Aller au contenu principal

Conserver juste ce qu'il faut de paperasse

Ranger son bureau, c’est bien, mais la peur de jeter des documents importants peut prendre le dessus. Éclairage sur les délais de conservation des documents administratifs.

Il ne se passe pas un jour sans que les chefs d’exploitation reçoivent ou émettent des documents administratifs, sous format papier principalement mais aussi numérisés. Important pour le bon suivi de l’exploitation, il peut être délicat de s’en séparer. Le délai de conservation varie selon le type de document administratif et le texte de référence auquel il est attaché. Un document référencé dans le Code civil ne sera pas conservé autant de temps qu'un autre dépendant du Code du travail, par exemple. Pour y voir plus clair, l’administration française a mis à disposition des professionnels un tableau récapitulant les délais de conservation (voir ci-contre).

    1. Des documents à conserver peu de temps

Parmi les documents de gestion du personnel, les justificatifs de comptabilisation des horaires des salariés, des heures d’astreinte et les compensations doivent être conservés pendant un an. Les documents relatifs aux charges sociales et aux taxes sur les salaires ainsi que la comptabilisation des jours travaillés par les salariés sont pour leur part à garder en l’état pendant trois ans. Les bulletins de paie, le registre du personnel, les documents concernant les contrats de travail, les salaires et les primes doivent être quant à eux à disposition de l’administration pendant cinq ans. Même chose pour les statuts de l’entreprise, traités de fusion d’entreprises ou encore procès-verbaux des assemblées : ils doivent être, eux aussi, conservés cinq ans. Dans le domaine bancaire et commercial, cinq ans correspond au temps de conservation des relevés bancaires et talons de chèques, des correspondances commerciales ou des contrats convenus dans le cadre d’une activité commerciale. Attention toutefois, les contrats conclus par voie électronique doivent être conservés pendant dix ans.

    2. Des dossiers à garder longtemps

Les documents fiscaux concernant les impôts sur le revenu et sur les sociétés, les bénéfices agricoles, les impôts locaux ou les taxes sur le chiffre d’affaires doivent être conservés pendant six ans à partir de la dernière opération mentionnée sur les registres ou la date à laquelle le document a été établi. Par exemple, les éléments concernant les revenus de 2013, déclarés en 2014 devront être conservés jusqu’à fin 2019. Attention, en cas d’activité occulte, fraude fiscale, travail dissimulé, absence de déclaration ou autre, les délais sont portés à dix ans.

L’agriculteur doit tenir en état les documents comptables tels que les bilans, comptes de résultat et tous les documents qui s’y attachent (bon de livraison, facture, etc.). Les factures qui font partie des pièces justificatives de ces dossiers doivent être archivées dix ans. Il faut noter que pour un particulier qui n'utilise pas ses factures comme document comptable, ce délai est ramené à six ans.

Tous les contrats d’acquisition ou de cession de biens immobiliers ou fonciers doivent être gardés trente ans.

    3. La numérisation des factures facilitée

De plus en plus de factures ou de documents sont envoyés par mail. Qu’en est-il alors de leurs délais de conservation ? Ces documents doivent être gardés dans leur format d'origine pendant le même délai que leurs homologues papiers. Depuis le 31 mars, il est possible de numériser les factures reçues sous format papier. Pour garantir l’intégrité du document, il doit être enregistré au format PDF. Le contenu doit être garanti lors de la conversion du fichier.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

[vidéo] Julien Denormandie : « La transition agroécologique impose de créer de la valeur. »
Interrogé par les parlementaires, le ministre de l’agriculture a estimé que peu de secteurs peuvent se prévaloir des efforts…
L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures