Aller au contenu principal

Désherbage : « Acheter une houe ? Jamais je n'y aurai pensé il y a cinq ans ! »

Agriculteurs au sein d’un groupe Dephy dans l’Isère soucieux de diminuer les IFT, Yannick Bourdat et Émeric Simon ont réduit fortement les herbicides, notamment grâce à la maîtrise de nouveaux outils de travail du sol.

« La houe enlève environ deux tiers des adventices, la herse 80 %, mais même la chimie a désormais ses limites », constate Yannick Bourdat.
« La houe enlève environ deux tiers des adventices, la herse 80 %, mais même la chimie a désormais ses limites », constate Yannick Bourdat.
© S. Marie

Pour réduire la dépendance aux herbicides, en plus de sortir davantage la charrue, Yannick Bourdat et Émeric Simon ont adopté de nouveaux outils. Yannick a commencé par la herse étrille. « Elle est efficace juste après le semis sur des sols souples, mais n’est pas idéale sur terrains argileux et lourds. J’ai donc acheté une houe rotative — 20 000 euros — début 2021. On s’arrange avec un voisin : je lui prête ma houe, il me prête sa herse étrille. Jamais je n’aurais pensé acheter ça il y a cinq ans ! » Le désherbage n’est pas parfait, mais l’intervention permet aussi d’aérer le sol.

« La houe enlève environ deux tiers des adventices, la herse 80 %, mais même la chimie a désormais ses limites. » L’agriculteur a aussi investi dans un semoir pneumatique à 60 cm et une bineuse de même écartement, afin de réduire ses herbicides sur colza. « Ces investissements sont lourds, mais entraînent de vrais progrès. »

Émeric, lui, a commencé « en bidouillant de vieux outils ». Cette année, il a acquis une bineuse avec pulvérisation sur le rang, divisant par trois la surface traitée. Un investissement de 22 500 euros, moins 30 % de subventions. « Je fais au moins un binage sur les cultures de printemps, deux si nécessaire. Mais une petite pluie derrière fait ressortir les adventices : il faut alors repasser. D’autres outils me seraient utiles, mais il faudrait partager l’investissement avec quelqu’un… Or tout le monde n’est pas prêt à adopter ces nouvelles techniques ! » De plus, les fenêtres d’intervention sont trop courtes pour investir en Cuma.

Des semis plus profonds en vue du désherbage mécanique

« Ce type de matériel est encore nouveau : même ceux qui nous le vendent ne savent pas comment ça marche », remarque Yannick Bourdat, qui a fait appel au technicien de la FDCuma pour l’aider à la mise en route… avec quelques frayeurs. « Quand on passe l’outil la première fois et que cela soulève de la terre partout, on a peur de laminer notre culture. Et en vue du désherbage mécanique, on fait des semis plus profonds. On angoisse pendant quelques jours quand les cultures des voisins lèvent et pas les nôtres ! »

Les plus lus

Les disponibilités en azote sont exceptionnellement faibles, au risque d'impacter la récolte prochaine.
Flambée des prix et risque de pénurie pour les engrais azotés
En sympathie avec les prix du gaz, les cours des engrais azotés pulvérisent les records. Pire, l’offre est limitée. Pour espérer…
Surcroît de travail, étalement du parcellaire et allongement des distances... Toutes les conséquences de l'agrandissement doivent être envisagées afin d'en évaluer l'impact sur les conditions de travail au quotidien.
Foncier agricole : quatre questions à se poser avant de s’agrandir
Lorsqu’une opportunité se présente, s’agrandir est souvent tentant. Mais les économies d’échelle ne sont pas forcément au rendez-…
Face aux dégradations, Cécile Ruèche, agricultrice à Bailly dans les Yvelies, a installé des panneaux pour expliquer le rôle des bandes enherbées et en interdire l'accès. Ces zones tampons sont désormais mieux respectées.
Agriculture périurbaine : « Ne pas rester seul face aux incivilités dans la plaine »
En zone périurbaine, incivilités et dégradations des parcelles sont usantes. L’action collective permet de ne pas se décourager…
Les faibles poids spécifiques sont le principal point faible de la récolte 2021 de blé tendre en France. La teneur en protéines est en revanche satisfaisante.
Qualité des blés 2021 : êtes-vous dans la moyenne ?
Ce n’est pas une grande année pour la qualité des blés français, notamment en raison de l’effondrement du poids spécifique sous l…
Le prix du blé dur français a répliqué la forte hausse enregistrée en Amérique du Nord au cours de l'été pour dépasser 400 €/t.
Blé dur : pourquoi les prix explosent malgré une qualité française médiocre ?
La récolte canadienne rachitique fragilise l’équilibre offre/demande du bilan mondial de blé dur, provoquant l’envolée des prix…
Circuler avec les engins agricoles sur les routes très fréquentées requiert des précautions.
Agriculture périurbaine : « Pour accéder à mes parcelles, j’évite les entrées et sorties de bureau »
Circulation difficile, dégâts de lapins, dépôts sauvages… Des agriculteurs situés en zone périurbaine cherchent la parade face à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures