Aller au contenu principal

Maïs
Des coûts de production variant de 31 à 84 francs pour quatre pays différents

Première céréale cultivée au monde, le maïs est produit différemment selon les pays. Découverte de coûts de production aux États-Unis, Argentine, Hongrie, France et Portugal.


L´Association générale des producteurs de maïs (AGPM) a récemment organisé une plate-forme «maïs du monde» où l´on pouvait découvrir les dernières innovations en matière de production, les itinéraires techniques pratiqués mais aussi rencontrer des producteurs de maïs de différents pays et comparer leurs coûts de production. Ceux-ci, en 2001, ont été de 31 francs le quintal chez le producteur hongrois, de 36 francs chez le producteur argentin, de 53 francs chez un producteur de la Corn Belt, aux États-Unis, et de 84 francs en France. Ces chiffres résultent d´itinéraires et de structures de coûts bien différents. Le maïs a laissé la marge à l´hectare la plus importante chez Zoltan Fodor, le producteur hongrois, qui a eu le coût de production le plus faible à l´hectare. Il est vrai que son rendement 2001 (85 quintaux) est supérieur à sa moyenne qui est plus proche de 75 quintaux.

Intrants : de 1100 à 4700 francs par hectare
Le faible coût de production chez lui est le résultat de charges variables peu élevées (seul le poste engrais est important) ; les charges de structures sont elles aussi modérées du fait d´un poste main-d´ouvre bas : un salarié coûte 4 000 euros par an.
En France, les différents postes de charges variables (semences, engrais, phytos, eau et séchage) sont quasi égaux. A noter, aux États-Unis, un poste engrais important qui représente à lui seul la moitié du poste intrants, mais la fumure 203-63-139 est importante. Le semis direct est la règle chez le producteur hongrois, l´Argentin, l´Américain ; le Portugais l´a expérimenté sur 10 % de la surface cette année. Cette technique permet un gain de temps important sans alourdir les charges de mécanisation.
Le loyer de la terre est un poste très lourd aux États-Unis, où il dépasse celui de la mécanisation (1641 francs par hectare), de même qu´en Argentine. Dans ce pays, c´est le grand nombre d´hectares travaillés par personne, le faible temps passé à la culture (1 heure par hectare) qui permet sa rentabilité.

Les États-Unis obtiennent de bons rendements sans irrigation, ce qui leur permet un coût de production au quintal de 55 francs, malgré des coûts de production à l´hectare assez élevés. L´Argentin, au contraire, obtient sans irrigation, un rendement moindre (75 quintaux) mais, grâce à ses faibles charges de production à l´hectare, il a, au bout du compte, un coût de production plus faible au quintal.


Article réalisé d´après le travail de l´AGPM.


--------------------------------------------------------------------------------------------
Pour en savoir plus: lire dans Réussir Céréales Grandes Cultures du mois d´Octobre (nº152) l´analyse des itinéraires et des structures de coûts de production du maïs de ces agriculteurs de quatre pays différents (un Américain, un Argentin, un Portugais et un Hongrois).
--------------------------------------------------------------------------------------------


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures