Aller au contenu principal
Font Size

Incendie à la récolte : « Le mur de flammes avançait rapidement sur une largeur de 100 mètres. »

Agriculteur dans l’Eure, Gilles Lenfant a été confronté au feu à plusieurs reprises à l'été 2019. Son expérience lui a démontré que même des agriculteurs aguerris pouvaient se faire surprendre par la vitesse des flammes.

Pour Gilles Lenfant, disposer d'un déchaumeur attelé et prêt à partir pendant la moisson est désormais indispensable. © C. Baudart
Pour Gilles Lenfant, disposer d'un déchaumeur attelé et prêt à partir pendant la moisson est désormais indispensable.
© C. Baudart

Le 23 juillet 2019, Gilles Lenfant battait une parcelle située à environ 7 kilomètres de son corps de ferme, situé à Miserey, dans l’Eure. Le thermomètre flirtait avec les 43 °C et un vent chaud de 30 ou 40 km/h venant du sud n’arrangeait pas la situation. « Je n’ai jamais eu aussi chaud à la moisson, se souvient Gilles. C’était encore pire qu’en 2003. » Alors qu’il ramène une benne vers la ferme, il voit au loin de la fumée.

« On s’est dit que ce n’était pas loin de chez nous, raconte le céréalier. Mon fils qui était à la ferme m’a alors appelé pour me dire que le feu était parti dans le champ d’une voisine qui moissonnait à 700 mètres de nos bâtiments. » De blanche, la fumée est devenue noire quand le feu a attaqué la benne et le tracteur restés dans le champ de la voisine. Sautant plusieurs routes et carbonisant au passage plusieurs parcelles, le feu a pris dans l’un des champs de Gilles Lenfant où le blé était encore sur pied, près de sa ferme.

« Le mur de flammes avançait rapidement sur une largeur d’environ 100 mètres. Par chance, j’avais battu la veille sur une largeur de 21 mètres le long du corps de ferme. Cela a permis à mon fils de déchaumer à cet endroit pour empêcher le feu d’atteindre les bâtiments. » Une manœuvre pas dénuée de risque, puisque le feu a commencé à prendre sur la paille agglomérée sur le déchaumeur.

« C’est impressionnant, il y a de quoi se faire peur »

« C’est impressionnant, il y a de quoi se faire peur, reconnaît l’agriculteur. On est face à un mur de flammes de 2 mètres de haut, il y a la chaleur, le crépitement. Lorsque je suis arrivé, la quasi-totalité des 15 hectares avait brulé. Le vent emportait des flammèches qui se déposaient 50 mètres plus loin. Et il y avait encore 30 à 40 hectares de blé sur pied à proximité, dans le sens des vents dominants. » Le feu est finalement maîtrisé par les pompiers. Deux jours après, Gilles Lenfant s’est de nouveau retrouvé à l’épreuve du feu, alors qu’il moissonnait avec un ami sur une commune voisine.

Vu les événements des jours passés, il avait un déchaumeur attelé à un tracteur au bout du champ. Comme ils étaient à deux machines, il a pris son déchaumeur et fait deux ou trois tours. Au moment de faire un passage pour prendre de la largeur, il s’est fait surprendre par la rapidité de propagation des flammes, l’obligeant à passer juste à côté des flammes. « Il faut faire très attention car même avec l’expérience on peut se faire piéger. Pour moi, disposer d’un déchaumeur attelé à proximité est désormais une obligation à la moisson des pailles. »
 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Les correspondants sureté de la gendarmerie se déplacent gratuitement et sur demande. © Gendarmerie nationale
Vols en agriculture : « les voleurs sont venus trois fois en six mois »
Les vols de GPS, carburant, phyto sont fréquents. Que faire et ne pas faire, quels moyens mettre en place, comment s’y prendre ?…
Pour Gilles Lenfant, disposer d'un déchaumeur attelé et prêt à partir pendant la moisson est désormais indispensable. © C. Baudart
Incendie à la récolte : « Le mur de flammes avançait rapidement sur une largeur de 100 mètres. »
Agriculteur dans l’Eure, Gilles Lenfant a été confronté au feu à plusieurs reprises à l'été 2019. Son expérience…
La gestion de l'interculture va devenir encore plus cruciale en cas d'interdiction du glyphosate. © J.-C. Gutner
Se passer du glyphosate en interculture, des solutions... et des questions
Le glyphosate sert principalement à gérer les vivaces et les graminées, et à détruire les couverts. Sa fin programmée amène à…
Copyright Gabriel Omnès
La revalorisation des retraites agricoles définitivement adoptée au sénat
La loi revalorisant les retraites agricoles à 85 % du Smic pour une carrière complète d'exploitant a été votée définitivement en…
L'assemblée nationale a voté la revalorisation des retraites agricoles, revendication portée par e député André Chassaigne
L'Assemblée nationale vote la revalorisation des retraites agricoles à 85 % du SMIC
L’Assemblée nationale a adopté en seconde lecture une proposition de loi garantissant une pension minimale de 85 % du SMIC aux…
Une fertilisation au semis ne compense jamais une mauvaise levée. © J.-C. Gutner
Colza : fertiliser au semis avec discernement
Pour favoriser la croissance à l’automne et limiter la nuisibilité des attaques d’insectes aux stades jeunes du colza, fertiliser…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures