Aller au contenu principal

Emploi agricole
Des salariés de plus en plus nombreux

En vingt ans, la part du travail agricole salarié a fortement augmenté compensant le recul de la main-d´oeuvre familiale. Les emplois saisonniers et contrats à durée déterminée dominent.


Il y a quinze ans, l´exploitation moyenne française occupait 44 hectares et 2,07 unités de travail annuel (UTA). Aujourd´hui, la surface et passée à 69,5 hectares et la main-d´oeuvre reste proche de 2 UTA à 2,16 exactement. Ce qui a changé : la place des salariés. Ces derniers représentent 0,6 UTA dans les statistiques 2003 contre 0,38 en 1988. La part des chefs d´exploitation et coexploitants a aussi augmenté. En 2003, ils assurent 55 % du travail contre 52 % quinze ans plus tôt. La main-d´oeuvre salariée s´est surtout substituée à celle des conjoints et des autres proches du chef d´exploitation.
Sur les 43 % d´exploitations qui recourent au salariat, la palme revient à la viticulture et aux cultures spécialisées grandes pourvoyeuses d´emplois occasionnels et saisonniers. Les exploitations de polyculture et élevage arrivent juste après dans le classement avec la caractéristique d´employer une proportion plus importante de salariés sous contrat à durée indéterminée, bien que l´emploi précaire reste largement dominant. Selon les données MSA 2003, ces exploitations ont eu recours à 250 327 personnes dont un tiers de femmes et 61085 en CDI. Ces emplois représentent 44 066 équivalent temps plein en CDI et 28 364 équivalent temps plein en contrat à durée déterminée (CDD). Assez logiquement compte tenu de la nature et de la régularité des travaux, on retrouve une plus forte proportion de salariés permanents dans les exploitations d´élevage que dans les exploitations de polyculture.

Un enjeu, préparer le renouvellement des anciens
La tendance à la hausse du salariat dans les exploitations devrait se poursuivre. Le recrutement est devenu une préoccupation. Deux tranches d´âge dominent les effectifs. Les très jeunes, la plupart du temps saisonniers, qui quittent dans leur grande majorité l´activité agricole, et les plus anciens. Toutes les tranches d´âge de plus de quarante ans sont en forte progression depuis 1999. Celle des plus de cinquante ans est passée de 9,7 % en 1999 à plus de 12 % aujourd´hui. Ce qui pose la question de leur renouvellement prochain et du transfert des compétences d´un métier assez mal connu des jeunes générations.
Ce n´est pas le moindre des paradoxes dans un pays qui compte près de 10 % de sa population active au chômage, les agriculteurs employeurs se plaignent de rencontrer de plus en plus de difficultés à trouver les profils qu´ils recherchent. Des salariés bons connaisseurs du métier, de ses particularités saisonnières qui impliquent des horaires à certaines périodes de l´année pas toujours bien acceptés, et surtout des salariés qui restent.

La question d´une rémunération suffisamment motivante au vu des contraintes de l´activité est sans doute déterminante. Ce n´est pas la seule. Organisatrice en novembre d´un colloque national sur l´emploi agricole, la FNSEA souligne par la voix de Claude Cochonneau, président de la commission nationale Emploi que « les secteurs traditionnellement employeurs de main-d´oeuvre sont fragilisés par la nature même de leur production, les conditions climatiques et la concurrence internationale. Il pointe également que « la diminution de l´offre de services, de transports et de logement en milieu rural fait qu´il devient plus compliqué de travailler en milieu rural qu´en milieu urbain ». La FNSEA propose un plan d´action assorti d´une demande de soutien aux pouvoirs publics autour de trois thèmes. L´image des métiers de l´agriculture, la formation au long d´une carrière et les conditions d´emploi en milieu rural, incluant notamment les questions du logement et des moyens de transport.
Pour en savoir plus
Voir dossier « Embaucher et garder son salarié » de Réussir Céréales Grandes Cultures de Décembre 2005. (RCGC nº187, 15 pages)
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
En agriculture de conservation des sols et en semis direct, le glyphosate pourrait être autorisé avec une limitation de dose. © Arvalis
Glyphosate : vers une interdiction en labour et maintien à dose réduite en non-labour
Selon les usages, la molécule devrait être interdite ou autorisée avec de fortes réductions des doses. L’agriculture de…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures