Aller au contenu principal

Céréales
Du blé dur certifié du champ à l´assiette à la Coopérative de Bollène-Barjac dans le Vaucluse

La coopérative céréalière de Bollène-Barjac, dans le Vaucluse, contractualise avec ses adhérents et répond au maximum aux exigences de ses clients.


« Nous sommes une interface entre l´agriculteur et le client. Nous faisons en sorte que l´agriculteur réponde parfaitement aux exigences de nos clients », explique Denis Maucci, directeur de la coopérative de céréales Bollène-Barjac, dans le Vaucluse. Cette coopérative, de taille familiale, collecte chaque année près de 20 000 tonnes de blé dur auprès de plus de 400 adhérents. Dans cette région céréalière, les exploitations, représentatives pour 60 % des apports, occupent en moyenne une centaine d´hectares. Le blé dur représente les deux tiers de la collecte de la coopérative qui affiche une politique commerciale dynamique et qui sensibilise les agriculteurs sur la notion de qualité. « Chaque année depuis 1996, la coopérative organise des stages orientés sur le blé dur : physiologie, apport d´azote, travail du sol ou démarche qualité. Animés par Arvalis, ces stages ont pour but de donner aux agriculteurs des outils de réflexion pour une meilleure rentabilité économique de l´exploitation » poursuit Denis Maucci.
60 % du blé dur collecté est en contrat qualité
Environ 11 500 tonnes des blés durs sont en contrat qualité, soit près de 60 % de l´ensemble des blé collectés. « Nous voulons que la contractualisation reste une démarche volontaire. Quand l´agriculteur souscrit à un contrat, il sait pour quel client il va travailler », explique-t-il. Les clients de la coopérative sont des pastiers tels que Panzani ou Alpina Savoie, marque régionale. Chaque client a ses exigences et son cahier des charges. « Trois types de contrats sont proposés : le contrat Jaune (qui correspond à l´indice de jaune du grain de blé), le contrat Protéines, primé à partir de 14,5 % de protéines et enfin le contrat Traçabilité, qui assure un suivi de la culture îlot par îlot. Les contrats sont cumulables. Le client impose parfois la variété. Les primes peuvent aller de 9 à 18 euros la tonne », annonce Denis Maucci.
Le cahier des charges de Panzani avec les organismes stockeurs est strict et chaque fournisseur est visité une fois par an. Plusieurs points sont contrôlés. Les pratiques de stockage et de conservation des grains ainsi que les conditions d´expéditions doivent être garanties.
Première démarche en France de totale certification
« Alpina Savoie est la première démarche en France avec une certification totale : l´agriculteur, le stockeur, le semoulier et le pastier doivent tous être certifiés. Nous ne vivons pas la filière comme une contrainte mais comme un facteur d´amélioration qui nous tire vers le haut. Chaque année, nous réalisons deux audits internes dans nos silos et nous les notons. Cela nous permet d´être toujours prêts en cas de contrôle. Tous nos silos sont aux normes HACCP et certifiés Bonnes pratiques et nous avons obtenu la norme Iso 9001 sur le site de Bollène », poursuit-il. A cela s´ajoute un silo de blé dur issu de l´agriculture biologique. Bref, tout ce qu´il faut pour satisfaire la demande.
Denis Maucci paraît donc confiant. Les contrats qu´il passe avec les agriculteurs et avec ses clients lui assurent une certaine quiétude quant à son approvisionnement et à ses ventes. La nouvelle réforme de la Pac ne l´angoisse pas trop. « C´est vrai que cette nouvelle réforme peut être un facteur d´inquiétude. On est sur un équilibre précaire, il ne faudrait pas qu´elle perturbe ce qui est mis en place. Au sein de la coopérative, nous accompagnons les agriculteurs en leur expliquant en quoi consiste cette nouvelle réforme. Ils continueront à faire du blé dur », estime Denis Maucci. En revanche, ce qui l´inquiète réellement, c´est la fréquentation de plus en plus accrue des magasins discount par les consommateurs. « Cela incite les grandes surfaces à tirer sans cesse les prix vers le bas. Pourtant il ne faut pas se leurrer, on ne peut obtenir un produit de qualité en payant le moins cher possible. » Et cela est aussi valable pour les pâtes.
Chiffres clés
530 adhérents inscrits dont 406 livreurs
6 000 000 euros de chiffre d´affaires.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures