Aller au contenu principal

Glyphosate : vers une interdiction en labour et maintien à dose réduite en non-labour

Selon les usages, la molécule devrait être interdite ou autorisée avec de fortes réductions des doses. L’agriculture de conservation des sols ne bénéficierait pas d’un régime particulier.

En agriculture de conservation des sols et en semis direct, le glyphosate pourrait être autorisé avec une limitation de dose. © Arvalis
En agriculture de conservation des sols et en semis direct, le glyphosate pourrait être autorisé avec une limitation de dose.
© Arvalis

Les modalités de sortie du glyphosate se précisent. Lors des auditions par la mission d’information parlementaire sur la sortie du glyphosate le 23 juillet dernier, le directeur de l’Anses, Roger Genet, a évoqué les grandes lignes de ce plan de retrait, qui sera mis en place jusqu'à 2022, date de réexamen du glyphosate au niveau européen. Les autorisations de mise sur le marché (AMM) distingueront trois situations : un retrait total de l’usage, une limitation de la dose maximale autorisée ou un maintien de l’usage, réservé aux seules impasses techniques.

Pour les grandes cultures, « il est tout à fait possible d’interdire le glyphosate dans les pratiques de labour », a considéré Roger Genet. Pour les situations de non-labour, ce dernier a évoqué « une limitation des quantités maximales autorisées à l’hectare », sans dérogation particulière pour l’agriculture de conservation (ACS). Pour Roger Genet, « la limitation des quantités à l’hectare doit permettre de répondre, pour les exploitations concernées, au maintien des usages ».

Une position conforme à celle de l’Association pour une agriculture durable (Apad), exprimée à l’occasion de la remise à l’Inrae d’un rapport dédié.

Dans cet état des lieux, l’association estime qu’une dérogation « nécessiterait de créer un cahier des charges fermé spécifique à l’ACS, peu compatible avec les enjeux de son développement en France et le choix de certains agriculteurs d’adapter progressivement l’ACS ».

L’Apad plaide pour une autorisation du « désherbage après récolte et avant mise en culture en zones cultivées » en situation de semis direct à la dose maximale de 1 080 g/ha sur graminées et dicotylédones annuelles. Elle est de 2 880 g/ha aujourd’hui. Pour les vivaces, la valeur proposée est de 1 440 g/ha, contre 2 520 g/ha aujourd’hui. La publication des AMM est prévue début octobre. En cas de retrait total, la vente sera possible jusqu’en avril 2021, avec une utilisation jusqu’en octobre 2021.

Le glyphosate a été réautorisé en 2017 pour cinq ans dans l'Union européenne. En 2022, il fera l'objet d'un réexamen. Si les instances européennes décident son interdiction, il n'y aura plus de possibilité de dérogation dans les états de l'UE.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures