Aller au contenu principal

Crise/betterave : "satisfaction" et "prudence" dans la filière suite à l'annonce du plan de soutien gouvernemental

La CGB et les coops betteravières se disent satisfaites de l'annonce gouvernementale d'un plan de relance pour la betterave. Le plan inclut la proposition de modifier la loi afin de permettre l'usage dérogatoire des néonicotinoïdes pour lutter contre la jaunisse, ainsi que des aides à la recherche et l'indemnisation des planteurs fortement touchés par la jaunisse cette année.

betterave touchée par la jaunisse
Le plan de relance de la filière betteravière annoncé par le gouvernement pourrait limiter le risque de baisse des surfaces provoqué par la crise de la jaunisse.
© ITB

« Nous sommes globalement satisfaits, puisque le plan annoncé par le gouvernement reprend l’essentiel de nos demandes. » Guillaume Gandon, vice-président de la CGB, exprimait du « soulagement » le 6 août, peu après la publication d’un communiqué de presse ministériel annonçant un plan de relance public de la filière betteravière pour faire face à la crise liée à la jaunisse.

Ce plan inclut notamment la proposition d’une modification législative cet automne permettant une dérogation pour les semences traitées à base de néonicotinoïdes. Parmi les mesures figurent également une aide à la recherche de 5 millions d’euros ainsi qu’un plan d’indemnisation pour les planteurs les plus touchés par la jaunisse cette année.

« Soit la loi est votée, soit c'est la fin » pour la filière betterave

« On a été entendu mais le travail n’est pas terminé, car il faut désormais que ce soit voté par les parlementaires », souligne Guillaume Gandon, affirmant « rester prudent à ce stade ». Pour le syndicaliste, il faudra aussi veiller à ce que « cette loi reprenne bien les engagements du ministre, et qu’elle soit portée à la reprise du Parlement, début octobre ».

Certains parlementaires pourraient faire de la résistance, notamment sur les bancs écologistes. Pour le vice-président de la CGB, les choses sont claires : « soit la loi est votée et on relance la filière, soit elle n’est pas votée et c’est la fin, terminé. » Les mesures annoncées pourraient limiter la baisse des surfaces que faisait craindre la crise actuelle.

Un engagement fort de suivi des néonicotinoïdes, selon la CGB

Le syndicat betteravier assure « s’engager dans des dispositions fortes de suivi et de traçabilité des néonicotinoïdes ». Il y aura notamment des campagnes de mesures de la présence de néonicotinoïdes dans les sols, et la garantie que des plantes mellifères ne seront pas emblavées derrière les betteraves traitées.

Pour la CGB, il est important de préparer la suite, afin de disposer de solutions agronomiques une fois la période dérogatoire d’utilisation de néonicotinoïdes passée. La principale piste réside dans les variétés résistances, mais d’autre voies seront explorées, telles que les plantes hôtes.

Satisfecit de la part de Tereos et de Cristal Union

La satisfaction est également de mise du côté des coopératives sucrières. Cristal Union, qui compte 9000 planteurs, salue « une décision réaliste et pragmatique qui doit sortir la filière betteravière française de l’impasse ». Tereos, groupe coopératif rassemblant 12 000 agriculteurs, se réjouit de mesures « qui vont permettre aux planteurs de betteraves d'envisager dans les prochaines semaines leur choix d’assolement pour la prochaine campagne avec des perspectives techniques confortées », ce qui devrait « sécuriser les semis de betteraves pour la campagne 2021/2022 ».

Reste que, pour la CGB, « le volet agronomique ne sera pas suffisant pour redonner confiance aux planteurs qui ont vécu de prix très bas ». Le syndicat estime que les prix doivent atteindre au minimum 25 euros la tonne de betterave pour rémunérer la culture avec un rendement moyen d’environ 90 tonnes à l’hectare.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
« Une rénovation de toiture avec du photovoltaïque pour un risque zéro »
Sylvain Pigeon, agriculteur à Mareuil en Brie (51), a changé la toiture de son bâtiment en développant un projet photovoltaïque…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures