Aller au contenu principal

Crise de la betterave: les élus régionaux montent au créneau

L’impact de l’épidémie de jaunisse sur betterave s’amplifie devant l’absence de solution technique autorisée. Les Régions défendent la filière, pourvoyeuse de valeur ajoutée dans leurs territoires. Écartant un retour des néonicotinoïdes, le gouvernement planche sur un plan d’aides.

Pour la CGB, la propagation du virus de la jaunisse ampute la production française de sucre de 600 000 à 800 000 tonnes. © CGB
Pour la Confédération Générale des planteurs de Betterave, la propagation du virus de la jaunisse ampute la production française de sucre de 600 000 à 800 000 tonnes.
© CGB

Comment la filière betterave française survivra-t-elle à l’été 2020 ? Depuis la propagation du virus de la jaunisse sur betteraves, qui ne cesse de s’étendre, les producteurs emmenés par la Confédération générale des planteurs de betteraves (CGB) tirent la sonnette d’alarme et multiplient les initiatives : invitation du ministre Denormandie sur le terrain, banderoles le long des champs, questions au gouvernement à l’Assemblée.

Hier, 100 parlementaires et élus régionaux ont publié une lettre ouverte au Président de la République et les représentants des quatre principales régions de production, réunis en conférence de presse, ont demandé une ré autorisation des traitements de semences et un soutien rapide à la filière. Car le temps presse : sur le terrain, les emblavements se décident maintenant. « Nous demandons au gouvernement d’agir extrêmement vite sur l’accompagnement de la filière pour qu’elle puisse être préservée », a affirmé Othman Nasrou, premier vice-président du conseil régional d’Île-de-France.

Un préjudice de 150 millions d’euros pour les betteraviers

« On espère que le gouvernement va répondre vite. En septembre, il sera vraiment trop tard car les emblavements se décident maintenant », a appuyé Marie-Sophie Lesne, Vice-Présidente de la Région Hauts-de-France.

La perte de rendement est aujourd’hui estimée à 30 % de la récolte par la CGB, pour un préjudice estimé à 150 millions d’euros pour les seuls planteurs. « Si nous ne trouvons pas de solution, la filière va tomber comme un château de cartes », a prévenu Franck Sander, président du syndicat. La filière française du sucre de betterave génère 3,5 milliards de chiffre d’affaires et emploie 45 000 personnes.

Une dérogation pour les néonicotinoïdes bien compromise

Mais le mal n’est-il pas déjà fait ? Le ministre de l’Agriculture a affirmé le 29 juillet que « sans modifier la loi, rien n’est possible » pour réautoriser les néonicotinoïdes en traitement de semences. Car leur interdiction a été entérinée par une loi, d'ailleurs votée  par l’actuelle ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili. Interrogée le 23 juillet au micro de France Inter sur le sujet de la crise de la betterave, la ministre n'a pas évoqué les produits phytosanitaires, mais mis en avant la mise en place de taxes sur les produits importés. Quel parlementaire osera vraiment revenir sur l’interdiction des néonicotinoïdes ?

La ministre de la Transition écologique a été interrogée sur la crise de la betterave le 23 juillet sur France Inter (séquence à partir de 14'00), mais elle n'a pas évoqué la piste d'une dérogation pour les traitements de semences.

Quant au plan de soutien massif, dont l’efficacité dépendra du montant et de la rapidité, la mise en œuvre devrait être ralentie par la pause estivale. Elle interviendrait au mieux fin août.

Déjà, de nombreux agriculteurs, échaudés par trois ans de crise et peu enclins à vivre d’aides, n’intègrent plus la betterave dans leurs prochains assolements. En deux ans, la sole a déjà fondu de 13 % et le phénomène ne manquera pas de s’accentuer.

Et lorsque le ministre de l'Agriculture affirme à l’assemblée, le 28 juillet que « Jamais, jamais, jamais » il n’abandonnera le secteur de la betterave, ses mots résonnent comme une chanson de Dalida : « Parole, parole, parole. »

"Jamais, jamais, jamais je n'abandonnerai le secteur de la betterave", a assuré le ministre de l'Agriculture lors de la séance de questions au gouvernement le 28 juillet, soulignant que l'interdiction des néonicotinoïdes était de la responsabilité des députés ayant voté cette loi en 2016.

Les plus lus

« Nous mettons à disposition des saisonniers une fiche de poste et des notes de service avec les règles de sécurité, comme l’interdiction de l’usage du téléphone sur la route, le respect de la limitation de vitesse, explique Nicolas Hubail. Le salarié s’engage à respecter les consignes et atteste qu’il a été sensibilisé aux risques du travail et au Code de la route. » © N. Hubail
Conduite d’engins agricoles : « Nous sensibilisons les salariés au Code de la route dès leur arrivée »
Formation des salariés, signature de documents de prévention, sanctions en cas de mauvais comportement : pour Nicolas Hubail,…
Moisson 2021 : une récolte de blé tendre en net rebond
Avec des rendements en blé tendre attendus autour de 75 q/ha, la moisson tricolore devrait renouer avec des volumes confortables…
cartes agence bio surfaces 2020
Agriculture biologique : les surfaces continuent de croître en grandes cultures
Les surfaces certifiées bio ont continué d'augmenter en grandes cultures en 2020, mais les surfaces en cours de conversion…
« Pour l’implantation du colza, limiter au maximum le travail du sol pour maintenir la fraîcheur »
Le colza est une plante exigeante sur la structure du sol, surtout avec des semis effectués en plein été. Chargé d’études sur l’…
L'indice des fermages pour les prochaines factures est de 106,48 © C. Baudart
Terres agricoles : hausse de l’indice des fermages 2021
Le nouvel indice du fermage vient de paraître au Journal officiel. Fixé à 106,48, il connaît ainsi sa troisième hausse en trois…
Moisson 2021 : vers une récolte abondante et historiquement tardive
En ce début juillet, le temps instable se poursuit et les pluies, même faibles, se succèdent, retardant les moissons. Les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures