Aller au contenu principal

Engrais azotés : toujours du retard dans les achats des agriculteurs

La situation sur le marché des engrais reste tendue avec des prix très élevés, des agriculteurs attentistes et un risque d’embouteillage pour s’approvisionner au printemps.

10,8 millions de tonnes d'engrais ont été livrées au cours de la campagne 2021-2022, soit une baisse de 5 % par rapport à la campagne précédente.
Les livraisons d'engrais enregistrent un recul de 5 % lors de la campagne 2021-2022 par rapport à la campagne précédente. Une tendance particulièrement marquée pour les engrais de fond.
© J. Nanteuil

L’Union nationale des industriels de la fertilisation (Unifa) a fait un point sur la campagne actuelle de livraisons d'engrais et a dévoilé les chiffres de la campagne 2021-2022 lors d’une conférence de presse le 8 novembre. Le retard de 20 % dans le taux de couverture en engrais azotés des agriculteurs observé en septembre 2022 par rapport à une campagne classique est toujours d’actualité en novembre. « Les agriculteurs restent attentistes au regard des prix actuels des engrais », constate Florence Nys, déléguée générale de l’Unifa.

Les prix restent aussi élevés que la campagne précédente mais la responsable décrit une situation différente en raison du ralentissement de la production européenne. « Même s’il n’y a pas de pénurie, cela va être plus complexe au niveau logistique pour assurer l’approvisionnement au printemps, considère la responsable. C’est pourquoi il important d’avoir un étalement des achats ».

Les sites français opérationnels

À date, les sites français de production d’engrais azotés (ammonitrates) fonctionnent normalement indique l’Unifa. « Ils sont situés près des ports et peuvent importer directement de l’ammoniac, notamment des États-Unis », avance Florence Nys. Ce qui leur permet de ne pas subir la hausse du prix du gaz nécessaire à la production d’ammoniac.

Recul de la consommation d’engrais

L’Unifa a ensuite présenté les statistiques de livraisons d’engrais au cours de la campagne 2021-2022. 10,8 millions de tonnes (Mt) d’engrais ont été livrées en France, soit un recul de 5 % par rapport à 2020-2021. L’envolée du prix des engrais, liée à la guerre en Ukraine et à la crise énergétique, explique les arbitrages faits par les agriculteurs. La baisse est particulièrement marquée pour les engrais de fonds et les engrais composés.

 
Évolution des livraisons d'engrais en France au cours de la campagne 2021-2022. © Unifa

 

Dans le détail, la baisse est de 11,9 % pour les engrais phosphatés (P) simples, de 15,4 % pour les engrais potassiques (K) et magnésiens (Mg) simples, de 10,7 % pour les engrais composés PK, et de 18,6 % pour les engrais composés NP, NK, NPK et organo-minéraux. Les livraisons d’engrais azotés (N) simples reculent de 2,7 %. Seuls les amendements minéraux basiques progressent de 1,8 %.

La baisse du prix des engrais n’étant pas encore à l’ordre du jour, le recul des livraisons constaté sur la campagne 2021-2022 devrait se poursuivre en 2022-2023.

Les fabricants d’engrais pourraient bénéficier
du pacte de décarbonation

Emmanuel Macron a proposé le 8 novembre un pacte de décarbonation aux industriels les plus émetteurs de CO2 en France. Parmi eux figurent notamment les fabricants d’engrais Yara et Borealis, importants consommateurs de gaz pour obtenir de l’ammoniac nécessaire à la fabrication d’engrais. Le Président de la République a annoncé le doublement de l’aide publique à la décarbonation à 10 milliards d’euros en échange d’un doublement des efforts des industriels en matière de réduction des émissions de CO2. Selon l’Unifa, les fabricants d’engrais sont déjà engagés dans une stratégie de décarbonation. Le développement du procédé de catalyse chez les fabricants a permis de diminuer de 50 % les émissions de CO2 liées à la fabrication d’engrais et d’autres technologies sont aujourd’hui à l’étude pour poursuivre cette tendance (hydrolyse de l’eau, captation du carbone).

Les plus lus

Pour une bonne rotation des stocks, notez la date de rentrée des produits sur les bidons.  © N. Cornec/Aravalis
Stockage des produits phytosanitaires : bien ranger son local phyto
Si toutes les fermes comportent un local pour stocker les produits phytosanitaire, ce dernier n’est pas toujours aux normes.…
Blé : ils contrôlent les maladies avec peu de fongicides malgré une forte pression
Substances naturelles, variétés tolérantes, semis peu denses et retardés, bas volume associé à réduction de dose : en Seine-…
10,8 millions de tonnes d'engrais ont été livrées au cours de la campagne 2021-2022, soit une baisse de 5 % par rapport à la campagne précédente.
Engrais azotés : toujours du retard dans les achats des agriculteurs
La situation sur le marché des engrais reste tendue avec des prix très élevés, des agriculteurs attentistes et un risque d’…
Denis Bollengier a bénéficié d’une prise en charge financière totale pour implanter sa haie grâce au dispositif de paiement pour services environnementaux.
« J’ai financé ma haie grâce aux paiements pour services environnementaux »
Denis Bollengier, agriculteur dans le Nord, a financé l’implantation d’une haie en bénéficiant d’un paiement pour service…
Fiscalité : deux exemples pour mieux comprendre la DEP
Fiscalité : deux exemples pour mieux comprendre la DEP
La déduction pour épargne de précaution (DEP) est un outil de défiscalisation et de lissage des prélèvements sociaux très…
Un tiers des producteurs envisage de réduire ou d'arrêter la production de maïs semences.
Maïs semences : un tiers des producteurs envisagent de réduire les surfaces ou d’arrêter
Les producteurs de maïs semences affichent un moral en berne après une année 2022 très difficile. La filière cherche des moyens…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures