Aller au contenu principal

Incendie à la récolte : « Le mur de flammes avançait rapidement sur une largeur de 100 mètres. »

Agriculteur dans l’Eure, Gilles Lenfant a été confronté au feu à plusieurs reprises à l'été 2019. Son expérience lui a démontré que même des agriculteurs aguerris pouvaient se faire surprendre par la vitesse des flammes.

Pour Gilles Lenfant, disposer d'un déchaumeur attelé et prêt à partir pendant la moisson est désormais indispensable. © C. Baudart
Pour Gilles Lenfant, disposer d'un déchaumeur attelé et prêt à partir pendant la moisson est désormais indispensable.
© C. Baudart

Le 23 juillet 2019, Gilles Lenfant battait une parcelle située à environ 7 kilomètres de son corps de ferme, situé à Miserey, dans l’Eure. Le thermomètre flirtait avec les 43 °C et un vent chaud de 30 ou 40 km/h venant du sud n’arrangeait pas la situation. « Je n’ai jamais eu aussi chaud à la moisson, se souvient Gilles. C’était encore pire qu’en 2003. » Alors qu’il ramène une benne vers la ferme, il voit au loin de la fumée.

« On s’est dit que ce n’était pas loin de chez nous, raconte le céréalier. Mon fils qui était à la ferme m’a alors appelé pour me dire que le feu était parti dans le champ d’une voisine qui moissonnait à 700 mètres de nos bâtiments. » De blanche, la fumée est devenue noire quand le feu a attaqué la benne et le tracteur restés dans le champ de la voisine. Sautant plusieurs routes et carbonisant au passage plusieurs parcelles, le feu a pris dans l’un des champs de Gilles Lenfant où le blé était encore sur pied, près de sa ferme.

« Le mur de flammes avançait rapidement sur une largeur d’environ 100 mètres. Par chance, j’avais battu la veille sur une largeur de 21 mètres le long du corps de ferme. Cela a permis à mon fils de déchaumer à cet endroit pour empêcher le feu d’atteindre les bâtiments. » Une manœuvre pas dénuée de risque, puisque le feu a commencé à prendre sur la paille agglomérée sur le déchaumeur.

« C’est impressionnant, il y a de quoi se faire peur »

« C’est impressionnant, il y a de quoi se faire peur, reconnaît l’agriculteur. On est face à un mur de flammes de 2 mètres de haut, il y a la chaleur, le crépitement. Lorsque je suis arrivé, la quasi-totalité des 15 hectares avait brulé. Le vent emportait des flammèches qui se déposaient 50 mètres plus loin. Et il y avait encore 30 à 40 hectares de blé sur pied à proximité, dans le sens des vents dominants. » Le feu est finalement maîtrisé par les pompiers. Deux jours après, Gilles Lenfant s’est de nouveau retrouvé à l’épreuve du feu, alors qu’il moissonnait avec un ami sur une commune voisine.

Vu les événements des jours passés, il avait un déchaumeur attelé à un tracteur au bout du champ. Comme ils étaient à deux machines, il a pris son déchaumeur et fait deux ou trois tours. Au moment de faire un passage pour prendre de la largeur, il s’est fait surprendre par la rapidité de propagation des flammes, l’obligeant à passer juste à côté des flammes. « Il faut faire très attention car même avec l’expérience on peut se faire piéger. Pour moi, disposer d’un déchaumeur attelé à proximité est désormais une obligation à la moisson des pailles. »
 

Les plus lus

Les disponibilités en azote sont exceptionnellement faibles, au risque d'impacter la récolte prochaine.
Flambée des prix et risque de pénurie pour les engrais azotés
En sympathie avec les prix du gaz, les cours des engrais azotés pulvérisent les records. Pire, l’offre est limitée. Pour espérer…
Surcroît de travail, étalement du parcellaire et allongement des distances... Toutes les conséquences de l'agrandissement doivent être envisagées afin d'en évaluer l'impact sur les conditions de travail au quotidien.
Foncier agricole : quatre questions à se poser avant de s’agrandir
Lorsqu’une opportunité se présente, s’agrandir est souvent tentant. Mais les économies d’échelle ne sont pas forcément au rendez-…
Face aux dégradations, Cécile Ruèche, agricultrice à Bailly dans les Yvelies, a installé des panneaux pour expliquer le rôle des bandes enherbées et en interdire l'accès. Ces zones tampons sont désormais mieux respectées.
Agriculture périurbaine : « Ne pas rester seul face aux incivilités dans la plaine »
En zone périurbaine, incivilités et dégradations des parcelles sont usantes. L’action collective permet de ne pas se décourager…
Les faibles poids spécifiques sont le principal point faible de la récolte 2021 de blé tendre en France. La teneur en protéines est en revanche satisfaisante.
Qualité des blés 2021 : êtes-vous dans la moyenne ?
Ce n’est pas une grande année pour la qualité des blés français, notamment en raison de l’effondrement du poids spécifique sous l…
En créant un groupement d'employeurs, Mickaël et Vanessa Dupeyron, ainsi que Raphaël Descat, ont pu proposer des CDI à leurs salariés.
Gagner plus en travaillant moins : le collectif gagnant de trois agriculteurs
Trois agriculteurs unissent leurs moyens et leur énergie pour développer leur activité. Le groupement d’employeurs qu’ils…
Le prix du blé dur français a répliqué la forte hausse enregistrée en Amérique du Nord au cours de l'été pour dépasser 400 €/t.
Blé dur : pourquoi les prix explosent malgré une qualité française médiocre ?
La récolte canadienne rachitique fragilise l’équilibre offre/demande du bilan mondial de blé dur, provoquant l’envolée des prix…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures