Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Covid-19/grandes cultures : les bons gestes pour vous protéger !

Les recommandations pour lutter contre le coronavirus dans les travaux du quotidien en grandes cultures, entre lavage de mains, échanges à distance et organisation de chantiers.

Pour se prémunir du Covid-19, il faut éviter au maximum les contacts lors des chantiers en commun, quitte à rester dans sa cabine et à échanger par téléphone.
© V. Marmuse

Connaissez-vous toutes les précautions à prendre contre le Covid-19 sur une exploitation en grandes cultures ?

Avant tout, n’oubliez pas que l’on peut être porteur du virus plusieurs jours sans aucun symptôme. Chacun doit donc appliquer les recommandations, même si cela chamboule la vie quotidienne.

Voici quelques consignes de prudence, issues notamment des documents publiés par la MSA, la fédération des entrepreneurs du territoire et les CUMA.

Lavage de main

Il est recommandé de se laver les mains entre chaque changement de matériel et d’outils. Le lavage fréquent des mains est à préférer à l’utilisation permanente de la même paire de gants.

L’idéal est de disposer de systèmes de robinets et de distributeurs de savon automatiques pouvant être actionnés sans les mains.

Au champ

Prévoyez un jerrican d’eau claire, des flacons de savon liquide et rouleaux de papier essuie-mains, et si possible du gel/solution hydroalcoolique. Pensez à en équiper chaque matériel en quantité suffisante.

Le contexte devrait être porteur pour des solutions telles que le lave-mains S-Clean, qui se fixe à la barre de montée en cabine du tracteur ou autre matériel (pulvé, semoir…), développé par Syngenta et Solhead.

Emportez également des sacs poubelles pour jeter essuie-tout et mouchoirs. Une fois fermés, les sacs peuvent être jetés dans la poubelle classique.

Lavez-vous les mains à chaque fois que vous retirez un équipement de protection individuelle (gants, lunettes, casque, combinaison.

Travailler à plusieurs

La convivialité va en prendre un coup, mais évitez les discussions et échanges en face à face ou, pire, à plusieurs, et optez pour les échanges par téléphone ou SMS (voire appli de conversation type Whatsapp). De même, fini la petite réunion du matin pour planifier la journée entre associés et salariés : l’heure est aux échanges virtuels.

De même, à chacun son matériel (téléphone, stylos…) afin d’éviter de toucher des surfaces contaminées.

Pour vos déplacements, privilégiez des véhicules individuels. Ne montez jamais à plusieurs dans une cabine.

Même au champ, vous devez rester à distance (1,5 ou 2 mètres minimum) quitte à rester chacun dans une cabine de tracteur dans la même parcelle, et dégainer son téléphone pour faire le point.

S’il est nécessaire de partager du matériel, bien penser à désinfecter les parties que l’on a touchées avec les mains : poignées (de bâtiments ou de véhicules), volant et autres commandes que l’on touche dans les cabines. Il faut pour cela disposer des lingettes en nombre suffisant dans tous ces endroits clés. De manière générale, il est recommander de désinfecter ces surfaces au moins au début et à la fin de la journée si l'on travail en solo.

Dans la mesure du possible, favorisez les horaires décalés pour éviter les contacts et les croisements.

Livraison de grains / approvisionnement

Vous devez aller prendre livraison d’intrants chez votre OS ? Anticipez et passez un coup de fil au préalable, afin qu’il puisse préparer votre commande, et essayez de limiter vos visites (une fois par semaine) en regroupant ce dont vous avez besoin.

Une fois sur place, ne pénétrez pas dans les bâtiments ou dans les locaux et restez dans la cour. Pour toute signature, utilisez votre propre stylo. Limitez les échanges de documents.

Pour en savoir plus :

- Site de la MSA

- Site de la Fédération des entrepreneurs des territoires

- Site de la Fédération des CUMA des Charentes

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Étienne d'Hautefeuille, 200 hectares de céréales dans la Somme. "On produit tous les jours — un ou deux brassages et des distillations — mais aucune bouteille n’est encore sortie de l’atelier. » © G. Crochez
« Je valorise mon orge à la ferme avec du whisky haut de gamme »
Dans le Santerre, un jeune agriculteur produit du single malt avec sa propre orge. Un travail d’alchimiste et de longue haleine.
Les paquets de marques de distributeurs ne contiennent pas du blé français. © C. Baudart
[Covid-19] Pourquoi la farine a manqué dans les rayons
Outre les questions logistiques et la ruée sur les sachets de farine pendant le confinement, les ruptures de stocks de farine…
Régression de talles, nombre d'épis pénalisé... les séquences météo depuis l'automne ont dégradé le potentiel de rendement des céréales. © E. Hersand / Vienne rurale
Potentiel de rendement affecté : les cultures marquées par le travail de sape de la météo
Hiver trop pluvieux, printemps trop sec et retour des pluies tardif présagent de rendements inférieurs à la moyenne pour la…
Les céréales n'aiment pas beaucoup les excès d'eau, en particulier les orges. © C. Baudart
En grandes cultures, les excès de pluies hivernales bousculent les assolements
Les niveaux de pluviométrie de l’hiver, largement supérieurs à la normale, modifient la physionomie de la plaine : semis de blé…
Les filières betteravière et céréalière ont accru leur production d'alcool et distribuent du gel hydroalcoolique au personnel soignant. © G. Omnès
[Covid-19] Les grandes cultures lancées dans la bataille
La filière céréalière s’implique fortement dans la lutte contre le coronavirus, au travers notamment de la production de gel…
Le broyage des bords de chemin est à éviter durant le printemps et l'été pour préserver sa faune et sa flore. © Hommes et Territoires
Grandes cultures : faire de ses bords de chemin des refuges à auxiliaires sans les adventices
Un bon entretien de ses bords de chemin permet d’éviter les propagations d’adventices tout en favorisant la biodiversité utile…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures