Aller au contenu principal

Débouchés des oléagineux
Chez Novance, quand l´huile végétale remplace le pétrole

Les huiles végétales et leurs dérivés peuvent se substituer aux huiles minérales d´origine pétrolière. Visite de Novance, une société spécialisée dans l´oléochimie.


« Environ un tiers de nos produits ont moins de quatre ans », annonce Dominique Charlemagne, directeur de la production et du secteur recherche-développement de Novance. Cette société basée près de Compiègne, sur le site de l´usine Robbe (trituration de graines oléagineuses) et d´une usine de Diester, est spécialisée dans l´oléochimie. L´oléochimie est la chimie des huiles végétales et de leurs dérivés dans les usages industriels, où elles se substituent à des produits d´origine pétrolière. De la chimie verte donc. Ces produits biodégradables ont le vent en poupe et les usages sont nombreux.
Cependant, « un produit doit d´abord répondre à des caractéristiques techniques précises et avoir un prix concurrentiel pour intéresser un industriel. Ensuite, son origine végétale et sa biodégradibilité sont des `plus´ qui aident à vendre, surtout s´il a une spécificité technique supplémentaire intéressante. Mais il ne faut pas se leurrer, l´aspect `préservation de l´environnement´ vient après les aspects industriels », précise avec force Dominique Charlemagne.
On peut classer les différents usages industriels des huiles végétales et de leurs dérivés en trois grandes familles.
D´abord les « revêtements », c´est-à-dire les peintures, les encres, des vernis, les lasures. C´est l´activité « historique » de Novance.
« Il y a huit ans, cela représentait 90 % de notre activité, explique le directeur de la production, aujourd´hui 50 % seulement ». Mais les volumes globaux ont augmenté.
Des peintures sans solvants et sans odeurs
Novance fournit des fabricants en résines alkydes, des composés qui remplacent les solvants dans les peintures. Ces résines sont des liants sans odeur, diluables dans l´eau pour un usage plus sûr, plus agréable. Dans les encres, les résines diminuent la teneur en Composés organiques volatils (COV) ; c´est un plus pour l´environnement.
Ensuite, deuxième grande famille, viennent les lubrifiants hors moteurs. Les huiles sont utilisées dans l´industrie pour le traitement des métaux, ou comme fluide hydraulique. Comme pour les revêtements, Novance fournit des industriels (Castrol, Igol par exemple) qui utilisent ses produits dans leurs formulations commerciales ou encore au cours des process industriels.
Le troisième secteur, en plein développement, est celui des usages des huiles et esters dans les phytosanitaires.
Chaîne d´embouteillage d´Actirob, en bidons de 5 et 20 litres. ©M.-H. Vincent

Un catalogue d´une centaine de références
L´usine de Venette près de Compiègne consomme environ 12 000 tonnes par an d´huiles diverses, huiles de colza (standard et érucique), de tournesol (standard et oléique) d´abord, de lin, de soja ou de ricin mais aussi de coprah ou de palme. Ces huiles sont utilisées en l´état ou transformées par exemple en esters suite à une réaction avec un alcool ; ou encore en résines après amidation et polymérisation. Entre les différentes huiles et les différents alcools ou autres réactifs, de nombreuses combinaisons sont possibles. Novance a plus d´une centaine de références à son catalogue avec des volumes de production variables. L´usine dispose de deux réacteurs en continu, de 17 autres d´un volume de 3 à 40 mètres cubes, certains travaillant à 150ºC maximum, d´autres à 290ºC maximum, sans compter deux réacteurs pilotes. « Nous disposons d´un outil industriel multiproduit, flexible et automatisé », assure Dominique Charlemagne.
L´un de ses soucis permanents comme directeur de la production est de planifier au mieux les utilisations des différents réacteurs, en limitant les temps morts (vidanges, nettoyage.) entre 2 productions. D´autant que l´usine est en flux tendu, avec peu de stock, travaillant selon les commandes des clients.
Sur les 65 salariés de l´entreprise, le service recherche-développement compte huit personnes. Compte-tenu de la taille de l´entreprise, de ses produits et de ses clients, ce service fait plus d´assistance technique à la production ou en aval auprès des clients que de la recherche et développement proprement dite. « Nous travaillons beaucoup en aval de la production avec nos clients pour répondre au mieux à leurs attentes, mettre au point avec eux les produits dont ils ont besoin. »
Novance bénéficie de l´expertise et des laboratoires de ses partenaires, ceux de la filière oléagineuse comme le laboratoire de l´institut des corps gras (Iterg), ou encore de Bayer ou de Rhodia, ancien actionnaire et toujours partenaire commercial pour certaines spécialités.
L´avenir est à la chimie verte. Sans aucun doute, celui de Novance est assuré.
L´usine de Venette près de Compiègne dispose de dix-neuf réacteurs de tailles différentes. ©M.-H. Vincent
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures