Aller au contenu principal

Crise du gaz : les sucriers anticipent l’ouverture de leurs usines

Mis à jour le 13 septembre 2022 La campagne betteravière a démarré huit jours plus tôt qu’habituellement pour les groupes coopératifs Tereos et Cristal Union qui cherchent à se prémunir des problèmes d’approvisionnement en gaz au cœur de l’hiver.

Les usines de Tereos ouvrent leurs portes avec en moyenne huit jours d'avance.
Les usines de Tereos ouvrent leurs portes avec en moyenne huit jours d'avance.
© C. Gloria

Le marché du gaz dicte sa loi : pour limiter les risques concernant l’approvisionnement en gaz de ses usines, les groupes coopératifs sucriers Tereos et Cristal Union ont décidé d’ouvrir leurs premières unités avec huit jours d’avance. « La source d’énergie de la quasi-totalité de nos usines est le gaz afin de réduire nos émissions de CO2 », précise Jean-Jacques Mennesson, président du conseil coopératif. « La consommation de gaz dans le processus de transformation du sucre est incompressible », ajoute Jérôme Hary, agriculteur à Abancourt (59) et président de la commission betterave de Tereos.

« Cette date est un bon compromis, elle nous permet de préserver autant que possible le potentiel agronomique de nos betteraves touchées par la sécheresse tout en adaptant l’activité de nos usines au contexte énergétique sous pression », estime pour sa part Olivier de Bohan, président de Cristal Union.

Du côté de Tereos, les usines de Lillers (62) et de Bucy-le-Long (02) ont démarré leur activité dès le 8 septembre. Les sites d’Attin, Boiry-Sainte-Rictrude (62) et Chevrières (60) vont réceptionner leurs premières betteraves le 13 septembre, Origny-Sainte-Benoite (02) le 15 septembre, Escaudœuvres (59) le 20 septembre et enfin, Connantre (51) et Artenay (45) le 21 septembre.

Pour Cristal Union, le site de Fontaine-le-Dun (76) a démarré le 7 septembre ; Arcis-sur-Aube (10), Corbeilles-en-Gâtinais (45) et Pithiviers-le-Vieil (45) démarreront le 15 septembre ; Bazancourt (51) et Sillery (51), le 17 septembre ; Sainte-Emilie (80), le 19 septembre ; et enfin Erstein (67), le 5 octobre.

Concertation

« Nous avons pris en compte le risque lié au gaz en concertation avec les coopérateurs », assure Jérôme Hary. L’avancement des arrachages s’est fait sur la base du volontariat avec une compensation financière. Les coopérateurs concernés vont percevoir 70 cts d’euros par tonne et par jour d’avance entre le 8 et le 15 septembre, puis 35 cts €/t/jour du 15 au 22 septembre.

Les betteraves auraient en effet mérité de rester un peu plus longtemps sous terre pour ajouter quelques tonnes au rendement. « La production a souffert de la sécheresse, particulièrement dans l’Oise et le sud de l’Aisne », indique Emmanuel Pigeon, directeur de la Confédération générale des planteurs de betteraves (CGB) des Hauts-de-France. « La situation est meilleure dans la Marne où il y a eu un peu d’eau et dans le Loiret où les betteraves sont généralement irriguées », ajoute Jérôme Hary.

Économie d’énergie

De son côté de Cristal Union précise dans un communiqué daté du 13 septembre que "le groupe travaille depuis des années à la réduction de ses consommations énergétiques et estime pouvoir les réduire de 10 % lors de cette campagne". Par ailleurs, « toutes les activités de déshydratation fonctionnant au gaz ont été arrêtées, au bénéfice des seules chaudières biomasse dont le déploiement a été accéléré ces derniers mois »

Richesse en sucre au rendez-vous

Au niveau national, les rendements moyens devraient se situer en dessous de la moyenne cinq ans « avec une grande hétérogénéité », note Nicolas Rialland, directeur de la CGB. Cristal Union note aussi que malgré la sécheresse, « la betterave se révèle plus résiliente que beaucoup d’autres cultures en conditions climatiques difficiles ». Le sucrier annonce des prévisions de rendement moyen « autour de 13 tonnes de sucre par hectare pour les huit usines du groupe, avec des écarts qui restent néanmoins très importants entre les bassins de production ». C'est en effet un des points positifs de ce début de campagne : si les betteraves présentent parfois un aspect décevant, la richesse en sucre semble au rendez-vous.

Tereos : prix des betteraves à la hausse pour la campagne 2021-2022

La coopérative Tereos a réalisé le bilan de la campagne 2021-2022. « Le conseil d’administration a décidé d’ajuster à la hausse le prix des betteraves livrées par ses coopérateurs au cours de la campagne 2021-2022 », indique la coopérative dans un communiqué du 6 septembre.

Les coopérateurs recevront 1,63 euro la tonne (€/t) à 16° de sucre, ce qui s’ajoutera aux 26,67 €/t à 16 perçus le 31 mars 2022, soit une rémunération globale moyenne de 29,90 €/t à 16 (incluant la prime d’engagement et les indemnités de campagne).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

« Pour valoriser les apports organiques, je privilégie les épandages d’automne afin de laisser le temps à la matière organique de se minéraliser », explique Théophile Le tierce.
Agriculture biologique : « La hausse des prix en conventionnel me permet de vendre du blé à 380 €/t en C2 »
Pour Théophile Letierce, agriculteur en conversion bio à Saclay (91), le contexte actuel ne remet pas en cause sa conversion en…
Un semis à la volée peut être pratiqué avec un semoir adapté sur un déchaumeur.
Semis du blé à la volée : une pratique économe mais des conditions à respecter
Le semis du blé à la volée peut contribuer à optimiser les charges de mécanisation et à gagner du temps. Il convient à tous les…
Selon une étude d'Arvalis un système bio autonome dégage la meilleure marge nette, devant un système conventionnel avec une forte pression graminée et un système conventionnel classique.
Conversion au bio en grandes cultures : est-ce encore rentable ?
Des prix qui stagnent et de faibles disponibilités en fertilisants organiques interrogent bien des producteurs engagés en…
Avec la nouvelle PAC, les aides dédiées à l'agriculture vont se concentrer sur l'aide à la conversion, mais d'autres subventions, comme la dotation JA, peuvent constituer un levier intéressant.
Agriculture biologique : quel avenir pour les aides à la bio ?
Dans la nouvelle PAC, l'aide au maintien de l'agriculture biologique disparaît, ce qui sera en partie compensé par une hausse des…
Pour l'entreprise Yara, les prix des engrais vont rester fermes, avec des craintes pour la logistique en raison d'usines européennes à l'arrêt.
Engrais azotés : l'industriel Yara s'inquiète de possibles ruptures d'approvisionnement
L’entreprise de fabrication d’engrais norvégienne Yara a souligné la fragilité actuelle des chaînes logistiques dans l'…
Jean-Baptiste Tribut, agriculteur à Tronchoy dans l'Yonne, a réalisé en 2021 un diagnostic Mécagest, afin de connaître précisément ses coûts de mécanisation.
Charges de mécanisation : « Je n’achète que du matériel d’occasion pour limiter les coûts »
Agriculteur dans l’Yonne, Jean-Baptiste Tribut ne travaille qu’avec du matériel d’occasion, parfois vieillissant. Il obtient des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures