Aller au contenu principal

[édito] La transition agro-écologique en chantier : sortir des injonctions

Désherbage mécanique. Le monde agricole n’a pas besoin d’injonctions à la transition, mais d’un vrai chantier pour bâtir de nouveaux standards, avec des points de rendez-vous. © P. Mischler
Désherbage mécanique. Le monde agricole n’a pas besoin d’injonctions à la transition, mais d’un vrai chantier pour bâtir de nouveaux standards, avec des points de rendez-vous.
© P. Mischler

Nouvelle passe d’armes sur le front des pesticides. La Fondation Nicolas Hulot a dégainé en février un rapport dénonçant la très faible part des financements alloués à l’agriculture qui contribuerait réellement à faire baisser l’usage des phytos. D’où des résultats « catastrophiques » des politiques menées depuis dix ans, selon l’ONG. Une partie du monde agricole a répliqué en contestant les chiffres du rapport, et en soulignant les gros efforts déjà effectués.

Pourra-t-on sortir de ce débat stérile en continuant de brandir la « transition agroécologique » comme un totem ? La transition, c’est le chemin que l’on découvre avoir parcouru lorsque l’on se retourne, une fois arrivé à destination. Encore faut-il avoir défini le point d’arrivée. Le monde agricole n’a pas besoin d’injonctions à la transition, mais d’un vrai chantier.

Un chantier nécessite des plans, sur lesquels les différentes parties prenantes sont tombées d’accord. Il doit rassembler les différents corps de métier nécessaires à son exécution, chacun connaissant sa tâche et sa place dans une action coordonnée. Les moyens à mettre en œuvre sont également connus et maîtrisés, les points d’étapes clairement définis.

On en est loin. Bien sûr, des travaux sont lancés. Les organismes de recherche cherchent. Les fermes du réseau Dephy tentent de le relever, le défi. Certains brandissent des solutions parfois antagonistes. Mais on ne voit toujours pas émerger le pont qui permettra de passer sur l’autre rive. Pour l’heure, chaque agriculteur est sommé, individuellement, de trouver une embarcation pour faire le trajet à ses risques et périls.

Bâtir un pont, c’est compliqué. D’autant plus que le chantier devra être ouvert au public pour asseoir sa légitimité. Les débats entamés autour de la nouvelle PAC seront l’occasion d’en dresser les plans. Encore faudrait-il une volonté partagée de trouver un terrain d’entente. Port du casque obligatoire.

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Les pigeons s'attaquent au tournesol avec un impactsur le rendementquand ils enconsommentles tiges ou apex. © C. Watier
Maïs et tournesol : semer un couvert pour leurrer les oiseaux
Entre produits répulsifs et système d’effarouchements, il n’existe pas de solution miracle empêchant les pigeons et corvidés de s…
Chaulage : « j'ai économisé 4000 euros grâce à la mesure de résistivité de mes parcelles »
 Associé du Gaec de la voie lactée, Patrice Lièvre cultive 220 hectares à Vernoux-en-Gatine, dans les Deux-Sèvres. Tous les ans,…
Contre la jaunisse transmise par des pucerons, les néonicotinoïdes sur semences de betterave constituent la solution de lutte la plus efficace. © G. Omnès
Néonicotinoïdes/betteraves : jusqu’à 15 jours de retard dans la distribution de semences
Avec une parution de l’arrêté sur les néonicotinoïdes le 5 février, le pelliculage des semences avec ces insecticides a démarré…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Thierry Royer et Bruno Bremenson, agriculteurs dans l'Orne."Avec une prestation de coupe et déchiquetage assurée par Bois négoce énergie, les haies nous rapportent 12 euros la tonne de bois plaquette." © C. Gloria
Les haies, des atouts agronomiques et une source de revenu
Au-delà de l’intérêt environnemental et agronomique, deux producteurs de grandes cultures de l’Orne valorisent économiquement…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures