Aller au contenu principal

[Coronavirus] Profiter de la baisse du prix du pétrole pour faire le plein de GNR

Le niveau de prix des carburants incite à remplir les cuves de gazole non routier pour les mois à venir. La baisse de charges est réelle.

La crise du coronavirus a des effets sur le poste "carburant" des exploitations. © J.-C. Gutner
La crise du coronavirus a des effets sur le poste "carburant" des exploitations.
© J.-C. Gutner

Les cours du pétrole sont au plus bas : c’est le moment de faire le plein de GNR pour les mois à venir. Comme le fioul, le prix de ce carburant agricole est indexé sur le prix du pétrole et en avril, la baisse a dépassé les 20 % par rapport à janvier dernier. « Le prix du GNR est revenu à son niveau de janvier 2018 », indique Total-Proxi-Energies, l’un des leaders du marché. Une bonne nouvelle pour les agriculteurs, dont la consommation de GNR est concentrée entre mars et octobre. Au tarif de 755 € les 1 000 litres, l’économie atteint 217 € les 1 000 litres de GNR par rapport aux prix de janvier. À raison d’une consommation annuelle moyenne de 70 litres par hectare, la baisse de charge avoisine les 1 900 € pour une exploitation moyenne de 125 hectares de SAU. Selon les situations, un prêt de trésorerie peut être envisagé, d’autant que cela constitue une charge déductible.

« Dans la mesure où l’achat anticipe une charge que l’on ne peut pas éviter, disposer d’un meilleur prix est une bonne chose pour le compte de l’exploitation », analyse Damien Le Helloco, consultant au CER France Seine-Normandie, qui confirme une prise de risque très limitée à faire le plein actuellement. Inutile toutefois d’investir dans une cuve pour stocker massivement et pour longtemps : contrairement au fioul, les caractéristiques du GNR classique peuvent s’altérer dans le temps (tenue au froid plus faible et présence de biocomposants). Malgré l’accord de l’Opep, le risque de voir les prix augmenter brutalement est faible tant que la pandémie n’a pas atteint son pic dans la plupart des pays. « Certains experts estiment même que le second trimestre de l’année pourrait voir les prix chuter encore davantage », indiquait par ailleurs Total-Proxi-Energies, mi-avril. Mais les arbres ne montent jamais jusqu’au ciel.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures