Aller au contenu principal

Débat
Faut-il créer des retenues d’eau de substitution en irrigation

Le principe des réserves de substitution est de pomper de l’eau des rivières ou des nappes en hiver pour la stocker jusqu’à l’été. Les autorisations de création seront bientôt collectives en se basant sur un volume prélevable par bassin versant. L'avis de Daniel Martin, président d’AGPM Irrigants et de Bernard Rousseau, président du réseau « eau » de France Nature Environnement.

Daniel Martin, président d’AGPM Irrigants.

POUR - L’ENJEU POUR LES AGRICULTEURS EST DE SÉCURISER LEUR APPROVISIONNEMENT EN EAU.Or, certaines années, les volumes prélevables sont insuffisants en été mais largement disponibles en hiver. Ces réserves permettent de réduire l’impact sur l’environnement puisqu’on a moins besoin de prélever quand les niveaux sont au plus bas. On peutmême y voir un moyen de régulation de débit. Au moment de l’étiage, ces volumes d’eau stockée pourraient réapprovisionner les cours d’eau afin d’être disponibles pour d’autres usages que l’agriculture. Certains rétorquent que la qualité est dégradée. Mais ne vaut-il pas mieux une eau dont les caractéristiques ont été modifiées que pas d’eau du tout ? ÉVIDEMMENT, LES PRÉLÈVEMENTS EN HIVER DOIVENT RÉPONDRE À DES RÈGLES TRÈS STRICTES avec des seuils adaptés et permettant de réduire l’impact sur le milieu, comme c’est déjà le cas en été. Les irrigants sont de plus en plus vigilants sur leurs pratiques et la gestion d’un quota annuel y contribue. NOUS SOMMES TOUT A FAIT CONSCIENTS QU’IL FAUT DONNER LA PRIORITÉ AU DIALOGUE. L’obligation de concevoir des projets collectifs de réserves, telle que le prévoit le prochain décret, sera une avancée à condition de garantir le partage de la gestion de l’eau et de se définir des objectifs communs compatibles avec une activité économique.

 


 

Bernard Rousseau, président du réseau « eau » de France Nature Environnement.

CONTRE - LA RETENUE DE SUBSTITUTION EST UN ÉLÉMENT DE PLUS DANS LE MOUVEMENT D’ARTIFICIALISATION DU MILIEU. Dire que l’on protège le milieu en prélevant l’hiver pour moins prélever l’été est un argument qui ne tient pas. L’objectif est en fait de se donner les moyens de poursuivre, voire de renforcer l’irrigation dans les zones de répartition des eaux, c’est-à-dire à fort déficit hydrique. Le but est de toujours chercher à aller à la limite du système dans une logique d’agriculture intensive. Ceci est d’autant plus scandaleux que les retenues de substitution sont subventionnées à 70 %. Il serait justifié que les agriculteurs soient soumis à certains dispositifs contraignants, comme la règle de compensation des zones humides ou des 80 % maximum de prélèvement sur les réserves. Or ils s’y opposent. Quant à l’argument de réintroduire l’eau des retenues dans le milieu, celle-ci est eutrophisée et trop chaude et pourrait dégrader la qualité de l’eau des rivières et des nappes. LA GESTION PAR PROJETS COLLECTIFS peut permettre d’éviter de grosses erreurs, mais sous prétexte d’efficacité, cela ajoute des acteurs intermédiaires qui ont un intérêt financier à faire aboutir les projets. Enfin, on peut se demander comment vont vieillir les géomenbranes qui couvrent le fond des retenues. Personne n’a d’expérience là-dessus.

 

Les plus lus

« Nous mettons à disposition des saisonniers une fiche de poste et des notes de service avec les règles de sécurité, comme l’interdiction de l’usage du téléphone sur la route, le respect de la limitation de vitesse, explique Nicolas Hubail. Le salarié s’engage à respecter les consignes et atteste qu’il a été sensibilisé aux risques du travail et au Code de la route. » © N. Hubail
Conduite d’engins agricoles : « Nous sensibilisons les salariés au Code de la route dès leur arrivée »
Formation des salariés, signature de documents de prévention, sanctions en cas de mauvais comportement : pour Nicolas Hubail,…
Moisson 2021 : une récolte de blé tendre en net rebond
Avec des rendements en blé tendre attendus autour de 75 q/ha, la moisson tricolore devrait renouer avec des volumes confortables…
cartes agence bio surfaces 2020
Agriculture biologique : les surfaces continuent de croître en grandes cultures
Les surfaces certifiées bio ont continué d'augmenter en grandes cultures en 2020, mais les surfaces en cours de conversion…
« Pour l’implantation du colza, limiter au maximum le travail du sol pour maintenir la fraîcheur »
Le colza est une plante exigeante sur la structure du sol, surtout avec des semis effectués en plein été. Chargé d’études sur l’…
L'indice des fermages pour les prochaines factures est de 106,48 © C. Baudart
Terres agricoles : hausse de l’indice des fermages 2021
Le nouvel indice du fermage vient de paraître au Journal officiel. Fixé à 106,48, il connaît ainsi sa troisième hausse en trois…
Moisson 2021 : vers une récolte abondante et historiquement tardive
En ce début juillet, le temps instable se poursuit et les pluies, même faibles, se succèdent, retardant les moissons. Les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures