Aller au contenu principal

Embauche en agriculture : faire appel à un groupement d'employeur pour recruter ?

Confier le recrutement à un groupement d'employeurs spécialisé permet de trouver des profils intéressants. Et d'être accompagné par des pros tout au long du processus.

Pour le salarié, le recours à un groupement d'employeurs permet d'obtenir un temps plein, même s'il travaille sur plusieurs exploitations.
Pour le salarié, le recours à un groupement d'employeurs permet d'obtenir un temps plein, même s'il travaille sur plusieurs exploitations.
© C. Baudart

Recourir à un groupement d’employeurs permet d’embaucher à temps partiel et de faire face à un pic d’activité. Mais il permet aussi d’embaucher en confiant à d’autres l’embauche et la gestion du salarié. Pour ce dernier, la formule permet d’obtenir un temps plein, même s’il travaille sur plusieurs exploitations.

« Nous sommes en recherche continue de candidats. Les réponses à une offre sont parfois plus adaptées à une autre offre à pourvoir en même temps. Notre objectif est d’orienter les bons profils vers les bonnes entreprises. Nous réceptionnons les CV, réalisons un premier tri puis proposons une rencontre avec le chef d’entreprise. C’est lui qui a le dernier mot », explique Sandrine Gagné, du groupement Pluralis.

Au-delà du recrutement, le groupement accompagne les adhérents dans la gestion des ressources humaines du salarié. « Nous construisons un planning avec la ou les entreprises dans lesquels les salariés vont travailler. Nous proposons des formations adaptées, comme le Caces, soudure ou le Certiphyto, ce qui leur permet de monter en compétences. Nous réalisons également les entretiens annuels et professionnels avec les adhérents. » Confier le recrutement à un tiers permet d’obtenir des candidatures ciblées.

Les plus lus

Pucerons sur une betterave
Néonicotinoïdes : pas de dérogations possibles selon la CJUE, les betteraviers s’insurgent
Un arrêté de la Cour de justice de l’Union européenne estime que les Etats membres ne peuvent pas réautoriser les néonicotinoïdes…
Christophe Noisette (Inf'OGM) et Hugo Clément devant une parcelle de colza.
Du colza génétiquement modifié retrouvé près de Rouen : pourquoi l’Anses préconise de mieux surveiller les OGM dans l’environnement ?
Suite à la détection de colza génétiquement modifié au bord d’une route normande par Inf’OGM et Hugo Clément, l’Anses recommande…
L'orge semé durant la première quinzaine d'octobre est particulièrement en avance cette année.
Météo agricole : quelles menaces pour les cultures en avance ?
« Vague de chaleur hivernale », « faux printemps », malgré le retour de températures de saison, quel est l'impact de la douceur…
Chaque culture peut être assurée avec une franchise qui lui est propre, et le déclenchement se fait à la culture en cas de sinistre.
Assurance récolte: comprendre la réforme qui s'applique en 2023
Le nouveau dispositif qui articule solidarité nationale et assurance récolte privée entre en vigueur. Objectif : convaincre un…
Les producteurs ne pourront pas utiliser des semences enrobées aux néonicotinoïdes pour les semis 2023.
Néonicotinoïdes : clap de fin pour les semences de betteraves
Le ministère de l’Agriculture confirme l’interdiction de l’usage des néonicotinoïdes en France pour enrober les semences de…
Manifestation d'agriculteurs à Paris
Néonicotinoïdes : des agriculteurs vont manifester le 8 février à Paris
La confédération générale des planteurs de betteraves, la FNSEA Grand Bassin Parisien et des fédérations de JA, appellent les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures