Aller au contenu principal

Prestation agricole de A à Z : « il ne faut pas se focaliser sur le prix »

Faire appel à un prestataire de service pour réaliser l'ensemble des travaux de plaine a le vent en poupe. Pour Jérémy Faucheux, à la tête de l'ETA JMA, l'idéal est « de privilégier la confiance et de ne pas se focaliser sur le seul critère du prix ».

La sous-traitance de A à Z ne cesse de se développer en France, qu’il s’agisse de faire faire l'ensemble des travaux agricoles ou la totalité des tâches de l’entreprise, y compris la gestion et la commercialisation.
La sous-traitance de A à Z ne cesse de se développer en France, qu’il s’agisse de faire faire l'ensemble des travaux agricoles ou la totalité des tâches de l’entreprise, y compris la gestion et la commercialisation.
© @bdrt.drone

La sous-traitance de A à Z ne cesse de se développer en France, qu’il s’agisse de faire faire l’ensemble des travaux agricoles ou la totalité des tâches de l’entreprise, y compris la gestion et la commercialisation. Une réalité qu’observe Jérémy Faucheux, dirigeant de l’entreprise de travaux agricole JMA, à Bazoches en Dunois (Eure-et-Loir).

« Nous proposons du travail à façon classique et nous sommes spécialisés en cultures industrielles (betteraves, pommes de terre, oignons). Nous rencontrons de plus en plus d’agriculteurs en fin de carrière souhaitant transmettre leur exploitation à leurs enfants, qui, eux, ne sont pas dans l’agriculture. Les fermes sur lesquelles nous réalisons une prestation intégrale représentent déjà un total de 1 550 hectares. Déléguer les travaux agricoles nécessite que le travail soit bien fait. L’idéal, est de choisir un prestataire qui fasse les travaux d’un bout à l’autre. C’est ce que nous proposons. Nous travaillons chez nos clients de la même façon que sur notre ferme, avec les mêmes pratiques et les mêmes produits.

La plupart de nos clients sont des agriculteurs qui décident quand il faut intervenir, mais nous développons également un contrat en gestion complète, dans lequel nous gérons toute l’exploitation, de la commande de phytos à la vente de céréales ».

Ce système, qui assure un revenu fixe aux propriétaires, intéresse surtout les enfants qui veulent conserver le bien de leurs parents.

Le risque de prix cassés

Jérémy Faucheux recommande « de privilégier la confiance et de ne pas se focaliser sur le seul critère du prix » : quand les tarifs sont cassés, le travail est toujours bien fait au début, mais ça dure rarement très longtemps et ça peut coûter cher. « Le prestataire doit pouvoir renouveler régulièrement son matériel et bien rémunérer ses équipes », rappelle le chef d’entreprise.

Les plus lus

Dans son local phytosanitaire, l’agriculteur doit vérifier que chaque produit détient une AMM en cours de validité.
Contrôle phytosanitaire : ce que vous devez savoir pour être prêt sur votre exploitation
Bien connaître la réglementation sur l’usage des phyto est impératif pour se préparer à un contrôle. Vigilance sur le classement…
Les semences de ferme gagnent du terrain au profit des trieurs à façon dont l'activité augmente.
La suprématie des semences fermières bouscule les équilibres de la filière
Les semences de ferme ont pris le pas sur les semences certifiées en céréales à paille. Faut-il s’inquiéter pour l’amélioration…
Via leur rôle de stockage de carbone dans le sol, les grandes cultures contribuent à la lutte contre le changement climatique.
Le label bas carbone grandes cultures est validé
Les filières de grandes cultures ont enfin leur label bas carbone. Ce sésame devrait permettre à des collectifs d’agriculteurs de…
Faire appel à un voisin ou à une entreprise spécialisée limite les soucis mais n'évite pas les explications et les prises de décisions.
Exploitation agricole : à l’âge de la retraite, quelles solutions pour attendre un repreneur ?
À l’approche de la retraite, des agriculteurs veulent lever le pied sans passer la main, en attendant un éventuel repreneur…
Émeric Simon (à gauche) et Yannick Bourdat. « La chimie marche de moins en moins face aux graminées résistantes et, avec des habitations proches, seul le désherbage mécanique permet d’intervenir jusqu’à la périphérie des parcelles. »
« Nous baissons les IFT, pas les rendements, en modifiant nos pratiques culturales »
Au sein d’un groupe Dephy isérois, Yannick Bourdat et Émeric Simon ont modifié parc matériel et assolement pour limiter le…
Tous les produits contenant  du métaldéhyde sont taxés.
Antilimaces : pour le métaldéhyde, coût augmenté et stockage obligatoire en local phyto
A compter de cette année, les produits à base de métaldéhyde font l’objet de taxes spécifiques et d’obligation de stockage en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures