Aller au contenu principal

[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?

La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des exportateurs. Dans ce contexte similaire à l’an dernier, les prix du blé tendre pourraient retrouver des prix comparables. Mais gare à l’impact imprévisible du coronavirus sur la demande !

La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
© Réussir / USDA et Agreste

Une offre mondiale de blé proche de celle de 2019-2020, des grands exportateurs en mesure d’alimenter la demande, mais en finissant avec des stocks étriqués : vu de loin, la trame de la campagne qui débute ressemble fortement au scénario de l’an passé. « Nous restons a priori dans une situation qui n’est ni explosive, ni très lourde », résume Andrée Defois, présidente de Tallage/Stratégie Grains.

Révisions à la hausse de la production russe

Dans le détail, la configuration diffère toutefois de la saison précédente. Il y a bien sûr la mauvaise récolte européenne, et notamment française, qui limitera fortement la capacité d’export de ces origines. À l’inverse, l’Australie fera son grand retour sur le marché mondial après deux années de quasi-absence. La météo sur l’île continent a été jusqu’ici très favorable à une production abondante, susceptible de remonter au sommet après deux récoltes fracassées par la sécheresse.

La mer Noire, Russie en tête, restera un poids lourd de l’export. La prévision de la récolte russe n’a cessé d’être révisée en hausse ces dernières semaines pour avoisiner 80 millions de tonnes (Mt). L’Argentine était bien lancée pour réitérer le bon score de l’an dernier. L’arrivée du sec pourrait néanmoins abaisser les ambitions de ce pays à l’export.

Une prime au blé européen pour rationner la demande

« Vu sa production, la France va devoir rationner la demande, mais dans un contexte de disponibilité importante chez les concurrents, explique Alexandre Marie, directeur des marchés du groupe Vivescia. On n’attend donc pas un effondrement des prix et l’on peut envisager de maintenir une prime d’une quinzaine de dollars face au blé de la mer Noire. » La Russie occupera vraisemblablement le terrain au moins toute la première moitié de campagne.

La production de blé russe 2020 est prévue au second plus haut niveau de son histoire.

Mais, une fois la pression de récolte passée, pas sûr que le géant russe s’engage sur des prix extrêmement agressifs : une grande part de son surplus exportable se trouve à l’intérieur des terres, générant des coûts de fret. De plus, « malgré un plus grand nombre d’origines disponibles cette année, il y aura besoin de tout le monde pour alimenter la demande mondiale, analyse Andrée Defois. Il ne sera donc pas nécessaire que la Russie et l’Australie se fassent la guerre ».

Le retour attendu du blé australien sur le marché asiatique

Sur la deuxième moitié de campagne, l’hémisphère sud prendra le relais, sauf accident de récolte. Au point de faire pression sur les prix ? Cela dépendra du volume final. L’Australie retrouvera très probablement son rang de fournisseur privilégié de l’Asie. Dans ce cas, le blé argentin devra mettre le cap vers l’Afrique du Nord.

Des exportations de blé en hausse au départ de la Russie, de l'Australie et du Canada, et une forte chute des exportations européennes : ce sont les perspectives qui se dessinent pour la campagne qui démarre (source : l'organisme anglais AHDB).

De toute façon, l’Europe n’aurait pas été en mesure de tenir ses parts de marchés historiques sur ce marché traditionnel, compte tenu de sa petite récolte. Les exportations françaises devraient ainsi chuter fortement après le record atteint en 2019-2020.

Des prix sous l'influence du taux de change et de la Covid-19

Reste deux inconnues de taille. Le taux de change, bien sûr, mais aussi l’évolution de la situation sur le front de la Covid-19, dont l’impact sur l’économie et sur la demande alimentaire est imprévisible. La solvabilité des États nord-africains pose question. L’Algérie sera-t-elle en mesure d’importer tout ce dont elle a besoin, malgré les prix bas du pétrole asséchant ses finances publiques ? Et les pays très dépendants du tourisme, comme le Maroc, devront-ils appuyer sur la pédale de frein à l’import ? Après avoir scruté les récoltes, il faudra bien vite se pencher sur les rythmes d’achats.

historique du taux de change euro-dollar
Fin août, l'euro est remonté à son plus haut face au dollar depuis avril 2018. Un élément défavorable aux exportations européennes.

 

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
Le groupe Soufflet collecte 5,6 millions de tonnes de grains par an. © gutner  archive
InVivo en négociation exclusive pour le rachat du groupe Soufflet
L’union des coopératives In Vivo est entrée en négociation exclusive avec le négoce Soufflet pour reprendre 100 % du capital du…
Tereos
Tereos : les opposants prennent le pouvoir au sein du géant sucrier
C’est l’épilogue d’un conflit commencé en 2017 : les opposants, qui reprochaient à la direction de Tereos une gouvernance…
Les agriculteurs se sont précipités pour déposer des demandes d'aides à l'investissement dans le cadre du plan Protéines, poussant FranceAgriMer à suspendre la téléprocédure. © J.-C. Gutner
Plan protéines : les aides à l’équipement victimes de leur succès
En 48 heures, FranceAgriMer a enregistré 4 000 dossiers de demandes de subventions pour l’aide à l’investissement matériel dans…
Lettre Gérard Clay - Tereos
Gérard Clay, président de Tereos : « une nouvelle page se tourne »
Restaurer la confiance et ramener de la rentabilité avec les cœurs de métier de la coopérative : telles sont les premières…
La réalisation d'un plan de trésorerie mensuel est un bon outil pour y voir clair et gérer son stress ! © C. Baudart
Trésorerie à sec : éviter le mur
Le complément des aides PAC vient de rentrer, la coopérative annonce des ristournes, une partie des impôts fonciers est restituée…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures