Aller au contenu principal

Certification environnementale : « Avec la HVE, nous voulons anticiper les attentes plutôt que subir »

Habitués des audits, Damien et Nathalie Renard ont certifié leur exploitation HVE. Un outil de progrès intéressant dont ils regrettent le peu de valorisation économique

L'EARL de Tremonvillers a investi dans une machine à traiter l'eau, pour laquelle Damien et Nathalie Renard ont bénéficié de subventions.
L'EARL de Tremonvillers a investi dans une machine à traiter l'eau, pour laquelle Damien et Nathalie Renard ont bénéficié de subventions.
© M.-P. Crosnier

Damien et Nathalie Renard aiment progresser. Leur dernier défi : l’obtention de la certification HVE, le niveau 3 de la certification environnementale, pour leur EARL située à Saint-Just-en-Chaussée, dans l’Oise. C’est chose faite depuis 2020. La HVE n’est pas obligatoire, mais Damien y voit un bon outil de réflexion pour anticiper l’évolution de la réglementation. « Nous nous préparons à ce que la société attend de nous », affirme-t-il.

Cultivant une moitié de leur ferme de 139 hectares en cultures industrielles (betteraves rouges et sucrières, pommes de terre chips et frite), et l’autre en blé, le couple est familier des audits et autres démarches de certification. « En légumes d’industrie, il devient impossible de vendre sans le sésame Global gap, notamment à l’export. Ce référentiel de bonnes pratiques agricoles s’applique partout dans le monde, avec des standards et procédures reconnues », précise l’entrepreneur.

Rompu aux tâches administratives et à la traçabilité, il préfère anticiper que subir. Son objectif : transformer les exigences de la HVE qui relèvent de la réglementation en atouts. Le rangement du local phyto fait ainsi partie des obligations légales, mais cette habitude est avant tout un gage de sécurité pour la santé, juge Damien. Quant à la traçabilité des traitements phytosanitaires, elle évite selon lui les erreurs : « Je m’impose une fiche que je prépare la veille, indiquant la qualité de l’eau, le dosage, la parcelle, la date… Je la donne à mon salarié… ou à moi-même ! Je me donne un ordre », s’amuse-t-il.

Une certification collective avantageuse

Pour s’adapter, Damien a deux secrets. La formation et l’appartenance à des collectifs de réflexion. Il participe au GIEE (1)Eco phyt’Amienois Santerre dont il assure la présidence. Avec une quarantaine d’agriculteurs, il cherche à développer de nouveaux systèmes en grandes cultures, plus résilients, avec un bas niveau d’intrants chimiques et une optimisation de l’irrigation. Les échanges permettent la comparaison et l’émergence de nouvelles solutions.

Dans cette logique, la HVE est utilisée comme un outil d’évaluation de la performance agroécologique globale au sein du GIEE, qui propose une certification collective. L’approche de groupe est attractive : adhérer pour 800 euros par an au GIEE permet aux agriculteurs de bénéficier d’un accompagnement global collectif, incluant un audit annuel, un plan d’action… Par ailleurs, l’agriculteur n’est audité par un organisme extérieur que tous les quatre à six ans. En présentation individuelle, l’agriculteur débourserait 810 euros, sans aucun accompagnement.

Des leviers activés de longue date

Pour les quatre indicateurs environnementaux qu’impose la HVE (biodiversité, fertilisation, protection des plantes et gestion de la ressource en eau), l’EARL de Tremonvillers tire profit d’une réflexion et de l’activation de leviers de longue date. Grâce aux 2 km de haie plantées en quinze ans, l’exploitation coche la case biodiversité. « Placées en bordure de chemin ou en limite parcellaire, elles me gênent peu », estime Damien. La rotation diversifiée et les couverts permanents constituent d’autres atouts pour cet indicateur. Les Renard, en transition vers l’agriculture régénérative, ne détruisent leurs couverts Cipan qu’un mois avant les semis de printemps.

Pour la fertilisation, l’exploitant utilise des produits TMCE pour activer ou modérer l’activité des microorganismes. « J’ai banni mes apports de phosphore. Je compte sur mes couverts permanents pour remobiliser les éléments disponibles. En revanche, la fertilisation potassique reste importante, avec des plantes exigeantes comme les betteraves et les pommes de terre », précise le chef d’entreprise. Pour l’azote, il respecte les doses bilans.

Reste l’irrigation. Sur ce point, les pratiques ont peu évolué depuis l’arrivée de cette technologie sur l’exploitation en 1978, mis à part les limitations horaires et les OAD. « Nous passerons sûrement du canon à la rampe localisée, mais les investissements sont très conséquents », reconnaît l’agriculteur. En attendant, pour éviter les ruissellements, les exploitants ont investi dans une planteuse de pommes de terre qui construit des microbarrages entre les buttes.

(1) Groupement d’intérêt économique et environnemental.

Une valorisation financière insuffisante

 

 
Depuis 2020, l'EARL de Tremonvillers peut arborer le logo HVE. © M.-P. Crosnier
Les Renard regrettent le peu de valorisation financière de la certification HVE. Outre le crédit d’impôt (2 500 euros), ils ont reçu une aide de 500 euros de leur banque. Côté production, seules les betteraves sucrières pourraient obtenir une prime pour un marché alcool de parfumerie. Si leurs acheteurs souhaitent communiquer sur leur certification HVE, la réponse du couple est positive, mais uniquement si cela génère de la valeur ajoutée pour les productions concernées. Par ailleurs, « la reconnaissance uniquement française de la HVE limite son intérêt », déplore Damien. Pour toutes les productions exportées (blé, betteraves, pommes de terre), aucune valorisation ne semble envisageable. La diversité des assolements chez les Renard leur donnant accès à l’écorégime par la voie des pratiques, la HVE n’est pas non plus un atout significatif pour cette nouvelle aide de la PAC.

 

Des progrès significatifs pour les IFT

 

 
Le volet phytosanitaire de la HVE est évalué en comparant les IFT de l’exploitation par rapport à la moyenne régionale, avec un objectif de moins 50 %. Le couple Renard travaille sur cette problématique depuis plusieurs années. Observations à la parcelle et bas volume ont été les premiers leviers. Mais le plus efficace, selon Damien, reste l’installation de sa machine à traiter l’eau Eqo. Installée en 2018, elle ajuste l’eau en fonction de chaque profil de produits phytosanitaires (dureté, pH, conductivité, température et charge en matière organique). Les exploitants ont bénéficié pour cet investissement de 40 000 euros d’un plan de compétitivité et d’adaptation des exploitations agricoles (PCAE) prenant en charge 40 % du coût.

 

En quatre ans, le couple évalue à plus de 40 % l‘économie des doses phytosanitaires. Pionniers, ils expérimentent aussi les produits en biocontrôle (purin d’ail en betteraves rouges comme insecticide, cuivre et manganèse sur blé en deuxième fongicide…). Autre projet, le semis de blé à 25 cm d’écartement en semis direct, avec un binage possible au printemps.

Les plus lus

Pour une bonne rotation des stocks, notez la date de rentrée des produits sur les bidons.  © N. Cornec/Aravalis
Stockage des produits phytosanitaires : bien ranger son local phyto
Si toutes les fermes comportent un local pour stocker les produits phytosanitaire, ce dernier n’est pas toujours aux normes.…
Blé : ils contrôlent les maladies avec peu de fongicides malgré une forte pression
Substances naturelles, variétés tolérantes, semis peu denses et retardés, bas volume associé à réduction de dose : en Seine-…
10,8 millions de tonnes d'engrais ont été livrées au cours de la campagne 2021-2022, soit une baisse de 5 % par rapport à la campagne précédente.
Engrais azotés : toujours du retard dans les achats des agriculteurs
La situation sur le marché des engrais reste tendue avec des prix très élevés, des agriculteurs attentistes et un risque d’…
Denis Bollengier a bénéficié d’une prise en charge financière totale pour implanter sa haie grâce au dispositif de paiement pour services environnementaux.
« J’ai financé ma haie grâce aux paiements pour services environnementaux »
Denis Bollengier, agriculteur dans le Nord, a financé l’implantation d’une haie en bénéficiant d’un paiement pour service…
Fiscalité : deux exemples pour mieux comprendre la DEP
Fiscalité : deux exemples pour mieux comprendre la DEP
La déduction pour épargne de précaution (DEP) est un outil de défiscalisation et de lissage des prélèvements sociaux très…
Un tiers des producteurs envisage de réduire ou d'arrêter la production de maïs semences.
Maïs semences : un tiers des producteurs envisagent de réduire les surfaces ou d’arrêter
Les producteurs de maïs semences affichent un moral en berne après une année 2022 très difficile. La filière cherche des moyens…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures