Aller au contenu principal

Des surfaces de blé dur au plus bas en France

Les surfaces de blé dur atteignent un plus bas historique avec 239 000 hectares prévu, tandis que des initiatives tentent de relancer la culture.

La surface de blé dur dépassait les 500 000 hectares en 2010. En 2020, elle aura diminué de moitié. © J.-C. Gutner/Archives
La surface de blé dur dépassait les 500 000 hectares en 2010. En 2020, elle aura diminué de moitié.
© J.-C. Gutner/Archives

Le blé dur a pâti des conditions pluvieuses de l’automne-hiver qui ont empêché dans certaines régions la réalisation des semis. À la mi-février, les prévisions officielles de surface s’établissaient à 239 000 hectares, soit un peu moins que la campagne précédente (246 000 ha) et en baisse de 27 % par rapport à la moyenne 2015-2019. C’est le plus bas niveau depuis plus de vingt ans. Toutes les régions sont concernées par les faibles emblavements. « Sans les problèmes climatiques, il y aurait eu une légère augmentation des surfaces par rapport à 2018-2019 », souligne Mathieu Killmayer, animateur de la filière blé dur chez Arvalis.

Dans le Sud-Est où s’est tenue la 22e journée nationale blé dur le 4 février, c’est la dégringolade. En région Paca, on dénombre à peine plus de 20 000 hectares de blé dur, contre plus de 40 000 hectares trois ans auparavant. « En décembre, la région a voté en assemblée plénière un plan filière qui prévoit un soutien financier pour de nombreux projets d’irrigation incluant des surfaces de blé dur », rapporte Édouard Cavalier, président de l’Association blé dur développement (ABDD).

Manque de renouvellement variétal

« Nous voulons agir sur des surfaces en friche dans notre région en incitant à une remise en culture, en collaborant avec les propriétaires de ces parcelles », ajoute Stéphane Jézéquel, ingénieur régional Méditerranée chez Arvalis. La nouvelle application de la Safer-Paca, Open friche map, met en évidence ces friches pour cibler les parcelles pouvant être remises en culture. La région veut également valoriser la production locale.

Plus largement, le blé dur souffre d’un manque d’innovation variétale : aucune nouvelle variété inscrite en France en 2018, une seule en 2019. Une nouvelle grille qualité a été proposée au CTPS avec trois classes technologiques (contre cinq auparavant) de façon à rendre plus simple l’inscription variétale. Mais la baisse critique des surfaces en culture et de l’utilisation de semences certifiées ne plaident pas pour de forts investissements pour cette céréale. Le GIE Blé dur se réduit à trois obtenteurs, Florimond Desprez, RAGT et Syngenta Seeds, ce dernier ayant délocalisé sa recherche blé dur en Italie.

Les plus lus

« Nous mettons à disposition des saisonniers une fiche de poste et des notes de service avec les règles de sécurité, comme l’interdiction de l’usage du téléphone sur la route, le respect de la limitation de vitesse, explique Nicolas Hubail. Le salarié s’engage à respecter les consignes et atteste qu’il a été sensibilisé aux risques du travail et au Code de la route. » © N. Hubail
Conduite d’engins agricoles : « Nous sensibilisons les salariés au Code de la route dès leur arrivée »
Formation des salariés, signature de documents de prévention, sanctions en cas de mauvais comportement : pour Nicolas Hubail,…
Moisson 2021 : une récolte de blé tendre en net rebond
Avec des rendements en blé tendre attendus autour de 75 q/ha, la moisson tricolore devrait renouer avec des volumes confortables…
cartes agence bio surfaces 2020
Agriculture biologique : les surfaces continuent de croître en grandes cultures
Les surfaces certifiées bio ont continué d'augmenter en grandes cultures en 2020, mais les surfaces en cours de conversion…
« Pour l’implantation du colza, limiter au maximum le travail du sol pour maintenir la fraîcheur »
Le colza est une plante exigeante sur la structure du sol, surtout avec des semis effectués en plein été. Chargé d’études sur l’…
L'indice des fermages pour les prochaines factures est de 106,48 © C. Baudart
Terres agricoles : hausse de l’indice des fermages 2021
Le nouvel indice du fermage vient de paraître au Journal officiel. Fixé à 106,48, il connaît ainsi sa troisième hausse en trois…
Moisson 2021 : vers une récolte abondante et historiquement tardive
En ce début juillet, le temps instable se poursuit et les pluies, même faibles, se succèdent, retardant les moissons. Les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures