Aller au contenu principal

Agriculture et énergie
Des matières premières rares dans un environnement écologique et climatique qui se dégrade

Les marchés mondiaux des matières premières connaissent une révolution comparable à celle de 1974. Explications de Philippe Chalmin dans le rapport Cyclope 2006*.


« Nous sommes non seulement au coeur du troisième choc pétrolier, mais aussi au coeur d´un choc sur l´ensemble des marchés de commodités, qu´il s´agisse des commodités minières, métallurgiques, ou de services. Nous assistons, aujourd´hui, à une envolée du marché du blé qui montre que c´est probablement au tour des produits agricoles », explique l´économiste et historien Philippe Chalmin, coordinateur du rapport Cyclope. « Nous sommes à des niveaux de prix qui, grossièrement, sont le triple de ceux que nous avons atteints à la fin du XXe siècle(.). Nous vivons un véritable choc sur les marchés des commodités, comme nous n´en avions plus connu depuis le début des années 70. »
Philippe Chalmin, économiste et historien. « Nous vivons un véritable choc sur les marchés des commodités, comme nous n´en avions plus connu depuis le début des années 1970. » ©H. Garnier

La demande excède l´offre
L´émergence industrielle de l´Asie et, au premier chef de la Chine, explique en partie le choc actuel. « De 1986 à 2006, la Chine a connu une croissance économique moyenne de 10 % par an pratiquement sans à-coups (.). A partir des années 2000, elle est intervenue massivement à l´importation sur les marchés mondiaux de commodités, et « le phénomène chinois » est l´un des facteurs qui explique la flambée des prix à partir de 2003. »
Dans les années 90, tout ce qui devait marcher devait être « nouvelle économie ». La production de matières premières basiques ne présentait aucun intérêt. Plutôt que d´investir dans des capacités de production, des puits, des mines, des plantations, des navires, des usines, « on cherche désespérément à jouer dans la cour des dotcoms » (Ndlr : sociétés internet à très forte croissance). Si bien que les niveaux de prix record actuels pour de très nombreuses matières premières s´expliquent car « la demande excède l´offre ».
N´ayant pas investi dans les années 90, nous travaillons pratiquement à pleine capacité et sommes à la merci du moindre accident technique, climatique, social, politique.

Alors que nous rentrons dans le « nouveau paradigme de la rareté », de nombreuses questions restent en suspens. Vivons-nous aujourd´hui la fin du pétrole (la question du fameux peak oil) ? L´accroissement de la population mondiale implique un doublement de la production alimentaire, mais quid des surfaces agricoles de plus en plus limitées et du déficit en eau ? Ou encore, peut-on d´ores et déjà prédire une situation de contre-choc, à l´image de ce qui s´est passé avec la bulle spéculative internet entraînant le long krach boursier du printemps 2000 ? Cela n´est pas impossible, surtout si nous connaissions « une crise chinoise de l´ampleur de la crise asiatique de 1997 », répond Philippe Chalmin. Selon lui, « le mouvement actuel pourrait encore durer deux ou trois années supplémentaires, mais il faut ensuite s´attendre à un retournement sous le poids des investissements en cours. Ce raisonnement vaut en particulier dans le domaine minier et industriel. Car pour l´énergie et l´agriculture, se posera chaque jour un peu plus la question de la rareté dans un environnement écologique et climatique en nette dégradation ».
* Cyclope 2006 - Economica - 740 pages - Prix : 115 euros.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures