Aller au contenu principal

Désherbage colza/métazachlore : quelles sont les nouvelles règles d'usage ?

Les herbicides à base de métazachlore vont faire l'objet de restrictions d'emploi dès la prochaine campagne.

Contre les géranium sur colza, le métazachlore associé à d'autres molécules dans un programme herbicide constitue une solution de lutte satisfaisante. © Réussir SA
Contre les géranium sur colza, le métazachlore associé à d'autres molécules dans un programme herbicide constitue une solution de lutte satisfaisante.
© Réussir SA

Le métazachlore est utilisé dans plus de deux programmes de désherbage sur trois sur colza. Il présente l'atout d'être efficace sur de nombreuses dicotylédones et graminées. Mais la molécule herbicide a tendance à se retrouver dans les eaux souterraines, avec des pollutions générant des dépassements de seuil de qualité.

« De nouvelles mesures réglementaires vont s’appliquer dès la prochaine campagne, étendue à l’ensemble des herbicides à base de métazachlore, informe Terres Inovia. La dose maximale d’emploi en substance active descend à 750 g/ha de métazachlore (contre 1000 g/ha jusqu'à maintenant). Le métazachlore ne pourra pas être utilisé plus d’une fois tous les quatre ans, dosé à 750 g/ha ou plus d’une fois tous les trois ans à 500 g/ha. »

 

Le métazachlore avait déjà fait l'objet d'une communication spécifique de la part des sociétés phytosanitaires et de Terres Inovia à partir de 2017 mettant en avant les bonnes pratiques agricoles pour limiter les risques de transfert dans les eaux souterraines. Par ailleurs, la substance active doit faire l'objet d'un renouvellement de son autorisation au niveau européen. Prévue le 31 juillet 2021, l'échéance de cette procédure a été repoussée d'un an.

Les plus lus

betteraves bio dans une usine Cristal Union
Cristal Union annonce un prix de la betterave « à 30 €/t dans les toutes prochaines années »
Arguant des effets positifs de la restructuration accomplie au sein du groupe et de la fermeté du marché mondial du sucre, le…
[vidéo] Pyrale du maïs : un quad customisé pour épandre les trichogrammes
Un quad avec épandeur de trichogramme intégré : cette innovation testée par Bioline et la coopérative Oxyane permet de simplifier…
En bio, passée juste avant la moisson, l’écimeuse (ici, la Selac de Bionalan) évite de récolter de la matière verte qui pénalise la conservation et la pureté, impliquant des efforts de triage importants. © Bionalan
Désherbage : l’écimage, solution de secours contre les adventices
Le recours à l’écimeuse se développe, y compris en conventionnel. Certains modèles offrent une grande marge de manœuvre pour…
Avec ce coup de chaud, les parcelles superficielles risquent de décrocher. Les parcelles profondes ou irriguées peuvent passer le cap sans trop de dégâts.
Coup de chaud sur les blés : faut-il craindre une chute de rendement ?
Les jours à venir s’annoncent très chauds. Par endroits, la pluviométrie de mai est déjà consommée par les plantes et le risque…
discussion trilogue
PAC : les négociations entre eurodéputés et ministres achoppent sur les mesures environnementales
Au bout de trois jours de trilogue, les négociations entre la Commission européenne, le Parlement européen et les ministres se…
Michel et Nicolas Dostes, agriculteurs à Astaffort (47)  -   "Avec des colzas développés suffisamment tôt grâce au semis direct et précoce, aucun insecticide n'a été employé l'automne dernier." © Gaec Dostes
Colza : « Ma stratégie permet d’économiser 50 à 70 euros/hectare d’insecticides »
A Astaffort dans le Lot-et-Garonne, Nicolas Dostes est passé au semis direct et à une implantation précoce du colza. La pression…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures