Aller au contenu principal

Etats généraux du paysage
Halte au gaspillage des terres agricoles

Un franc succès pour les premiers États généraux du paysage qui ont eu lieu à Paris, le 8 février, où 500 participants se sont pressés, à l´initiative de la FNSafer et de la fédération des Conservatoires d´espaces naturels.


Le paysage français est en danger, tous les participants l´ont exprimé. Dans ce débat, l´agriculture tient une place importante puisqu´elle occupe 60 % du territoire français. Pourtant, ce n´est pas faute de législation, car elle est fournie, mais détournée en permanence. « Il faut définitivement mettre un terme au gaspillage de nos terres agricoles, a lancé André Thévenot, président de la FNSafer. Si le vocable de développement durable a un sens, il doit s´appliquer pleinement ici ». Les chiffres sont sans appel : 36 000 hectares d´espaces naturels, notamment agricoles disparaissent chaque année sous le béton et le goudron. 20 000 hectares sont transformés en pelouse, alors que les besoins en terres agricoles seront de plus en plus élevés. « Pourtant, l´Allemagne nous prouve que nous pouvons y mettre fin », a souligné Jacques Rousseau-Dufour, président de la fédération des Conservatoires d´espaces naturels. En effet, notre voisin, à niveau de développement similaire, consomme déjà 1,5 fois moins de terres et a pris la décision politique de réduire cette consommation de moitié dans les dix ans à venir.
L´agriculture, qui occupe 60 % du territoire français, tient un rôle majeur dans la protection du paysage. ©S. Leitenberger

Appliquer la convention européenne
Les représentants du collectif, regroupant 300 structures et organisations qui ont signé le manifeste pour les paysages en novembre 2005, ont insisté sur la nécessité pour la France de transcrire dans son intégralité la Convention européenne du paysage. Cette convention signée en octobre 2000 a pour but de promouvoir la protection, la gestion et l´aménagement de tous les paysages européens, et d´organiser la coopération européenne dans ce domaine.
Le collectif a établi une série de recommandations afin de faire en sorte d´intégrer la dimension « paysages » dans les décisions politiques d´aménagement. Il s´agit de proposer une méthodologie aux décideurs, qui repose beaucoup sur la concertation de tous les acteurs locaux (aménageurs, constructeurs, industriels, agriculteurs, forestiers, gestionnaires de sites.) et sur la sensibilisation du rôle du paysage dans notre vie quotidienne. « Ce n´est pas un décor, mais une étoffe qui entoure les habitants, c´est un savoir-faire ensemble, c´est une traduction de nos acquis culturels », exprimait Thierry Geffray, président de la communauté de communes du Diois (Drôme).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures