Aller au contenu principal

Pois avec céréales
Contrôler les adventices avec les associations

Les associations pois-céréales permettent de mieux contrôler les adventices et les maladies par rapport aux cultures pures.


« Le pois pur est réputé très salissant, surtout en agriculture biologique. C´est sous culture de pois que nous observons le plus d´adventices. L´association avec une céréale permet, entre autre, de les limiter », explique Guénaëlle Hellou, ingénieur-chercheur à l´École supérieure d´agriculture d´Angers (Esa).
Dans le cadre d´un programme européen, Intercrop, l´Esa étudie depuis quatre ans les associations pois-céréales en agriculture biologique et conventionnelle dans le but d´en évaluer les avantages. Et ils sont nombreux ! « L´association est une pratique fréquente dans des systèmes de cultures à faibles intrants. En agriculture biologique, la moitié des surfaces en protéagineux est en association », poursuit Guénaëlle Hellou.
Une couverture du sol plus rapide que du pois seul
L´un des avantages de l´association pois-céréales est le contrôle des adventices. Le pois pur est long à se mettre en place. S´il est associé à une autre espèce, telle que de l´orge, la couverture du sol se fait plus rapidement, ce qui limite la prolifération des mauvaises herbes. Ainsi, en 2004, sur un essai Esa réalisé en Maine-et-Loire en agriculture biologique, près de 1,4 tonne de biomasse d´adventices est mesurée à la récolte en pois pur et à peine 1 tonne pour l´association pois-orge. Un autre essai du même type réalisé en 2003 indique qu´en culture associée, les attaques d´oïdium sur orge sont 2 fois moins élevées qu´en culture pure. On observe le même phénomène pour le pois dont les attaques d´anthracnose sont moins importantes en cultures associées qu´en culture pure. La réduction des attaques de maladies est due à la présence de plantes non hôtes qui freinent leurs propagations.
En revanche, le bilan est un peu moins bon du côté des ravageurs. « Pour le pois, les dégâts causés par les sitones sont plus importants en association qu´en culture pure. Cela s´explique par le fait que les sitones sont concentrées sur moins de plante qu´en culture pure », poursuit G. Hellou.
Les associations pois-céréales permettent de mieux contrôler les adventices et les maladies. ©ESA

Une meilleure utilisation des ressources
Dans une association de type pois-orge, le partage de l´azote dans le mélange se fait en faveur de l´orge. « L´orge a un enracinement plus rapide et plus dense que le pois. Il a donc un accès à la ressource azotée supérieure à celle du pois. Un essai réalisé en agriculture conventionnelle en 2003 montre que la compétitivité de l´orge est accrue quand la disponibilité en azote du sol augmente. Du fait de cette compétitivité, le pois augmente sa fixation d´azote. Même s´il y en a beaucoup dans le sol, la part d´azote issue de la fixation est élevée en association », explique Guénaëlle Hellou. Les essais ont également révélé que la culture associée avait une influence favorable sur la teneur en protéines des céréales. « Lorsque les orges sont associées au pois, leur teneur en protéines est meilleure car les céréales ont plus d´azote disponible qu´en culture pure », précise-t-elle.
Dernier avantage et non des moindres, l´association permet des gains de rendement par rapport à une culture pure. En moyenne, des augmentations de production de près de 20 % sont observées pour les associations pois-orge. Et Guénaëlle Hellou de conclure : « Je pense que les associations pois-blé vont mieux se développer car l´amélioration de la teneur en protéines est particulièrement intéressante pour le blé panifiable. »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
En agriculture de conservation des sols et en semis direct, le glyphosate pourrait être autorisé avec une limitation de dose. © Arvalis
Glyphosate : vers une interdiction en labour et maintien à dose réduite en non-labour
Selon les usages, la molécule devrait être interdite ou autorisée avec de fortes réductions des doses. L’agriculture de…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures