Aller au contenu principal

Euralis et Caussade Semences fusionnent pour donner naissance à Lidea

Engagé il y a un an, le rapprochement des semenciers Euralis Semences et Caussade Semences Group aboutit à la création de Lidea, neuvième semencier mondial.

Pierre Pagès, président et Pierre Flye-Sainte-Marie, directeur général de Lidea : "Le rapprochement entre Euralis Semences et Caussade Semences permet d’atteindre une taille critique sur le marché des semences." © C. Gloria
Pierre Pagès, président et Pierre Flye-Sainte-Marie, directeur général de Lidea : "Le rapprochement entre Euralis Semences et Caussade Semences permet d’atteindre une taille critique sur le marché des semences."
© C. Gloria

Les groupes Euralis Semences et Caussade Semences ont concrétisé leur rapprochement. Depuis ce 1er septembre, les deux sociétés ne font plus qu’une et elle se nomme Lidea (prononcer Lidéa). Cette nouvelle entité se positionne à la neuvième place du marché mondial des semences avec un chiffre d’affaires de 350 millions d’euros. Plus de 90 % des ventes de Lidea s’effectuent dans la grande Europe, de la péninsule ibérique à la Russie, et 45 % en France.

Euralis et Caussade Semences apportent les variétés de leurs gammes respectives en maïs, tournesol, céréales à paille (Caussade), colza, soja, sorgho, cultures fourragères, couverts d’interculture… « Pour les agriculteurs, c’est important d’avoir une société multi-espèces qui leur fournit les solutions les plus diverses possible », affirme Pierre Pagès, président du Conseil d’administration de Lidea. Près de la moitié (45 %) du chiffre d’affaires provient des semences de maïs et 24 % du tournesol.

Atteindre une taille critique sur le marché des semences

Le groupe est implanté dans les différents pays européens avec 17 stations de recherche et des usines de production de semences en France, Roumanie, Espagne, Ukraine et bientôt en Russie. « Nous sommes implantés pour fournir tous les marchés européens, souligne Pierre Flye-Sainte-Marie, directeur général de Lidea. Ce rapprochement permet d’atteindre une taille critique sur le marché des semences. Il offre la possibilité de poursuivre les investissements en recherche et développement pour renforcer significativement les positions de nos marques. »

En cette campagne 2020-2021, les marques des deux semenciers d’origine sont conservées : Euralis Semences, France Canada Semences, Codisem, Caussade Semences… Les produits de Lidea continueront à être commercialisés sous différentes marques. Dans Lidea, Euralis a pris la majorité du capital.

EN CHIFFRES

Un semencier multi-espèces

350 millions d’euros de chiffre d’affaires (CA) (données 2018). Euralis Semences avait un CA de 220 M€ avant le rapprochement, Caussade Semences, 140 M€.

45 % du CA réalisé en France

45 % du CA en maïs, 24 % en tournesol, 8 % en céréales à paille, 5 % en colza, 4 % en fourrages et couverts végétaux, 3 % en soja et sorgho

45000 hectares de production de semences répartis dans 5 pays

Plus de 2000 employés, 8 usines de production en Europe (4 en France), 17 stations de recherche

Les plus lus

Le groupe Soufflet collecte 5,6 millions de tonnes de grains par an. © gutner  archive
InVivo en négociation exclusive pour le rachat du groupe Soufflet
L’union des coopératives In Vivo est entrée en négociation exclusive avec le négoce Soufflet pour reprendre 100 % du capital du…
Tereos
Tereos : les opposants prennent le pouvoir au sein du géant sucrier
C’est l’épilogue d’un conflit commencé en 2017 : les opposants, qui reprochaient à la direction de Tereos une gouvernance…
Lettre Gérard Clay - Tereos
Gérard Clay, président de Tereos : « une nouvelle page se tourne »
Restaurer la confiance et ramener de la rentabilité avec les cœurs de métier de la coopérative : telles sont les premières…
La réalisation d'un plan de trésorerie mensuel est un bon outil pour y voir clair et gérer son stress ! © C. Baudart
Trésorerie à sec : éviter le mur
Le complément des aides PAC vient de rentrer, la coopérative annonce des ristournes, une partie des impôts fonciers est restituée…
Betteraves touchées par la jaunisse en 2020 - La dérogation pour l'utilisation des néonicotinoïdes va s'accompagner de restrictions fortes concernant la rotation. Reste à savoir si cela dissuadera les planteurs de maintenir leurs surfaces en betteraves. © G. Omnès
Betteraves/néonicotinoïdes : un projet d’arrêté contraignant pour les rotations
Le projet d’arrêté encadrant l’usage des néonicotinoïdes en traitement de semences sur betteraves vient d’être publié pour…
 © C. Baudart
Comment réussir son départ en retraite quand on est agriculteur ?
Dans combien de temps partirez-vous à la retraite ? Quels seront vos revenus ? Que devient votre exploitation ? Des questions à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures