Aller au contenu principal

Adventice toxique : contribuez à la lutte contre le datura

Le datura est une adventice présente dans les cultures d’été. Sa recrudescence amène Arvalis à lancer une vaste enquête auprès des agriculteurs. La plante est très toxique et peut imposer des retraits de lots, même à faible dose.

Le datura est rapidement concurrentiel des cultures d'été. Sa présence dans les lots est très problématique. © C. Gloria
Le datura est rapidement concurrentiel des cultures d'été. Sa présence dans les lots est très problématique.
© C. Gloria

Le datura (Datura stramonium) est une adventice annuelle hautement toxique originaire d’Amérique centrale qui colonise les cultures d’été, les intercultures et les cultures d’automne, à la faveur du réchauffement climatique. Hier cantonnée en Nouvelle Aquitaine et en Rhône-Alpes Auvergne, cette plante est aujourd’hui signalée en Pays de la Loire, Centre Val de Loire et au nord de la Seine.

Pour mieux mesurer la répartition du datura dans les régions françaises, Arvalis vient de lancer une enquête auprès des agriculteurs : répartition géographique, espèces les plus concernées, facteurs de risques et impact des pratiques culturales. L’initiative consiste en un formulaire en ligne, rempli en quelques clics. « N’hésitez pas à témoigner, toutes les expériences permettent d’avancer dans la lutte contre cette adventice à forte nuisibilité », souligne l'institut.

Le datura est dangereux pour l’homme et pour les animaux : ses graines et ses tissus contiennent des alcaloïdes tropaniques, très toxiques. Par comparaison, ces psychotropes sont 500 fois plus toxiques que les mycotoxines : leur ingestion provoque des hallucinations, agitations, fièvres, voire coma. Des accidents sont régulièrement enregistrés par les Centres anti-poisons.

En cas de présence dans une parcelle, une lutte spécifique s’impose, combinant désherbage de prélevée et arrachages manuels – avec des gants - dans la culture.

La présence de datura dans un lot entraîne régulièrement des retraits de lots de sarrasin, vu la ressemblance des deux graines. Les lots de maïs contaminés peuvent être triés, du fait de l’écart de diamètre des grains, mais cela occasionne des frais de triage onéreux.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

[vidéo] Julien Denormandie : « La transition agroécologique impose de créer de la valeur. »
Interrogé par les parlementaires, le ministre de l’agriculture a estimé que peu de secteurs peuvent se prévaloir des efforts…
L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures