Aller au contenu principal

Composts, boues : économiser fertilisation et amendement pour les cultures grâce aux produits résiduaires organiques

Composts ou boues urbaines : à condition de prendre les précautions adéquates, ces produits sont une source importante de matière organique et permettent dans certains cas une économie substantielle d’engrais.

Les composts et les boues apportent une quantité importante de matière organique pour l'amendement du sol.
Les composts et les boues apportent une quantité importante de matière organique pour l'amendement du sol.
© C. Gloria

Éléments nutritifs, matière organique, chaux… Les produits résiduaires organiques (PRO) dont une part provient des activités urbaines apportent des quantités non négligeables d’éléments pouvant enrichir les sols et nourrir les cultures. Parmi les PRO issus d’activités urbaines, la composition de certains composts est conçue pour répondre au mieux aux besoins des sols et des cultures.

En Vendée, 20000 tonnes d’un produit mélangeant 20 % de compost de déchets verts avec 80 % de composts d’ordures ménagères résiduelles sont épandues chez une cinquantaine d’agriculteurs à raison de 10 tonnes par hectare environ avec un retour au plus tôt tous les trois ans. « Ce compost à 55 % de matière sèche est produit sur deux sites du département, présente Véronique Rondeau, chargée de mission Économie circulaire à la chambre d’agriculture des Pays-de-la-Loire. Trivalis (syndicat départemental de traitement des ordures ménagères) et la chambre d’agriculture ont signé un accord-cadre en 2011 sur l’élaboration de ce compost pour répondre aux besoins des agriculteurs et sur les modalités d’analyses et d’utilisation pour assurer une sécurité sur les sols. »

Ce compost répond à la norme NFU44-051, ce qui le classe dans la catégorie des amendements organiques. Il apporte de la matière organique et a un effet calcique sur les sols grâce à sa richesse en chaux. « D’une façon générale, les PRO ont un effet acido-basique intéressant sur les sols acides, en augmentant le pH. Ils peuvent permettre d’économiser des apports en amendements basiques mais des analyses de sols restent nécessaires pour mesurer l’effet de ces PRO », remarque Hélène Lagrange, ingénieure spécialisée en fertilisation chez Arvalis.

Un effet des éléments fertilisants sur l’année N +1

Le compost produit par Trivalis contient aussi des éléments fertilisants. L’azote est présent sous forme organique à plus de 80 %, avec une libération lente dans le sol. « Il ne faut pas en attendre un effet direct sur la nutrition des cultures dans l’année de son application mais plutôt l’année suivante, souligne Véronique Rondeau. Nous conseillons son apport en été avant un couvert d’interculture pour produire un effet ensuite sur une culture de printemps comme le maïs. »

Comment sont contrôlés des éléments indésirables comme les éléments traces métalliques (ETM, dont les fameux métaux lourds), les composés traces organiques (CTO) ou les produits inertes (plastique, verre…) ? « Le produit répond à des seuils définis dans la norme NFU et à des flux cumulés qui ne doivent pas être dépassés sur tous ces éléments, précise Véronique Rondeau. D’autre part, une attente de deux ans est imposée entre deux apports sur une même parcelle. Les éléments inertes sont très fins (moins de 5 mm) avec des démarches de perpétuelle amélioration chez Trivalis pour encore en diminuer le taux. »

Puisqu’il se conforme à une norme, le compost vendéen de Trivalis est considéré comme un produit et non plus comme un déchet. Ce n’est pas le cas de la grande majorité des boues de station d’épuration. En Vendée, 7000 à 8000 tonnes en équivalent matière sèche sont épandues chaque année dans le département. En tant que déchet, ces boues nécessitent un plan d’épandage, géré et financé par l’organisme producteur. L’agriculteur utilisateur de boue de station d’épuration ne débourse rien : ni pour le PRO et son application, ni pour les analyses.

Des boues de stations d’épuration strictement contrôlées

Les boues chaulées font partie de celles qui offrent un vrai intérêt agronomique. Elles comportent un taux de calcium (CaO) important, très variable selon les origines, et qui peut dépasser 30 %. Le taux de matière organique peut lui aussi être élevé (jusqu’à plus de 60 %). Une part très faible de l’azote de ces boues est rapidement disponible. Ce type de boue peut également présenter une teneur en phosphore relativement importante. Pour les sols et les cultures, ces boues ont pour intérêt d’apporter de la matière organique, de contribuer à maintenir ou augmenter le pH du sol par son effet calcique et d’apporter du phosphore pour les cultures qui en sont le plus exigeantes.

Comme les autres boues épandues en agriculture, les boues chaulées qui relèvent du statut de déchet (et non d’une norme) sont strictement contrôlées sur les ETM et CTO qu’elles contiennent pour ne pas dépasser les seuils limite d’innocuité. Elles sont analysées par le producteur de boues de même que les sols avant et après l’épandage. La réglementation impose aussi le respect d’un délai minimal entre deux épandages, et des distances vis-à-vis de cours d’eau, captages, habitations… d’autant plus importantes que le sol est en pente. « Les critères d’innocuité vont être amenés à évoluer et être plus contraignants, par un abaissement des seuils par exemple, du fait de la mise en place d’un socle commun d’innocuité pour tous les produits organiques épandus en agriculture », informe Sabine Gayet-Delmotte, de la chambre d’agriculture de l’Aisne. Il s’agit d’éviter toute accumulation de ces éléments indésirables dans le temps et toute pollution potentielle tout en conservant l’intérêt agronomique des PRO.

Calculez l’effet fertilisant des PRO avec un OAD

 

 
Le compost contient des éléments fertilisants pour lesquels il est important de connaître la disponibilité pour les cultures. © V. Motin
Depuis août 2021, l’institut Arvalis met à disposition l’outil en ligne Fertiliser avec des produits organiques ou biosourcés. « À partir d’un type de produit résiduaire organique (PRO), l’outil estime les effets fertilisants des éléments N, P, K et Mg, présente Hélène Lagrange d’Arvalis. Le calcul fait intervenir un coefficient d’équivalence (Keq) à un engrais minéral pour chacun des éléments. L’outil prend en compte le type de culture, la période d’apport, la composition du PRO si une analyse est disponible et la dose employée. » L’OAD ne calcule pas en revanche l’impact sur le taux de matière organique d’un sol ou l’amendement acido-basique. Il ne tient pas compte non plus des différentes réglementations sur les périodes d’apports et sur les limitations de doses. Les informations sont strictement agronomiques. Mise à jour en août 2022, une liste déroulante présente près d’une centaine de PRO, des différentes catégories de boues urbaines aux effluents d’élevage divers et variés.

 

Les plus lus

Pour une bonne rotation des stocks, notez la date de rentrée des produits sur les bidons.  © N. Cornec/Aravalis
Stockage des produits phytosanitaires : bien ranger son local phyto
Si toutes les fermes comportent un local pour stocker les produits phytosanitaire, ce dernier n’est pas toujours aux normes.…
Yann Matura, 120 hectares à Buchy."Depuis trois ans, j’utilise des purins d'ortie tout formulés (Form GC) de J3G avec une application au 1er nœud et une seconde à 2 nœuds. Avec un coût de 10 euros à l'hectare, ces produits tonifient les cultures."
Blé : ils contrôlent les maladies avec peu de fongicides malgré une forte pression
Substances naturelles, variétés tolérantes, semis peu denses et retardés, bas volume associé à réduction de dose : en Seine-…
10,8 millions de tonnes d'engrais ont été livrées au cours de la campagne 2021-2022, soit une baisse de 5 % par rapport à la campagne précédente.
Engrais azotés : toujours du retard dans les achats des agriculteurs
La situation sur le marché des engrais reste tendue avec des prix très élevés, des agriculteurs attentistes et un risque d’…
Denis Bollengier a bénéficié d’une prise en charge financière totale pour implanter sa haie grâce au dispositif de paiement pour services environnementaux.
« J’ai financé ma haie grâce aux paiements pour services environnementaux »
Denis Bollengier, agriculteur dans le Nord, a financé l’implantation d’une haie en bénéficiant d’un paiement pour service…
Fiscalité : deux exemples pour mieux comprendre la DEP
Fiscalité : deux exemples pour mieux comprendre la DEP
La déduction pour épargne de précaution (DEP) est un outil de défiscalisation et de lissage des prélèvements sociaux très…
Un tiers des producteurs envisage de réduire ou d'arrêter la production de maïs semences.
Maïs semences : un tiers des producteurs envisagent de réduire les surfaces ou d’arrêter
Les producteurs de maïs semences affichent un moral en berne après une année 2022 très difficile. La filière cherche des moyens…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures