Aller au contenu principal

Ecophyto : Phyteis veut un changement de méthode dans le suivi des phytos

Le syndicat Phyteis (fabricants de pesticides, ex-UIPP) demande un « changement de méthode » dans l’évaluation des produits phytosanitaires dans le cadre d’Ecophyto, « ciblant les risques et non les moyens de production ».

Certains traitements phytosanitaires doivent être effectués le soir (ici fongicide sur colza au printemps) conformément à la réglementation liée aux insectes ...
Phyteis souhaite un changement dans la méthode pour suivre l'utilisation des produits phytos en France.
© H. Challier

Le syndicat Phyteis (ex UIPP), qui regroupe les principales sociétés commercialisant des produits phytosanitaires, note une baisse moyenne de 5 % du chiffre d’affaires du secteur en France en 2023 (2,4 milliards d’euros) par rapport à 2022. Les ventes sont constituées à 46 % par des herbicides, 30 % par des fongicides, 9 % par des insecticides…

Yves Picquet, président de Phyteis, met en avant « une baisse structurelle des quantités de matière active depuis plus de 20 ans. » Mais une hausse de 17 % de ces substances a été enregistrée entre 2021 et 2022. Yves Picquet l’attribue « en grande partie à la croissance des ventes de matières actives utilisables en agriculture biologique tels que le soufre, le cuivre… »

Prendre en compte la dangerosité des produits dans les indicateurs

Par ailleurs, le président de Phyteis pointe du doigt la situation en France où certaines matières actives sont interdites alors qu’elles sont utilisées dans d’autres pays de l’UE tels les insecticides acétamipride, sulfoxaflor, flupyradifurone. Il est favorable « à toute initiative pour diminuer l’impact des produits phytosanitaires sur l’environnement » mais il dénonce la méthode employée au travers d’Ecophyto 2030. Il souhaiterait qu’il y ait une harmonisation des indicateurs d’évolution des traitements phytos en retenant l’indice européen HRI1 « qui prend en compte la dangerosité des produits », plutôt que l’indice Nodu en France. Le syndicat estime que le Nodu, qui « correspond à un nombre de traitements moyens appliqués annuellement sur l’ensemble des cultures, à l’échelle nationale », ne reflète pas « l’amélioration des pratiques » agricoles.

Les plus lus

Mention " archives " obligatoire / discussion technique entre agricultrice et technicien / itinéraires culturaux et utilisation des produits phytosanitaires / marges / ...
Conseil stratégique phytosanitaire : le dispositif définitivement abandonné dans sa forme actuelle

Parmi les mesures prises par le gouvernement Attal pour répondre à la colère des agriculteurs figure la suppression du conseil…

Moisson dans l' Indre près d' Issoudun le 8 juillet 2022. Agriculteur et sa fille dans une parcelle de blé
Fermage : comment sécuriser la transmission des baux hors cadre familial ?

Sans repreneur familial, la cession du foncier loué peut s’avérer compliquée. Il existe des outils, qui dans l’idéal sont à…

Simon Avenel, agriculteur à Goderville (76),"La marge économique dégagée par le miscanthus à l'hectare est supérieure à celle du blé ou du colza grâce à la ...
Lutte contre l’érosion : « J’ai implanté 7 kilomètres de bandes de miscanthus pour faire obstacle au ruissellement »

Agriculteur à Goderville (Seine-Maritime), Simon Avenel a réduit la taille de ses parcelles et planté du miscanthus en…

Famille agricole, père avec sa fille et ses petits-enfants dans une parcelle agricole
Transmission d’exploitation agricole : quelles sont les options pour le foncier en propriété ?
Être propriétaire des terres que l’on exploite permet de mieux maîtriser le foncier lors de la transmission. Une réflexion reste…
Culture intermédiaire fixatrice d’azote
Jachère 2024 : la dérogation et ses nouvelles conditions publiées par Bruxelles

La Commission européenne a tranché et publie ce jour un règlement accordant aux agriculteurs européens une exemption partielle…

Parcelle agricole en jachère
Jachère : Bruxelles propose une nouvelle dérogation pour 2024

La Commission européenne propose une nouvelle dérogation pour la jachère 2024, à la demande notamment de la France.

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures