Aller au contenu principal

Engouement pour le bio dans nos campagnes

L’Agence bio a dévoilé le 20 septembre ses chiffres concernant la conversion des exploitations en agriculture biologique lors du premier semestre 2016.

Depuis le début de l’année, l’Agence bio comptabilise 696 exploitations en grandes cultures engagées dans la conversion, une des plus belles progressions (+ 15 % par rapport au premier semestre 2015) si on compare aux autres productions. Ce sont plus de 50 000 ha de grandes cultures dont la conversion a débuté en 2016 et qui pourront répondre en 2018 aux besoins de l’alimentation humaine et animale. Cependant, cet engouement semble se tasser. Au premier semestre 2015, les grandes cultures comptabilisaient 4 280 engagements soit une hausse de 22 % par rapport à 2014 et 60 000 hectares débutaient leur conversion en agriculture bio.

Plus de dix espèces cultivées

Toutefois avec 4 438 exploitations engagées en agriculture biologique au 30 juin 2016, les grandes cultures se placent sur le podium, talonnant la production de légumes avec 4 490 exploitations et devançant de près la viticulture avec 4 420 engagements. En 2014, 30 % des exploitations engagées en bio (toutes orientations confondues) cultivaient des céréales, des oléoprotéagineux ou des légumes secs. Alors qu’en conventionnel, 85 % des surfaces sont emblavées avec cinq espèces, en bio, plus de dix espèces sont cultivées. Cela se traduit notament par la culture de mélanges de céréales dans les rotations. Les trois quarts des exploitations intégraient de la luzerne dans leur rotation et 20 % des surfaces sont des mélanges de céréales et de légumineuses.

Toutes spécialisations confondues, l’Agence bio comptabilise vingt et une nouvelles fermes bio chaque jour. Au 30 juin 2016, le nombre de producteurs bio s’élevait à 31 880. D’ici la fin de l’année, l’agence bio estime que près d’1,5 million d’hectare (soit 5,8 % de la SAU), dont 500 000 ha en conversion, seront consacrés à l’agriculture bio.

 

Voir aussi "Premières rencontres des grandes cultures bio le 24 novembre à Paris".

Les plus lus

« Nous mettons à disposition des saisonniers une fiche de poste et des notes de service avec les règles de sécurité, comme l’interdiction de l’usage du téléphone sur la route, le respect de la limitation de vitesse, explique Nicolas Hubail. Le salarié s’engage à respecter les consignes et atteste qu’il a été sensibilisé aux risques du travail et au Code de la route. » © N. Hubail
Conduite d’engins agricoles : « Nous sensibilisons les salariés au Code de la route dès leur arrivée »
Formation des salariés, signature de documents de prévention, sanctions en cas de mauvais comportement : pour Nicolas Hubail,…
Moisson 2021 : une récolte de blé tendre en net rebond
Avec des rendements en blé tendre attendus autour de 75 q/ha, la moisson tricolore devrait renouer avec des volumes confortables…
cartes agence bio surfaces 2020
Agriculture biologique : les surfaces continuent de croître en grandes cultures
Les surfaces certifiées bio ont continué d'augmenter en grandes cultures en 2020, mais les surfaces en cours de conversion…
« Pour l’implantation du colza, limiter au maximum le travail du sol pour maintenir la fraîcheur »
Le colza est une plante exigeante sur la structure du sol, surtout avec des semis effectués en plein été. Chargé d’études sur l’…
L'indice des fermages pour les prochaines factures est de 106,48 © C. Baudart
Terres agricoles : hausse de l’indice des fermages 2021
Le nouvel indice du fermage vient de paraître au Journal officiel. Fixé à 106,48, il connaît ainsi sa troisième hausse en trois…
Moisson 2021 : vers une récolte abondante et historiquement tardive
En ce début juillet, le temps instable se poursuit et les pluies, même faibles, se succèdent, retardant les moissons. Les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures