Aller au contenu principal

« Des régulateurs quasi systématiques sur les blés de force »

Technicien de suivi cultures à la coopérative de Boisseaux, Sylvain Bureau explique les modalités d'utilisation particulières des raccourcisseurs sur les blés améliorants.

Sylvain Bureau, Coopérative de Boisseaux"Plusieurs variétés de blé de force sont sensibles à la verse sur lesquelles une ou deux applications de régulateurs sont réalisées." © Coop Boisseaux
Sylvain Bureau, Coopérative de Boisseaux"Plusieurs variétés de blé de force sont sensibles à la verse sur lesquelles une ou deux applications de régulateurs sont réalisées."
© Coop Boisseaux

« Le cahier des charges CRC s’appliquant aux contrats de production de blé de qualité interdit l’utilisation de régulateurs de croissance C3, C5. Nous recourons donc à deux autres produits : Régular Star (= Moddus) et Medax Max. Les blés sous contrat sont des blés de force qui demandent un niveau de fertilisation important, ce qui peut engendrer un risque de verse. Certaines variétés sont sensibles à la verse comme Forcali et Metropolis. Sur ces variétés, nous préconisons l’usage de Medax Max à 0,4 kg/ha (21 euros) à 1 nœud ou de Regular Star en double application (2 x 0,25 l/ha : 16 euros) entre les stades épi 1 cm et 1 nœud et entre 1 nœud et 2 nœuds. Dans les variétés, nous avons également Galibier, blé très sensible à la verse. La dose de produit est majorée pour Medax Max ou, avec Regular Star, on ajoute Baïa (éthéphon) à la seconde application. Sur des variétés peu sensibles comme Alixan, Sepia, Nara ou Rebelde, l’utilisation d’un régulateur n’est pas systématique. Tout dépend du peuplement à la sortie d’hiver, du reliquat d’azote, des conditions climatiques… Si nécessaire, on conseille une application de Medax Max à 0,3 kg/ha. Ce produit est proposé pour la première année aux agriculteurs. Il se montre plus souple d’emploi que Regular Star sur les conditions de température à respecter à l’application et dans les jours qui suivent. »

Les plus lus

© Groupe Safer
Les terres agricoles, toujours objet de convoitise
Agriculteurs, promoteurs, investisseurs… La terre agricole reste convoitée. Malgré l’arrivée sur le marché de parcelles liée aux…
Dans de nombreuses régions, les niveaux élevés d’évapotranspirations affectent déjà les potentiels. © Jérôme Chabanne
Sécheresse  agricole : le mal est-il déjà fait pour les cultures ?
Le déficit de pluviométrie est d’ores et déjà critique pour les cultures en place dans le sud de la France et dans les terres…
Les engrais minéraux représentent 40% des émissions de gaz à effet de serre d’origine agricole.  © C. Baudart
Loi Climat : une nouvelle taxation des engrais pour 2024 ?
Parmi les mesures phare du projet de loi « Climat et résilience » : la taxation des engrais azotés. Cette dernière est envisagée…
Sur céréales, l'intensité des dégâts est lié à l’espèce, au stade et à l’exposition. © C. Baudart
Gel : des pertes autour de 10 % en colza et betterave
Les dégâts liés à l’épisode de gel qui a frappé les campagnes françaises à partir du 12 avril commencent à être chiffrés en…
S’agrandir ou consolider une structure d’exploitation est un objectif prioritaire pour nombre d’agriculteurs © C. Baudart
Foncier agricole : se poser les bonnes questions avant d’acheter
Pouvoir acheter du foncier est une chance. Mais c’est aussi un projet qui peut peser sur votre trésorerie au quotidien. Comment…
Des exploitants à titre individuel anticipent parfois leur fin de carrière en créant une SCEA dans laquelle est intégré dès le départ le repreneur. © C. Baudart
Foncier agricole : les raisons du succès des cessions de parts sociales
Les cessions partielles de parts sociales de société sont aujourd’hui un moyen simple et sûr de céder son entreprise agricole. Le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures