture de Nouvelle-Aquitaine. Elle est jugée 'passable' par les utilisateurs mais ce prélèvement est incontournable. » La nécessité de ce prélèvement est sans doute l’étape de la méthode qui limite son utilisation.

L’enquête qui a été menée sur l’utilisation de Merci révèle que les utilisateurs jugent très fiables l’estimation de l’azote, phosphore et potasse piégés par la culture intermédiaire. En revanche, ils sont plus méfiants sur les valeurs de restitution à la culture suivante. D’ailleurs, pour l’azote précisément, seuls 21 % des utilisateurs intègrent entièrement dans leurs bilans de fertilisation sa valeur calculée de restitution, 60 % partiellement et 19 % n’en tiennent pas compte du tout. La méthode demande encore à faire ses preuves.

(1) Mesure en sus de la qualité fourragère du couvert pour les éleveurs.
(2) Bilan de la méthode à partir d’entretiens auprès de 34 utilisateurs et d’un sondage en ligne (236 réponses).
 

En chiffres

Près de la moitié des utilisateurs en Nouvelle-Aquitaine

567 utilisateurs « officiels » en juillet 2019, répartis sur toute la France, mais beaucoup d’autres ne sont pas répertoriés
28 % d’agriculteurs, 63 % de conseillers parmi les utilisateurs
74 % des utilisations dans la filière grandes cultures
43 % des utilisateurs sur la région Nouvelle-Aquitaine

 

Les plus lus

Dans son local phytosanitaire, l’agriculteur doit vérifier que chaque produit détient une AMM en cours de validité.
Contrôle phytosanitaire : ce que vous devez savoir pour être prêt sur votre exploitation
Bien connaître la réglementation sur l’usage des phyto est impératif pour se préparer à un contrôle. Vigilance sur le classement…
Le règlement actuel des ZNT s’applique jusqu'à publication des nouveaux textes si la charte est toujours sur le site de la préfecture. Cela devrait être encore le cas au moment des désherbages d'automne.
Semis 2021 : devez-vous prévoir des ZNT de 10 mètres ?
Le Conseil d’Etat demande le durcissement sur plusieurs points de la réglementation des zones de non-traitement, à formaliser d’…
Les semences de ferme gagnent du terrain au profit des trieurs à façon dont l'activité augmente.
La suprématie des semences fermières bouscule les équilibres de la filière
Les semences de ferme ont pris le pas sur les semences certifiées en céréales à paille. Faut-il s’inquiéter pour l’amélioration…
Via leur rôle de stockage de carbone dans le sol, les grandes cultures contribuent à la lutte contre le changement climatique.
Le label bas carbone grandes cultures est validé
Les filières de grandes cultures ont enfin leur label bas carbone. Ce sésame devrait permettre à des collectifs d’agriculteurs de…
Faire appel à un voisin ou à une entreprise spécialisée limite les soucis mais n'évite pas les explications et les prises de décisions.
Exploitation agricole : à l’âge de la retraite, quelles solutions pour attendre un repreneur ?
À l’approche de la retraite, des agriculteurs veulent lever le pied sans passer la main, en attendant un éventuel repreneur…
Émeric Simon (à gauche) et Yannick Bourdat. « La chimie marche de moins en moins face aux graminées résistantes et, avec des habitations proches, seul le désherbage mécanique permet d’intervenir jusqu’à la périphérie des parcelles. »
« Nous baissons les IFT, pas les rendements, en modifiant nos pratiques culturales »
Au sein d’un groupe Dephy isérois, Yannick Bourdat et Émeric Simon ont modifié parc matériel et assolement pour limiter le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures