Aller au contenu principal

C’est à la France de décider de la conduite des surfaces d’intérêt écologique (SIE)

L’apport d’engrais ou de phytos sur les cultures des surfaces d’intérêt écologique (SIE) sera défini par chaque État membre. Bruxelles a préféré ne pas tranché sur cette question épineuse.

Bruxelles a adopté début mars 2014 une série de dix actes délégués en lien avec la règlementation agricole européenne. Ces textes sont l’équivalent des décrets pour nos lois françaises. Ils permettent de préciser les modalités d’application de la PAC. Concernant le verdissement des aides directes, les discussions ayant été particulièrement difficiles sur ce sujet, la Commission européenne laisse la liberté à chaque État membre d’autoriser ou non l’utilisation des produits phytosanitaires et des engrais sur les surfaces d’intérêt écologique. La seule contrainte est de pouvoir prouver que la conduite des cultures sur les SIE permet une amélioration de la biodiversité. En pratique, chaque État membre devra retenir une liste des particularités topographiques (haies, arbres, bordures de champs, mares, fossés...) et des cultures autorisées sur ces surfaces.


Un hectare de légumineuse équivaut à 0,3 hectare de SIE


Pour les cultures fixatrices d’azote (légumineuses) et les cultures dérobées, il devra préciser le mode de conduite culturale. Quant au mode de calcul des SIE, un hectare de ces cultures ne sera comptabilisé que pour 0,3 hectare de SIE. Les haies et les fossés compteront double, alors qu’aujourd’hui 100 mètres de haies correspondent à un hectare de surface équivalente topographique (SET). Bruxelles donne la possibilité aux États membres de gérer de façon collective les SIE quand les exploitations sont à proximité immédiate. Bruxelles a entendu la demande des Jeunes agriculteurs. Lorsqu’un jeune est installé dans le cadre d’une société, il ne doit pas nécessairement être chef d’exploitation pour avoir droit à la prime de 25 % de paiements directs supplémentaires. Pour autant, le jeune doit « exercer un contrôle effectif et durable » sur l’entreprise « en termes de décisions liées à la gestion .


Les plus lus

Le groupe Soufflet collecte 5,6 millions de tonnes de grains par an. © gutner  archive
InVivo en négociation exclusive pour le rachat du groupe Soufflet
L’union des coopératives In Vivo est entrée en négociation exclusive avec le négoce Soufflet pour reprendre 100 % du capital du…
Tereos
Tereos : les opposants prennent le pouvoir au sein du géant sucrier
C’est l’épilogue d’un conflit commencé en 2017 : les opposants, qui reprochaient à la direction de Tereos une gouvernance…
Lettre Gérard Clay - Tereos
Gérard Clay, président de Tereos : « une nouvelle page se tourne »
Restaurer la confiance et ramener de la rentabilité avec les cœurs de métier de la coopérative : telles sont les premières…
La réalisation d'un plan de trésorerie mensuel est un bon outil pour y voir clair et gérer son stress ! © C. Baudart
Trésorerie à sec : éviter le mur
Le complément des aides PAC vient de rentrer, la coopérative annonce des ristournes, une partie des impôts fonciers est restituée…
Betteraves touchées par la jaunisse en 2020 - La dérogation pour l'utilisation des néonicotinoïdes va s'accompagner de restrictions fortes concernant la rotation. Reste à savoir si cela dissuadera les planteurs de maintenir leurs surfaces en betteraves. © G. Omnès
Betteraves/néonicotinoïdes : un projet d’arrêté contraignant pour les rotations
Le projet d’arrêté encadrant l’usage des néonicotinoïdes en traitement de semences sur betteraves vient d’être publié pour…
 © C. Baudart
Comment réussir son départ en retraite quand on est agriculteur ?
Dans combien de temps partirez-vous à la retraite ? Quels seront vos revenus ? Que devient votre exploitation ? Des questions à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures