Aller au contenu principal

Interview de Michel Portier, directeur d'Agritel
« Il y aura un avant et un après juin 2007 »

Les cours se sont tassés mais la volatilité ne va pas disparaître. Michel Portier, directeur d’Agritel, nous livre son analyse à la veille de la nouvelle campagne.

Quels enseignements tirer de la campagne qui s’achève ?

Michel Portier - Avant juin 2007, les fondamentaux de l’offre et de la demande orientaient à 90 % les marchés céréaliers. Depuis, analyser la tendance nécessite de regarder aussi de nombreux marchés périphériques comme celui des actions, le cours du pétrole, les taux d’intérêts… auxquels réagissent les fonds d’investissement.

Pourquoi ?

M.P. - Cette campagne a inauguré l’arrivée de certains fonds sur le marché à terme parisien, impulsée par la crise financière : ces fonds se sont détournés des marchés d’actions et ont réalloué leurs actifs sur les matières premières, notamment agricoles. Auparavant, ils opéraient principalement sur les marchés à terme américains. Pour la première fois de manière significative, ils sont venus aussi sur Euronext. Leur présence à la fois à Chicago et à Paris a enclenché la corrélation entre les deux places. En Europe, le marché n’avait jamais évolué de façon aussi réactive aux aléas du marché mondial. La tension sur les stocks explique la hausse des cours jusqu’à 180-190 euros la tonne. L’amplitude jusqu’à 280-300 euros est le résultat d’opérations plus ou moins spéculatives.

Chicago et Paris resteront-ils aussi corrélés ?

M. P. - En toute logique, les cours devraient aujourd’hui être plus bas en Europe qu’aux États- Unis. Les Américains n’ont jamais eu de stocks aussi faibles alors que la France et l’Union européenne terminent la campagne avec des stocks de blé et de maïs plutôt conséquents à la fin d’une telle campagne. Le marché européen continue de bénéficier d’une prime liée à l’incertitude de la moisson d’environ 15 euros/tonne. Si la future récolte tient ses promesses en Europe et surtout dans le pourtour de la mer Noire, on peut s’attendre à une pression baissière. Car Bruxelles n’a pas rétabli les contingents d’importation sur les blés de basse et moyenne qualité.

Les marchés peuvent-ils redevenir moins volatils ?

M. P. - La détente des cours a été nette mais la volatilité restera forte. Même avec une récolte record, les stocks mondiaux resteront tendus. Cette tension est à elle seule source de volatilité et elle va entretenir l’intérêt des fonds. Une amplitude de 40 euros la tonne sur un an sera celle d’une campagne calme. Une campagne « sportive » ressemblera à celle que l’on vient de vivre avec un variabilité de 200 euros/tonne. Avant juin 2007, en présence d’une amplitude de 20 euros/tonne sur un an, on parlait d’une campagne chahutée !

Comment faut-il vendre ses céréales dans ce nouveau contexte ?

M. P. - Un marché devenu volatile où des facteurs extérieurs aux fondamentaux influent de plus en plus rend les anticipations plus complexes. Opter entre prix ferme et prix moyen de campagne dépend du temps et des moyens, y compris financiers, qu’on se donne pour arbitrer les risques de prix. Dans ce contexte, vendre toute sa récolte à prix ferme en cours de campagne sans stratégie de couverture pour étaler ses ventes et marquer des prix revient à faire de la spéculation à l’aveugle.Vendre au prix de campagne consiste à confier cette gestion au trader de sa coopérative. Ce mode de commercialisation reste pertinent surtout lorsque les coopératives l’ont amélioré avec, par exemple, la possibilité d’acheter des options d’achats pour profiter de hausses ultérieures.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

[vidéo] Julien Denormandie : « La transition agroécologique impose de créer de la valeur. »
Interrogé par les parlementaires, le ministre de l’agriculture a estimé que peu de secteurs peuvent se prévaloir des efforts…
L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures