Aller au contenu principal

Fongicide/pommes de terre : l’anti-mildiou mancozèbe interdit en 2021

Fongicide utilisé depuis des lustres en pomme de terre entre autres, le mancozèbe a fait l’objet d’une décision d’interdiction par les instances européennes.

Près de la moitié des anti-mildiou homologués sur pomme de terre contiennent du mancozèbe. © V. Marmuse
Près de la moitié des anti-mildiou homologués sur pomme de terre contiennent du mancozèbe.
© V. Marmuse

Très utilisé sur pomme de terre entre autres, le mancozèbe sera interdit de commercialisation dès le 31 janvier 2021 mais son utilisation restera possible durant l’année avec un délai restant à fixer par chaque État, de façon à écouler les stocks restants des produits contenant cette matière active. La décision a été prise le 23 octobre par le Scopaff(1), comité en charge de ce type de décision pour l’Union Européenne. Cela faisait déjà plusieurs années que le mancozèbe était pointé du doigt pour son profil écotoxicologique peu favorable. L’agence européenne Efsa l’avait classé parmi les perturbateurs endocriniens en 2019 et la molécule faisait l’objet de restrictions d’emploi sur certaines productions comme la pomme de terre.

« Ce produit est classé comme cancérigène probable aux États-Unis depuis près de 30 ans et reconnu comme hautement toxique en Europe. Il aurait dû être hors circuit depuis longtemps », mentionnait il y a quelques semaines Éric Andrieu, député européen prônant l’interdiction du fongicide. Le député présente la molécule comme le troisième pesticide le plus utilisé en Europe, derrière le glyphosate et le prosulfocarbe.

Sur un tiers des traitements fongicides en pomme de terre

Le produit est en effet très employé en arboriculture fruitière, cultures légumières, productions florales, viticulture… En grandes cultures, son usage se limite quasiment à la pomme de terre(2) pour lutter contre le mildiou et l’alternaria. « La molécule entre dans la composition d’à peu près la moitié des fongicides et un tiers des traitements sont réalisés avec un produit contenant du mancozèbe, précise Loïc Lemeur, UNPT (Union nationale des producteurs de pommes de terre). Cette décision n’est pas une surprise pour notre organisation avec des indicateurs de profil écotoxicologique et environnemental qui ne laissaient pas beaucoup de place à l’espoir de voir maintenu cette substance active. »

La pomme de terre bénéficie d’une panoplie de fongicides assez étendue permettant une lutte efficace contre le mildiou. Avec le retrait du mancozèbe, ce n’est pas tant son efficacité anti-mildiou qui va manquer mais son rôle pour éviter les résistances de pathogènes grâce à son mode d’action multisites. Sur alternaria, une maladie secondaire en pomme de terre, le mancozèbe constitue en revanche une des rares molécules efficaces.

Déjà depuis quelques années, le mancozèbe était de moins en moins utilisé. Son retrait pourrait cependant se traduire par une augmentation du coût des programmes fongicides sur pomme de terre avec des produits solo présentant un prix modique. La molécule était déjà sur le marché dans les années 70 avec le produit Dithane. C’est l’heure de la retraite pour le mancozèbe.

(1) Comité permanent des végétaux, des animaux, des denrées alimentaires et de l’alimentation animale
(2) Aussi homologué en céréales mais très peu utilisé
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

[vidéo] Julien Denormandie : « La transition agroécologique impose de créer de la valeur. »
Interrogé par les parlementaires, le ministre de l’agriculture a estimé que peu de secteurs peuvent se prévaloir des efforts…
L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures