Aller au contenu principal

Exportations : l’Algérie pourrait s’ouvrir au blé russe dès septembre 2020

Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé tendre, pourrait relever le seuil de grains punaisés dès le prochain appel d’offres de septembre, ouvrant la porte aux blés russes. Un coup dur pour la France ?

chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
La France pourrait se retrouver confrontée dès septembre à la concurrence des blés mer Noire sur l'Algérie, un débouché historique essentiel pour le blé tricolore.
© V. Marmuse

Le cahier des charges de l’opérateur étatique algérien « pourrait s’ouvrir à la mer Noire à l’occasion du prochain appel d’offres », qui devrait se tenir courant septembre. C'est ce qu'a indiqué Thierry de Boussac, du Synacomex, le 16 septembre à l’occasion d’une conférence de presse de FranceAgriMer. L'office d'Etat algérien devrait en effet à cette occasion changer son cahier des charges. Si les spécifications du nouveau cahier des charges ne sont pas encore formellement connues, la décision de remonter le taux de grains punaisés autorisé serait entérinée par les autorités algériennes.

Le nouveau chiffre évoqué, à confirmer, serait de 0,5 % de grains punaisés, contre 0,2 % actuellement. Cela lèverait la barrière aux blés russes, empêchés jusqu’ici d’accéder à ce marché à cause du seuil très strict sur les grains punaisés.

Un coup dur pour le blé français, pour lequel l’Algérie est un débouché essentiel ? Pour Thierry de Boussac, « ce nouveau cahier des charges pourrait ne pas être si défavorable que cela au blé français ». Ce relèvement du seuil de grains punaisés pourrait s’accompagner, pour les origines concernées, d’un relèvement de la teneur en protéines exigées.

Les exportations de blé tendre français ont bénéficié en 2019-2020 de flux très importants vers la Chine totalement inédits, et ont regagné des parts de marché sur les débouchés traditionnels de la France. © Réussir / Douanes.
L'Algérie a importé 5,6 Mt de blé français en 2019-2020 et représente entre un tiers et la moitié des exportations françaises de blé vers pays tiers selon les années.

L’information risque néanmoins de faire grand bruit. Depuis plusieurs années, les opérateurs tricolores expriment leur crainte de voir le marché algérien ouvert à la mer Noire, dont les blés affichent souvent une très bonne compétitivité, et ont déjà su conquérir des débouchés traditionnels français.

En 2019-2020, la France a exporté 5,6 millions de tonnes (Mt) sur l’Algérie, sur un total record de 13,4 Mt sur pays tiers. Ces dernières années, les expéditions vers l’Algérie ont oscillé entre 3,1 et 5,7 Mt. L’Algérie couvre habituellement entre 50 % et 80 % de ses besoins avec l’origine France, tandis que le débouché algérien représente entre un tiers et la moitié des exportations françaises vers les pays tiers. Compte tenu de la petite récolte française 2020 et de flux déjà engagés vers la Chine, les ventes de blé français vers l’Algérie pourraient être inférieures à 2 Mt selon Thierry de Boussac.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
En agriculture de conservation des sols et en semis direct, le glyphosate pourrait être autorisé avec une limitation de dose. © Arvalis
Glyphosate : vers une interdiction en labour et maintien à dose réduite en non-labour
Selon les usages, la molécule devrait être interdite ou autorisée avec de fortes réductions des doses. L’agriculture de…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures