Aller au contenu principal

Euralis et Caussade Semences fusionnent pour donner naissance à Lidea

Engagé il y a un an, le rapprochement des semenciers Euralis Semences et Caussade Semences Group aboutit à la création de Lidea, neuvième semencier mondial.

Pierre Pagès, président et Pierre Flye-Sainte-Marie, directeur général de Lidea : "Le rapprochement entre Euralis Semences et Caussade Semences permet d’atteindre une taille critique sur le marché des semences." © C. Gloria
Pierre Pagès, président et Pierre Flye-Sainte-Marie, directeur général de Lidea : "Le rapprochement entre Euralis Semences et Caussade Semences permet d’atteindre une taille critique sur le marché des semences."
© C. Gloria

Les groupes Euralis Semences et Caussade Semences ont concrétisé leur rapprochement. Depuis ce 1er septembre, les deux sociétés ne font plus qu’une et elle se nomme Lidea (prononcer Lidéa). Cette nouvelle entité se positionne à la neuvième place du marché mondial des semences avec un chiffre d’affaires de 350 millions d’euros. Plus de 90 % des ventes de Lidea s’effectuent dans la grande Europe, de la péninsule ibérique à la Russie, et 45 % en France.

Euralis et Caussade Semences apportent les variétés de leurs gammes respectives en maïs, tournesol, céréales à paille (Caussade), colza, soja, sorgho, cultures fourragères, couverts d’interculture… « Pour les agriculteurs, c’est important d’avoir une société multi-espèces qui leur fournit les solutions les plus diverses possible », affirme Pierre Pagès, président du Conseil d’administration de Lidea. Près de la moitié (45 %) du chiffre d’affaires provient des semences de maïs et 24 % du tournesol.

Atteindre une taille critique sur le marché des semences

Le groupe est implanté dans les différents pays européens avec 17 stations de recherche et des usines de production de semences en France, Roumanie, Espagne, Ukraine et bientôt en Russie. « Nous sommes implantés pour fournir tous les marchés européens, souligne Pierre Flye-Sainte-Marie, directeur général de Lidea. Ce rapprochement permet d’atteindre une taille critique sur le marché des semences. Il offre la possibilité de poursuivre les investissements en recherche et développement pour renforcer significativement les positions de nos marques. »

En cette campagne 2020-2021, les marques des deux semenciers d’origine sont conservées : Euralis Semences, France Canada Semences, Codisem, Caussade Semences… Les produits de Lidea continueront à être commercialisés sous différentes marques. Dans Lidea, Euralis a pris la majorité du capital.

EN CHIFFRES

Un semencier multi-espèces

350 millions d’euros de chiffre d’affaires (CA) (données 2018). Euralis Semences avait un CA de 220 M€ avant le rapprochement, Caussade Semences, 140 M€.

45 % du CA réalisé en France

45 % du CA en maïs, 24 % en tournesol, 8 % en céréales à paille, 5 % en colza, 4 % en fourrages et couverts végétaux, 3 % en soja et sorgho

45000 hectares de production de semences répartis dans 5 pays

Plus de 2000 employés, 8 usines de production en Europe (4 en France), 17 stations de recherche

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures