Aller au contenu principal

Colza bio : « En semant tôt, j’obtiens un rendement correct »

Agriculteur à Lanfain (22), Gildas Alleno est passé en bio il y a 5 ans. Pour réussir ses colzas bio, il sème très tôt et choisit ses variétés.

« La valorisation est intéressante, avec 800-850 €/t en 2019 et 900-950 €/t en 2020 », explique Gildas Alleno. © G. Alleno
« La valorisation est intéressante, avec 800-850 €/t en 2019 et 900-950 €/t en 2020 », explique Gildas Alleno.
© G. Alleno

« Je me suis installé en 2006 en conventionnel en porc, vaches allaitantes et cultures. Je cultivais déjà du colza, avec de bons résultats. Quand je suis passé en bio en 2016, j’ai arrêté cette culture, par crainte notamment du salissement. Mais quand l’Ufab m’a proposé d’en produire en bio, j’ai accepté car la culture me plaît et produire pour l’alimentation humaine m’intéresse. De plus, je cherche à allonger mes rotations avec au moins six cultures.

Lire aussi : Le colza bio, un débouché porteur en quête de volumes

En 2019, j’ai semé 6 hectares de colza, puis 8 hectares en 2020. J’avais retenu du conventionnel que la date de semis est déterminante pour que le colza lève vite et qu’il soit assez développé en entrée d’hiver pour résister aux altises et aux limaces. En Bretagne, il y a en général de petites pluies fin août et il est possible de semer tôt. Je sème vers le 15-20 août, après un déchaumage, un labour et l’apport de 15 m³/ha de digestat de méthanisation. Je roule immédiatement pour assurer une levée homogène.

J’utilise la variété Harpège à 3 kg/ha, à laquelle j’ajoute 10% de la variété ES Alicia, plus précoce, qui piège les méligèthes. Puis, au 15 février, je fais un 2ème apport de 15-20 m³/ha de digestat. En deux ans, je n’ai utilisé un anti-limace qu’en 2019, à 1/3 de dose, et je n’ai pas eu à désherber mécaniquement. En 2021, je vais tester le semis sous couvert de sarrasin.

Lire également : Un colza biologique maîtrisé en toute simplicité

En 2020, j’ai obtenu 26 q/ha, ce que je trouve correct en bio. En conventionnel, j’obtenais 35-45 q/ha. De plus, le colza permet de lisser le travail. La valorisation est intéressante, avec 800-850 €/t en 2019 et 900-950 €/t en 2020. Les coûts de semis sont similaires à ceux du conventionnel et la marge peut être assez élevée. Mais c’est aussi une culture aléatoire, comme le montrent les dégâts du gel cette année. »

97 hectares dont 10 de maïs, 10 de blé de printemps, 10 d’orge de printemps-pois protéagineux, 8 à 10 de colza et 8 à 10 de triticale-pois fourrager

Les plus lus

Les exploitations laitières et ovines/caprines verraient leurs aides directes (paiements directs et ICHN) augmenter en moyenne de 2 % sur la période à venir, contre -3 à 4 % pour les bovins allaitants, et une stabilité en grandes cultures et polyculture-élevage. © S. Leitenberger
Réforme de la PAC : grandes cultures, élevage, zones intermédiaires... qui sont les gagnants et les perdants ?
Le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie a présenté le 21 mai les premiers arbitrages du plan stratégique national, qui…
En non-labour, la dose maximale autorisée de glyphosate (360 gma) passe à 3 litres/ha/an © C. Baudart
Le crédit d’impôt glyphosate de 2 500 € est opérationnel
La Commission européenne vient d’accepter le crédit d’impôt glyphosate de 2 500 euros, inscrit dans la loi de finances pour 2021…
betteraves bio dans une usine Cristal Union
Cristal Union annonce un prix de la betterave « à 30 €/t dans les toutes prochaines années »
Arguant des effets positifs de la restructuration accomplie au sein du groupe et de la fermeté du marché mondial du sucre, le…
En bio, passée juste avant la moisson, l’écimeuse (ici, la Selac de Bionalan) évite de récolter de la matière verte qui pénalise la conservation et la pureté, impliquant des efforts de triage importants. © Bionalan
Désherbage : l’écimage, solution de secours contre les adventices
Le recours à l’écimeuse se développe, y compris en conventionnel. Certains modèles offrent une grande marge de manœuvre pour…
Achats de matériel agricole : « J’autofinance au maximum mes investissements »
Fabien Varoquier exploite 200 hectares à Dommartin-sous-Hans dans la Marne. Pour diminuer ses charges de mécanisation et les…
L'adaptation des dispositifs actuels est indispensable pour faire face à la multiplication des aléas climatiques, à commencer par la sécheresse, estime le député Frédéric Descrozaille. © G. Omnès
Assurance récolte : comment le rapport Descrozaille veut sauver la multirisque climatique
Face au changement climatique, le rapport du député Descrozaille propose la réarticulation de l’intervention de l’État et de l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures