Aller au contenu principal

Conseil stratégique phytosanitaire : le dispositif définitivement abandonné dans sa forme actuelle

Parmi les mesures prises par le gouvernement Attal pour répondre à la colère des agriculteurs figure la suppression du conseil stratégique phytosanitaire.

Mention " archives " obligatoire / discussion technique entre agricultrice et technicien / itinéraires culturaux et utilisation des produits phytosanitaires / marges / ...
Le conseil stratégique phytosanitaire est supprimé dans sa forme actuelle (photo d'archives)
© S. Leitenberger

La suppression du conseil stratégique phytosanitaire (CSP) figure parmi la vingtaine de mesures prises par le gouvernement de Gabriel Attal pour répondre à la colère des agriculteurs. Matignon précise dans une note de synthèse publiée le 1er février que la mesure est abandonné « dans sa forme actuelle ».

Dans ce document, Matignon précise que le gouvernement s’engage « à travailler à un conseil réformé, simple et sans surcharge administrative ». De source syndicale, le conseil stratégique pourrait être fusionné avec Certiphyto, qui se verrait renforcé. Fin décembre, le gouvernement avait déjà retardé le calendrier d’entrée en vigueur de l’obligation de fournir l’attestation de conseil stratégique lors d’une demande de renouvellement du Certiphyto, qui devait entrer en vigueur en 2024.

Constat d’échec de la mise en œuvre du conseil stratégique phytosanitaire sur le terrain

Conséquence de la loi de séparation du conseil et de la vente des produits phytosanitaires, donc l’échec a été mis en avant par un rapport parlementaire de juillet dernier, le dispositif prévoyait que toutes les exploitations réalisent deux conseils stratégiques phytosanitaires par intervalle de cinq ans, avec au moins deux ans et maximum trois ans entre chaque conseil. Le renouvellement du Certiphyto devait être conditionné à la réalisation du CSP.

« Trois ans après l’entrée en vigueur de la réforme, le déploiement du conseil stratégique reste limité sur le terrain », constatait pour sa part le ministère de l’Agriculture dans un communiqué du 29 décembre. En cause, un développement « insuffisant » de l’offre de conseil à destination des agriculteurs en matière d’utilisation des produits phytosanitaires et une « faible anticipation de l’obligation ».

Les plus lus

Mention " archives " obligatoire / discussion technique entre agricultrice et technicien / itinéraires culturaux et utilisation des produits phytosanitaires / marges / ...
Conseil stratégique phytosanitaire : le dispositif définitivement abandonné dans sa forme actuelle

Parmi les mesures prises par le gouvernement Attal pour répondre à la colère des agriculteurs figure la suppression du conseil…

septembre 2021, plaine de Versailles. Couvert d'interculture, mélange multiespèce
Jachère 2024 et PAC : questions/réponses pour ne pas se faire avoir

La réglementation de la PAC concernant les infrastructures agroécologiques ne s'appliquera pas en 2024. L'implantation de…

Moisson dans l' Indre près d' Issoudun le 8 juillet 2022. Agriculteur et sa fille dans une parcelle de blé
Fermage : comment sécuriser la transmission des baux hors cadre familial ?

Sans repreneur familial, la cession du foncier loué peut s’avérer compliquée. Il existe des outils, qui dans l’idéal sont à…

Simon Avenel, agriculteur à Goderville (76),"La marge économique dégagée par le miscanthus à l'hectare est supérieure à celle du blé ou du colza grâce à la ...
Lutte contre l’érosion : « J’ai implanté 7 kilomètres de bandes de miscanthus pour faire obstacle au ruissellement »

Agriculteur à Goderville (Seine-Maritime), Simon Avenel a réduit la taille de ses parcelles et planté du miscanthus en…

Culture intermédiaire fixatrice d’azote
Jachère 2024 : la dérogation et ses nouvelles conditions publiées par Bruxelles

La Commission européenne a tranché et publie ce jour un règlement accordant aux agriculteurs européens une exemption partielle…

Parcelle agricole en jachère
Jachère : Bruxelles propose une nouvelle dérogation pour 2024

La Commission européenne propose une nouvelle dérogation pour la jachère 2024, à la demande notamment de la France.

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures