Aller au contenu principal

Des surfaces de blé dur au plus bas en France

Les surfaces de blé dur atteignent un plus bas historique avec 239 000 hectares prévu, tandis que des initiatives tentent de relancer la culture.

La surface de blé dur dépassait les 500 000 hectares en 2010. En 2020, elle aura diminué de moitié. © J.-C. Gutner/Archives
La surface de blé dur dépassait les 500 000 hectares en 2010. En 2020, elle aura diminué de moitié.
© J.-C. Gutner/Archives

Le blé dur a pâti des conditions pluvieuses de l’automne-hiver qui ont empêché dans certaines régions la réalisation des semis. À la mi-février, les prévisions officielles de surface s’établissaient à 239 000 hectares, soit un peu moins que la campagne précédente (246 000 ha) et en baisse de 27 % par rapport à la moyenne 2015-2019. C’est le plus bas niveau depuis plus de vingt ans. Toutes les régions sont concernées par les faibles emblavements. « Sans les problèmes climatiques, il y aurait eu une légère augmentation des surfaces par rapport à 2018-2019 », souligne Mathieu Killmayer, animateur de la filière blé dur chez Arvalis.

Dans le Sud-Est où s’est tenue la 22e journée nationale blé dur le 4 février, c’est la dégringolade. En région Paca, on dénombre à peine plus de 20 000 hectares de blé dur, contre plus de 40 000 hectares trois ans auparavant. « En décembre, la région a voté en assemblée plénière un plan filière qui prévoit un soutien financier pour de nombreux projets d’irrigation incluant des surfaces de blé dur », rapporte Édouard Cavalier, président de l’Association blé dur développement (ABDD).

Manque de renouvellement variétal

« Nous voulons agir sur des surfaces en friche dans notre région en incitant à une remise en culture, en collaborant avec les propriétaires de ces parcelles », ajoute Stéphane Jézéquel, ingénieur régional Méditerranée chez Arvalis. La nouvelle application de la Safer-Paca, Open friche map, met en évidence ces friches pour cibler les parcelles pouvant être remises en culture. La région veut également valoriser la production locale.

Plus largement, le blé dur souffre d’un manque d’innovation variétale : aucune nouvelle variété inscrite en France en 2018, une seule en 2019. Une nouvelle grille qualité a été proposée au CTPS avec trois classes technologiques (contre cinq auparavant) de façon à rendre plus simple l’inscription variétale. Mais la baisse critique des surfaces en culture et de l’utilisation de semences certifiées ne plaident pas pour de forts investissements pour cette céréale. Le GIE Blé dur se réduit à trois obtenteurs, Florimond Desprez, RAGT et Syngenta Seeds, ce dernier ayant délocalisé sa recherche blé dur en Italie.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures