Aller au contenu principal

Crédits carbone : « J’augmente la part de légumineuses et les apports de compost »

Agriculteur à Fouronnes (Yonne), Luc Jacquet est, depuis plusieurs années,  dans une démarche d'agriculture avec stockage de carbone qu'il entend améliorer encore avec une rémunération à la clé de ses crédits carbone.

Luc Jacquet, agriculteur à Fouronnes (Yonne)« Avec la vente de crédits carbone, j'espère un retour sur investissement de mes efforts en matière de stockage de carbone dans le sol. »
Luc Jacquet, agriculteur à Fouronnes (Yonne)« Avec la vente de crédits carbone, j'espère un retour sur investissement de mes efforts en matière de stockage de carbone dans le sol. »
© L. Jacquuet

« J’ai signé un contrat en novembre 2020 avec Soil Capital. Je pratique le semis direct sous couverture végétale depuis plusieurs années, ce qui améliore mes sols avec le stockage de matière organique. Avec la vente de crédits carbone, j’espère un retour sur investissement de ces efforts, d’autant plus que je recherche du revenu. Dans notre région, nous avons connu des résultats catastrophiques en rendement dans un passé récent.

En 2021, j’ai réalisé un mélange de plusieurs espèces à dominante légumineuses et crucifères en couvert d’interculture avant le semis d’une orge de printemps. Avec le semis direct, ma consommation de fioul est moins importante qu’avec un travail du sol. C’est pris en compte dans le calcul de réduction des gaz à effet de serre. Les pailles sont laissées au sol. Le colza est semé avec des plantes compagnes (légumineuses).

Je compte augmenter la part de légumineuses, déjà importante, avec du fenugrec en production de semences. L’été 2021, j’ai apporté du compost enrichi en P et K pour corriger une carence en phosphore, à raison d’1,5 t/ha (70 à 100 €/t). Cela fournira en plus de l’azote organique. Je ferai de plus en plus ce type d’apport pour stocker le carbone et améliorer la réserve utile des sols. Ces pratiques réduisent aussi le recours aux engrais minéraux. Je diminue les phytos, ce qui participe à la baisse des GES.

Selon le diagnostic réalisé sur ma première année d’engagement (2021), j’ai stocké 1,04 t/ha de carbone sur mon exploitation. La référence régionale en grandes cultures retenue par Soil Capital est de 0,25 t/ha de carbone déstocké. Mon bilan est donc d’1,29 t/ha de carbone stocké sur 122 hectares. En mai, je toucherai un minimum de 27,50 euros par crédit carbone sur 80 % de mes crédits, conformément au contrat. J’espère au moins 45 à 50 euros compte tenu de cours élevés sur le marché du carbone. Il n’y a pas de garantie formelle de rémunération de tous les crédits carbone générés mais je suis confiant, de gros opérateurs se sont engagés sur les achats. »

 

 
En tant que légumineuse, le trèfle incarnat porte-graines participe à la réduction des gaz à effet de serre. © L. Jacquet

 

Les plus lus

Pour une bonne rotation des stocks, notez la date de rentrée des produits sur les bidons.  © N. Cornec/Aravalis
Stockage des produits phytosanitaires : bien ranger son local phyto
Si toutes les fermes comportent un local pour stocker les produits phytosanitaire, ce dernier n’est pas toujours aux normes.…
Yann Matura, 120 hectares à Buchy."Depuis trois ans, j’utilise des purins d'ortie tout formulés (Form GC) de J3G avec une application au 1er nœud et une seconde à 2 nœuds. Avec un coût de 10 euros à l'hectare, ces produits tonifient les cultures."
Blé : ils contrôlent les maladies avec peu de fongicides malgré une forte pression
Substances naturelles, variétés tolérantes, semis peu denses et retardés, bas volume associé à réduction de dose : en Seine-…
10,8 millions de tonnes d'engrais ont été livrées au cours de la campagne 2021-2022, soit une baisse de 5 % par rapport à la campagne précédente.
Engrais azotés : toujours du retard dans les achats des agriculteurs
La situation sur le marché des engrais reste tendue avec des prix très élevés, des agriculteurs attentistes et un risque d’…
Denis Bollengier a bénéficié d’une prise en charge financière totale pour implanter sa haie grâce au dispositif de paiement pour services environnementaux.
« J’ai financé ma haie grâce aux paiements pour services environnementaux »
Denis Bollengier, agriculteur dans le Nord, a financé l’implantation d’une haie en bénéficiant d’un paiement pour service…
Un tiers des producteurs envisage de réduire ou d'arrêter la production de maïs semences.
Maïs semences : un tiers des producteurs envisagent de réduire les surfaces ou d’arrêter
Les producteurs de maïs semences affichent un moral en berne après une année 2022 très difficile. La filière cherche des moyens…
La rémunération des PSE peut prendre plusieurs formes : financement d’infrastructures, rétribution en nature (matériel), intégration dans le prix d’achat à l’agriculteur...
Les PSE, des outils de financement encore en construction
Les paiements pour services environnementaux (PSE) se développent pour accompagner financièrement les changements de pratiques…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures