Aller au contenu principal

En pratique
Comment choisir sa station météo à la ferme ?

Les conseils d’Olivier Deudon, gestionnairede bases de données météo chez Arvalis, et les deux principales marques sur le marché

- Avant d’acheter une station météo, bien se poser la question « pour quoi faire? ». Par exemple si on veut utiliser les données pour un modèle anti-mildiou, ne pas se contenter de capteurs avec seulement une précision de + ou – 10 %.

- Réfléchir sur le mode de transmission (radio, GSM, téléphone ou câble).! Prendre garde à l’autonomie (panneau solaire ou batteries).

- L’emplacement de la station météo est primordial : elle ne doit pas être trop près des bâtiments ou d’un arbre.

- Transfert des données : si elles sont envoyées sur l’ordinateur de l’agriculteur, vérifier la convivialité de l’outil informatique et la performance de l’interface. Autre solution: les données sont envoyées sur un site internet via un hébergeur.

- Attention aux dérives de la qualité des capteurs.Une maintenance est indispensable, par l’agriculteur ou par un service extérieur.

- Les frais annexes ne sont pas négligeables. Il peut être intéressant de se grouper à quatre ou cinq exploitations pour acheter une station, ou bien en louer une au début.

CIMEL ELECTRONIQUE : Un matériel robuste

C’est la Rolls de la station météo. La société affiche un taux de 98 % de fiabilité des données sur les 2000 stations installées en France. Les stations Cimel répondent aux recommandations de l’organisation mondiale de la météorologie. « Ce n’est pas le cas de toutes les marques », s’enorgueillit Gérard Clave, directeur de Cimel électronique. « Nos stations sont des postes autonomes avec un capteur solaire, une mémoire interne et système de transfert des données sur PC. » Pour cela, soit on tire un câble jusqu’à l’ordinateur, soit on utilise une liaison téléphonique avecun câble (téléphone fixe) ou par GSM. Dans ce cas, il faut prévoir un abonnement téléphonique. Pour une station Cimel, il faut prévoir un coût compris entre 4 000 et 8 000 euros selon le nombre de capteurs. « Le poste de base avec liaison GSM comprend les mesures de la pluie, la température de l’air et l’hygrométrie, ainsi que le logiciel de récupération des données, de stockage, de visualisation et d’exportation vers l’extérieur ou vers une base de données. »

Cimel électronique, 172 rue de Charonne, 75001 Paris,

Tél. 01 43 48 79 33.

Email : salses@cimel.fr

Site : http://www.cimel.fr

DAVIS INSTRUMENTS : Un système souple

Équipée de panneaux solaires, une station Davis transmet les données à une console placée au bureau qui se comporte comme une radio FM. Il faut placer le boîtier à moins de 300 mètres de la console, sinon il faut ajouter des relais. Le modèle de base sans fil comprend des capteurs standards (pluviométrie, température de l’air, hygrométrie, direction et vitesse du vent) ainsi qu’une console d’affichage, des capteurs d’humidité et de température intérieures et un baromètre. Son prix catalogue est de 660 euros HT. Certains modèles plus complets proposent une ventilation active de l’abri et/ou un capteur d’UV et de rayonnement solaire (calcul de l’ETP), le tout pour 1337 euros HT. « On peut ensuite ajouter des capteurs complémentairessystème très souple », précise Axel Schnaubelt, revendeur Davis en France. Il s’agit de matériels semi-professionnels, qui ont une robustesse limitée : « ils n’ont pas la même finition que du matériel professionnel. La cuve de pluviométrie est en PVC et non en inox. Leur durée de vie est de six à sept ans, mais on peut changer facilement les capteurs vendues en pièces détachées ».

Cima technologie, 302 rue Garibaldi, 69007 Lyon.

Email : info@davis-meteo.com

Site : http://www.davis-meteo.com et http://www.cima-meteo.com

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

[vidéo] Julien Denormandie : « La transition agroécologique impose de créer de la valeur. »
Interrogé par les parlementaires, le ministre de l’agriculture a estimé que peu de secteurs peuvent se prévaloir des efforts…
L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures