Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

[Coronavirus] Profiter de la baisse du prix du pétrole pour faire le plein de GNR

Le niveau de prix des carburants incite à remplir les cuves de gazole non routier pour les mois à venir. La baisse de charges est réelle.

La crise du coronavirus a des effets sur le poste "carburant" des exploitations. © J.-C. Gutner
La crise du coronavirus a des effets sur le poste "carburant" des exploitations.
© J.-C. Gutner

Les cours du pétrole sont au plus bas : c’est le moment de faire le plein de GNR pour les mois à venir. Comme le fioul, le prix de ce carburant agricole est indexé sur le prix du pétrole et en avril, la baisse a dépassé les 20 % par rapport à janvier dernier. « Le prix du GNR est revenu à son niveau de janvier 2018 », indique Total-Proxi-Energies, l’un des leaders du marché. Une bonne nouvelle pour les agriculteurs, dont la consommation de GNR est concentrée entre mars et octobre. Au tarif de 755 € les 1 000 litres, l’économie atteint 217 € les 1 000 litres de GNR par rapport aux prix de janvier. À raison d’une consommation annuelle moyenne de 70 litres par hectare, la baisse de charge avoisine les 1 900 € pour une exploitation moyenne de 125 hectares de SAU. Selon les situations, un prêt de trésorerie peut être envisagé, d’autant que cela constitue une charge déductible.

« Dans la mesure où l’achat anticipe une charge que l’on ne peut pas éviter, disposer d’un meilleur prix est une bonne chose pour le compte de l’exploitation », analyse Damien Le Helloco, consultant au CER France Seine-Normandie, qui confirme une prise de risque très limitée à faire le plein actuellement. Inutile toutefois d’investir dans une cuve pour stocker massivement et pour longtemps : contrairement au fioul, les caractéristiques du GNR classique peuvent s’altérer dans le temps (tenue au froid plus faible et présence de biocomposants). Malgré l’accord de l’Opep, le risque de voir les prix augmenter brutalement est faible tant que la pandémie n’a pas atteint son pic dans la plupart des pays. « Certains experts estiment même que le second trimestre de l’année pourrait voir les prix chuter encore davantage », indiquait par ailleurs Total-Proxi-Energies, mi-avril. Mais les arbres ne montent jamais jusqu’au ciel.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Étienne d'Hautefeuille, 200 hectares de céréales dans la Somme. "On produit tous les jours — un ou deux brassages et des distillations — mais aucune bouteille n’est encore sortie de l’atelier. » © G. Crochez
« Je valorise mon orge à la ferme avec du whisky haut de gamme »
Dans le Santerre, un jeune agriculteur produit du single malt avec sa propre orge. Un travail d’alchimiste et de longue haleine.
Les paquets de marques de distributeurs ne contiennent pas du blé français. © C. Baudart
[Covid-19] Pourquoi la farine a manqué dans les rayons
Outre les questions logistiques et la ruée sur les sachets de farine pendant le confinement, les ruptures de stocks de farine…
 © V. Marmuse / CAIA
Météo : les cultures seront-elles confrontées à un été chaud ou très chaud ?
Les prévisions trimestrielles de Météo France tablent sur un été plus chaud que la normale. D’autres prévoient un été moins chaud…
Régression de talles, nombre d'épis pénalisé... les séquences météo depuis l'automne ont dégradé le potentiel de rendement des céréales. © E. Hersand / Vienne rurale
Potentiel de rendement affecté : les cultures marquées par le travail de sape de la météo
Hiver trop pluvieux, printemps trop sec et retour des pluies tardif présagent de rendements inférieurs à la moyenne pour la…
Stratégie « de la ferme à la table » : Bruxelles place la barre environnementale haut
Un quart de la surface européenne en bio, baisse de 50 % de l’usage des phytos et de 20 % de l’utilisation d’engrais… Dans la…
Le broyage des bords de chemin est à éviter durant le printemps et l'été pour préserver sa faune et sa flore. © Hommes et Territoires
Grandes cultures : faire de ses bords de chemin des refuges à auxiliaires sans les adventices
Un bon entretien de ses bords de chemin permet d’éviter les propagations d’adventices tout en favorisant la biodiversité utile…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures