Aller au contenu principal

Fongicide/pommes de terre : l’anti-mildiou mancozèbe interdit en 2021

Fongicide utilisé depuis des lustres en pomme de terre entre autres, le mancozèbe a fait l’objet d’une décision d’interdiction par les instances européennes.

Près de la moitié des anti-mildiou homologués sur pomme de terre contiennent du mancozèbe. © V. Marmuse
Près de la moitié des anti-mildiou homologués sur pomme de terre contiennent du mancozèbe.
© V. Marmuse

Très utilisé sur pomme de terre entre autres, le mancozèbe sera interdit de commercialisation dès le 31 janvier 2021 mais son utilisation restera possible durant l’année avec un délai restant à fixer par chaque État, de façon à écouler les stocks restants des produits contenant cette matière active. La décision a été prise le 23 octobre par le Scopaff(1), comité en charge de ce type de décision pour l’Union Européenne. Cela faisait déjà plusieurs années que le mancozèbe était pointé du doigt pour son profil écotoxicologique peu favorable. L’agence européenne Efsa l’avait classé parmi les perturbateurs endocriniens en 2019 et la molécule faisait l’objet de restrictions d’emploi sur certaines productions comme la pomme de terre.

« Ce produit est classé comme cancérigène probable aux États-Unis depuis près de 30 ans et reconnu comme hautement toxique en Europe. Il aurait dû être hors circuit depuis longtemps », mentionnait il y a quelques semaines Éric Andrieu, député européen prônant l’interdiction du fongicide. Le député présente la molécule comme le troisième pesticide le plus utilisé en Europe, derrière le glyphosate et le prosulfocarbe.

Sur un tiers des traitements fongicides en pomme de terre

Le produit est en effet très employé en arboriculture fruitière, cultures légumières, productions florales, viticulture… En grandes cultures, son usage se limite quasiment à la pomme de terre(2) pour lutter contre le mildiou et l’alternaria. « La molécule entre dans la composition d’à peu près la moitié des fongicides et un tiers des traitements sont réalisés avec un produit contenant du mancozèbe, précise Loïc Lemeur, UNPT (Union nationale des producteurs de pommes de terre). Cette décision n’est pas une surprise pour notre organisation avec des indicateurs de profil écotoxicologique et environnemental qui ne laissaient pas beaucoup de place à l’espoir de voir maintenu cette substance active. »

La pomme de terre bénéficie d’une panoplie de fongicides assez étendue permettant une lutte efficace contre le mildiou. Avec le retrait du mancozèbe, ce n’est pas tant son efficacité anti-mildiou qui va manquer mais son rôle pour éviter les résistances de pathogènes grâce à son mode d’action multisites. Sur alternaria, une maladie secondaire en pomme de terre, le mancozèbe constitue en revanche une des rares molécules efficaces.

Déjà depuis quelques années, le mancozèbe était de moins en moins utilisé. Son retrait pourrait cependant se traduire par une augmentation du coût des programmes fongicides sur pomme de terre avec des produits solo présentant un prix modique. La molécule était déjà sur le marché dans les années 70 avec le produit Dithane. C’est l’heure de la retraite pour le mancozèbe.

(1) Comité permanent des végétaux, des animaux, des denrées alimentaires et de l’alimentation animale
(2) Aussi homologué en céréales mais très peu utilisé

Les plus lus

10,8 millions de tonnes d'engrais ont été livrées au cours de la campagne 2021-2022, soit une baisse de 5 % par rapport à la campagne précédente.
Engrais azotés : toujours du retard dans les achats des agriculteurs
La situation sur le marché des engrais reste tendue avec des prix très élevés, des agriculteurs attentistes et un risque d’…
Denis Bollengier a bénéficié d’une prise en charge financière totale pour implanter sa haie grâce au dispositif de paiement pour services environnementaux.
« J’ai financé ma haie grâce aux paiements pour services environnementaux »
Denis Bollengier, agriculteur dans le Nord, a financé l’implantation d’une haie en bénéficiant d’un paiement pour service…
Laurent Gasnier, agriculteur à Épieds-en-Beauce dans le Loiret.
Biodiversité : « Je reçois des aides pour des couverts et des jachères bénéfiques à la faune »
Agriculteur à Épieds-en-Beauce dans le Loiret, Laurent Gasnier a multiplié les aménagements parcellaires pour favoriser la…
Les besoins de trésorerie par hectare vont potentiellement doubler par rapport à 2020 pour la nouvelle campagne, atteignant 700 à 800 euros/hectare pour certaines cultures.
Hausse des besoins de trésorerie : planifier les dépenses pour sécuriser son exploitation
Dans cette période de grande incertitude, les bons résultats de la récolte 2022 imposent de planifier ses besoins de trésorerie…
Au départ de la Route du Rhum, un catamaran en fibres de lin
Roland Jourdain, double vainqueur de la Route du Rhum, naviguera cette année sur un bateau écoresponsable et innovant. Celui-ci…
La rémunération des PSE peut prendre plusieurs formes : financement d’infrastructures, rétribution en nature (matériel), intégration dans le prix d’achat à l’agriculteur...
Les PSE, des outils de financement encore en construction
Les paiements pour services environnementaux (PSE) se développent pour accompagner financièrement les changements de pratiques…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures